Une école flottante brave la mousson au Bangladesh

Julien Helmlinger - 09.09.2014

Patrimoine et éducation - A l'international - Bangladesh - Education Ecole - Alphabétisation


L'année dernière, le Bangladesh était des cinq pays distingués à l'occasion des Prix de l'UNESCO en faveur de l'alphabétisation 2013. En cette contrée située dans le Delta du Gange et du Brahmapoutre, qui fait face aux inondations à chaque période de mousson, l'éducation ne se dispense pas toujours facilement. Qu'à cela ne tienne, des enfants de zones particulièrement exposées peuvent compter sur une école flottante.

 

 

 

 

Mosammat Reba Khatun est une enseignante qui vit dans une petite bourgade bordant le fleuve. Pendant ces dix dernières années, elle aura enseigné le bengali, mais aussi les maths et l'anglais, à bord d'une embarcation mise à flot sur la rivière Gumani, par l'organisation caritative Shidhulai Swanirvar Sangstha. Une tâche qui lui tient particulièrement à coeur.

 

Elle fait état de 90 élèves bénéficiaires, âgés de six et neuf ans, dont près de deux tiers seraient des filles. Comme les conditions de déplacement sont parfois difficiles dans le bassin de la rivière, un tiers du pays étant submergé par les eaux entre juin et octobre, l'école-bateau assure l'accès à l'éducation.

 

Le concept est le suivant. L'école ramasse les élèves par chez eux, au fur et à mesure, les dépose à la fin de la classe. Pendant que voguent les écoliers, ils apprennent. L'embarcation fonctionne à l'énergie solaire, pour permettre aux élèves d'utiliser des ordinateurs et d'avoir accès au web.

 

Une initiative d'importance, explique Mosammat. Car au Bangladesh, cette complication climatique serait l'une des principales causes du décrochage scolaire en zones rurales. Les enfants concernés seraient souvent très pauvres et exposés au risque d'un mariage forcé, à un âge précoce. Selon elle, depuis que l'école est à flot, le taux de ces alliances matrimoniales controversées aurait diminué.

 

<

>