Une immense carte du monde, vu en 1587 sans Google Earth

Victor De Sepausy - 27.01.2018

Patrimoine et éducation - A l'international - planisphère monde carte - monde mappemonde mers - géographie terre carte


À l’heure des GPS, des smartphones, de la cartographie numérique intégrale de notre planète (ou presque), c’est surtout la simplicité d’accès qui prime. Taper un nom, un itinéraire, et en quelques instants, voir le trajet se dérouler. Mais comment ne pas admirer la carte réalisée par Urbano Monte, savant milanais du XVIe siècle.




 

Réalisée en 1587, c’est une super mappemonde globale, conçue comme un manuscrit de 60 pages : ce planisphère est, semble-t-il, la plus grande carte du monde, une fois l’ensemble des pages réunies. Et les connaissances de Monte forcent encore l’admiration des chercheurs contemporains. 

 

Il touchait clairement sa bille en géographie, assurent les scientifiques, soulignant que la carte contient les découvertes les plus récentes de son temps, avec un Japon extrêmement détaillé — reposant sur la visite d’une première délégation officielle japonaise en Europe, en 1585.

On retrouve également les îles de la Terre de Feu, à la pointe de l’Amérique du Sud, que Ferdinand Magellan, l’explorateur portugais, avait dévoilées en 1520. Le tout mis à plat, sur près de 10 mètres carrés, donne un sentiment d'immensité. Une représentation sphérique réalisée en vidéo permet de mieux mesurer l'ampleur.

 



 

Et bien entendu, la carte compte également son lot de petites choses fantaisistes, dans des espaces moins connus : navires et monstres marins, ou encore une représentation du roi Philippe II d’Espagne, sur une forme de trône marin — assurément un clin d’œil à la prééminence espagnole de l’époque. 
 

Les scientifiques de l’Université de Stanford au Centre cartographique David Ramsey se sont ainsi amusés à coller la soixantaine de feuillets pour donner forme et vie à cet Atlas. La spécificité du travail d’Urbano Monte est d’avoir eu recours à une projection azimutale pour constituer sa cartographie, et donnant la sensation sphérique.

 

Elle fut cela dit réalisée quelque dix-huit années après celle que Gérard Mercator a pu produire – probablement le plus connu des cartographes.

 

On peut retrouver la carte d'Urbano numérisée et commentée, intégralement, à cette adresse.

 

<

>


 

via Hyperallergic




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.