Une séance de lecture dans une Biblio Taptap d'Haïti

Clément Solym - 18.09.2012

Patrimoine et éducation - A l'international - Haiti - lecture - bibliothèque


Le tremblement de terre en janvier 2010 a fait au moins 220 000 morts, dont 1350 enseignants et 38 000 élèves, les écoles ont rouvert officiellement le 6 avril 2010 dans la capitale, mais beaucoup n'ont pas encore été reconstruites. Bibliothèques sans frontières (BSF) a récemment inauguré la bibliothèque du ministère haïtien des Affaires étrangères et un centre des archives détruits en 2010 et l'université d'État a bénéficié d'une bibliothèque numérique.

 

 

 

 

Pendant ce temps, les navettes Biblio Taptap de BSF circulent actuellement de Cannapé-vert à l'est de la capitale haïtienne, d'après un communiqué de presse. Les enfants de la communauté de Sainte-Marie, dans la banlieue de Port-au-Prince s'apprêtent à une séance de lecture sous le carbet, pour écouter les histoires que Suze Dorange va raconter. C'est grâce à Bibliothèques sans frontières que ces rendez-vous sont possibles depuis le mois de juillet, en effet l'organisation permet aux populations déplacées dans les camps, de rester en contact avec les livres se réunissant pour des lectures collectives (voir notre actualitté).

 

Pour les petits...

 

Pour se changer les idées, rire et partager, les enfants arrivent au pas de course après la collecte de l'eau pour leurs familles. Ils sont au rendez-vous livre en main  pour écouter l'animatrice. Emilcar Dieuhène 8 ans est assis à ses pieds et répète toutes les phrases qu'elle entend, tirée du conte de Maryse Lamigeon, Dauphin, dauphin quand reviendras-tu ? Les enfants ouvrent grand leurs yeux, absorbés et applaudissent à la fin de la lecture « Ne t'arrêtes pas de lire ! » dit Emilcar, comme si les histoires n'avaient pas de fin.

 

« Nous allons aussi dans les camps installés suite au séisme de 2010, il y a des enfants qui y vivent et qui découvrent le livre pour la première fois. Ils ne vont pas à l'école alors quand le BiblioTaptap arrive, c'est un moment festif pour eux » raconte l'animatrice.

 

« Le BiblioTaptap a un tel succès, c'est incroyable ! Cela correspond a un vrai besoin de la population » a relevé Patrick Veil, le directeur de BSF. Alors, les animateurs de la bibliothèque mobile déclament quelques vers en créole. Mike, 9 ans, préfère Le loup et l'agneau de Jean de La Fontaine que l'animatrice a raconté dans la langue locale. Terra, 4 ans, a même apporté ses propres livres pour les partager et qu'ils soient lus par l'animatrice.

 

« Les enfants sont adorables, ils ne sont jamais rassasiés de contes. Ils aiment Kirikou, Astérix et Obélix, Alladin » explique Suze, qui fait ainsi le tour de Port-au-Prince cinq fois par semaine, pour distribuer des livres dans les quartiers et sur les places publiques.

 

Et les grands !

 

Les adultes viennent eux aussi passer quelques heures à lire au passage de la bibliothèque mobile très appréciée : « Nous avons une bonne clientèle de jeunes et d'adultes qui viennent consulter nos rayons, mais certains ont des demandes très spécifiques. Alors, on prend note et on essaie de répondre à leur demande » rapporte Marc-Elsius Saintvilus, bibliothécaire et animateur. Dictionnaire, romans, ouvrages sur le droit ou l'économie, les lecteurs lisent tout ce qui est disponible. Des jeunes en profitent pour préparer leurs devoirs de classe. « Parfois, certains nous suivent d'un quartier à un autre pour pouvoir terminer une lecture ou poursuivre une consultation » souligne le bibliothécaire.

 

Cohésion sociale réussie avec des liens authentiques qui se créent aussitôt. Au total plus de 450 structures haïtiennes bénéficient du soutien à BSF depuis trois ans grâce à une dotation de 750 000 euros (voir notre actualitté).