Une étudiante a découvert un détail insolite dans Le Paradis perdu de Milton

Antoine Oury - 07.11.2019

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Le Paradis perdu Milton - John Milton - poeme paradis enfer


Une étudiante de l'université Tufts, à Boston, aux États-Unis, a fait une découverte plutôt inattendue dans le poème épique Le Paradis perdu de John Milton, écrit au XVIIe siècle. La preuve que même les plus grands classiques ont encore des secrets, en somme : Miranda Phaal a découvert une sorte de message secret, qui rend l'œuvre du poète encore plus saisissante...

Paradise Lost - Easton Press Edition
(Robert, CC BY 2.0)


Miranda Phaal, diplômée en 2018 de l'université Tufts, connait bien le poème épique de John Milton, Paradise Lost, alias Le Paradis perdu en version française, publié en 1667 puis en version complète et définitive, en 1674. Si bien qu'elle vient de remarquer un détail resté inaperçu par les nombreux chercheurs qui se sont pourtant penchés sur le texte.

P. J. Klemp, professeur d'anglais à l'université de Wisconsin-Oshkosh, avait mis le doigt en 1977 sur un détail croustillant du poème épique. Dans le livre 9 de l'œuvre, vers 510 à 514, il avait repéré un acrostiche permettant de lire « SATAN », un des personnages principaux de ce poème décrivant la disparition la chute de l'homme du paradis, à travers le pêché d'Adam et Ève.
 

Scipio, the highth of Rome. With tract oblique
At first, as one who sought access, but feared
To interrupt, side-long he works his way.
As when a ship, by skilful steersman wrought
Nigh river's mouth or foreland, where the wind


Miranda Phaal a découvert un autre acrostiche, tout aussi saisissant, toujours dans le livre 9 du poème épique, cette fois, entre les vers 333 et 341.
 

From his surmise proved false; find peace within,
Favour from Heaven, our witness, from the event. 
And what is faith, love, virtue, unassayed 
Alone, without exteriour help sustained? 
Let us not then suspect our happy state 
Left so imperfect by the Maker wise, 
As not secure to single or combined. 
Frail is our happiness, if this be so, 
And Eden were no Eden, thus exposed.

 
On peut lire à l'aide des premières lettres de ces quelques lignes trois fois (deux fois de haut en bas, puis une fois de bas en haut) le mot « FALL », soit la « chute », un mouvement central dans Le Paradis perdu de John Milton, puisque le poème décrit à la fois la chute de Lucifer (dans la première partie), puis celles d'Adam et Ève hors du Paradis...

via Wiley


Commentaires
Paradisiaques. Des. Endroits (pas les envers. Qui eux sont enfernaux) des moments. Mais pas de PARADIS qui n'existe pas sur terre.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.