Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Une police d'écriture pour attenuer les effets de la dyslexie

Clément Solym - 02.11.2011

Patrimoine et éducation - A l'international - police - écriture - dyslexie


Le designer graphiste néerlandais, Christian Boer a mis au point une police d'écriture permettant aux personnes atteintes de dyslexie de lire plus facilement en faisant moins d'erreurs.

Il a commencé à concevoir ce projet en 2008 alors qu'il était étudiant à l'université de Twente aux Pays-Bas et c'est devenu son projet d'étude. En 2010, un autre étudiant a mené des recherches sur les dyslexiques et la lecture et a constaté que la police créée par Boers réduisait effectivement les erreurs de lecture. Christian Boer a appelé sa police Dyslexie et la propose à la vente en néerlandais et en anglais sur son site.

 


Pour la mettre au point, il aura fallu à Boer plus de 15 heures par lettre. Il a notamment grossi les arrondis inférieurs des lettres comme les « b », les « p » et les « d », il a agrandi les ouvertures de lettres comme les « a », les « s » et les « c », il a augmenté la longueur de la queue de certaines lettres (par exemple « g » et « y »), il a mis des lettres comme le « j » et le « l » pour que l'on ne puisse plus les confondre avec des « i ».

 

Enfin, il a mis les majuscules et la ponctuation en gras et a augmenté l'espace entre les lettres et entre les mots pour permettre au cerveau d'avoir le temps d'enregistrer les informations.

 

 


Christian Boer n'affirme pas avoir trouvé un remède à la dyslexie, mais estime que sa police pourra être comme une « chaise roulante » pour les personnes souffrant de ce mal.

 

On notera que la dyslexie peut prendre plusieurs formes et qu'elle n'est pas due à un défaut de vision, mais à un problème d'interprétation (dû à des différences structurelles) dans le cerveau.