medias

Une étude préconise de consacrer plus de temps de lecture à voix haute en classe

Clara Vincent - 28.02.2020

Patrimoine et éducation - A l'international - lecture education enfants - Egmont étude scolarité - apprentissage lecture enseignants


Une étude réalisée par le groupe éditorial britannique Egmont s’est penchée sur l’impact de la lecture à voix haute en classe sur les enfants. Sur une période de 5 mois, s'étalant de septembre à décembre 2018, les résultats de l'enquête démontrent les bénéfices sur le comportement des élèves et ainsi qu'une amélioration de leur niveau de compréhension et d'attention.  

Ilmicrofono Oggiono - (CC BY 2.0)


L'étude menée par Egmont a été réalisée auprès de 120 élèves âgés de 7 à 11 ans de l’Académie catholique St Joseph, basée à Stoke-on-Trent (Angleterre), classé comme quartier défavorisé. 

Parmi les élèves, 27 % sont issus de milieux défavorisés, 8% de minorités ethnique et 13% de famille de voyageurs, précise l'enquête. Pour certains d'entre eux, leurs parents ne savent pas lire, et l'école représente alors leur seul lieu d'accès à la lecture.  

Visant à évaluer l'impact de la lecture dans l'éducation, l’étude consistait ainsi à instaurer, sur une période de cinq mois, des sessions quotidiennes de lecture à voix haute par les enseignants d'une durée de 20 minutes. 

Egmont s’est également engagé à fournir les écoles en livres et magazines afin de renouveler les collections de l'établissement. 624 nouveaux livres et 1120 nouveaux magazine ont ainsi été mis à disposition des élèves et des enseignants. 

Amélioration globale

Les résultats observés montrent que les temps consacrés s'avèraient bénéfiques pour les enfants : ils contituaient un moment propice à leur épanouissement et permettait d'augmenter leur capacité d'attention, de concentration et de compréhension. 
 
 

En outre, les enseignants interrogés ont également noté que les sessions de lecture à voix haute avaient contribué à améliorer leur relations avec les élèves. Elles ouvraient en effet la voie à un moment de partage à même d'instaurer davantage de proximité. 

Les élèves ont quant à eux fait part de leur enthousiasme d’avoir accès à de nouveaux livres et magazines, ce qui conduit Egmont à estimer que le renouvellement des livres mis à disposition constitue une source de motivation pour lire. 

 

De fait, à la fin des cinq mois de l'enquête, le niveau de lecture des enfants s’est amélioré, les élèves ayant acquis en moyenne un niveau supérieur de lecture équivalent à 10,2 mois.

De manière plus détaillée, le rapport établit ainsi que:
 - Un garçon de 3e année âgé de 7 ans et 6 mois, avec un âge de lecture de 7 ans et 4 mois au début du projet, avait atteint un âge de lecture de 10 ans en février — soit une amélioration de 2 ans et 8 mois.
 - Une fille de 4e année âgée de 8 ans, avec un âge de lecture de 5 ans et 11 mois au début du projet, avait atteint l’âge de 8 ans en février — soit une amélioration de 2 ans et 1 mois.
- Une fille de 5e année âgée de 9 ans et 11 mois, avec un âge de lecture de 5 ans et 11 mois au début du projet, avait atteint un âge de lecture de 7 ans et 6 mois en février —soit une amélioration de 1 an et 7 mois.
- Un garçon de 6e année âgé de 10 ans et 2 mois, avec un âge de lecture de 5 ans et 11 mois au début du projet, avait atteint un âge de 6 ans et 11 mois en février —  soit une amélioration d’un an.
 

Intégrer les sessions de lecture dans le programme scolaire


Au vu de ces résultats, Egmont estime que  le temps consacré à la lecture devrait faire partie intégrante du programme scolaire. Pourquoi ne pas le considérer comme un enseignement à part entière, conformément aux suggestions des enseignants eux-mêmes ? Ils furent nombreux à avoir fait part de leur difficulté à maintenir les sessions de lecture à voix haute une fois l'énquête terminée, du fait de la charge élevée du programme d'éducation nationale. 

Comme en témoigne un des professeurs interrogés à la fin de l'enquête : « Il était extrêmement difficile d’adapter l’heure du conte au quotidien avec les exigences du calendrier scolaire et du programme. » 

Or, « lire pour le plaisir pendant une petite quantité de temps chaque jour fait des merveilles pour la relation enseignant/élève…. C’est particulièrement vital pour tant de nos enfants qui vivent dans des foyers qui souffrent d'un manque d’alphabétisation  », renchérit l'un de ses confrères.  
Aussi le rapport d'Egmont préconiste-t-il de rééquilibrer l'approche pédagogique en consacrant, par exemple, moins de temps à l'apprentissage de la grammaire, jugée «trop technique» selon les dire des enseignants, et pouvant contribuer à rebuter les enfants à lire davantage.

Le groupe éditorial entend à ce titre démarcher le gouvernement britannique pour que celui-ci « modifie le programme d'études afin que l'heure de lecture fasse partie intégrante de la journée scolaire pour tous les enfants du primaire.»

L'ensemble de l'étude est consultable à cette adresse


Commentaires
J'aimais pas du tout ça, c’était un supplice sick downer
Je faisais déjà ça régulièrement, en particulier avec mes élèves de CAP, en français... En ménageant les élèves timides ! Quant au sérieux de cette « mesure », les collègues répondent dans votre article avec bon sens...
attention cependant de ne pas s'emballer trop vite. Cette étude ne passerait pas le filtre d'un comité de lecture d'une revue scientifique. Il manque un groupe contrôle équivalent qui lirait les mêmes livres, pendant le même temps et aux mêmes heures mais en lecture silencieuse. Cela permettrait de voir si c'est vraiment la lecture à haute voix qui est efficace. Entre le prétest et le postest les enfants ont lu d'autres textes (ce qui a pu les faire progresser). Il faudrait donc un deuxième groupe qui passe les mêmes pré et post-tests mais sans rien faire de particulier. Bref! Sur la base de cet article on ne peut rien dire...
Encore un effort et on va découvrir que la bonne vieille méthode syllabique, les dictées, apprendre par cœur débouchent sur... un apprentissage et une maîtrise corrects de la lecture et de l'écriture.
"Pourquoi ne pas considérer (le temps de lecture) comme un enseignement à part entière, conformément aux suggestions des enseignants eux-mêmes ? Ils furent nombreux à avoir fait part de leur difficulté à maintenir les sessions de lecture à voix haute une fois l'enquête terminée, du fait de la charge élevée du programme d'éducation nationale."

Impression effectivement qu'on redécouvre la roue...
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.