medias

USA : cinq ans pour passer aux manuels scolaires numériques

Clément Solym - 03.02.2012

Patrimoine et éducation - A l'international - Manuels - écoles - numérique


Cinq ans pour révolutionner le monde de l'éducation aux États-Unis. C'est le souhait émis par Arne Duncan, secrétaire à l'éducation. Il veut que les écoles américaines suivent les évolutions actuelles, en se dotant de tablettes, d'ordinateurs portables, pour accéder aux manuels scolaires numériques.

 

Le secrétaire à l'éducation Arne Duncan et Julius Genachowski, le président de la Commission Fédérale des communications ont demandé aux écoles américaines de faire en sorte de s'équiper d'appareils pour passer aux manuels scolaires numériques. Elles ont cinq ans, top chrono.

 

« Voulons-nous que nos enfants se promènent avec des sacs à dos de 20 kilos, chaque livre coûtant dans les 50, 60, 70 dollars alors que beaucoup d'entre eux sont obsolètes ? ». Arne Duncan estime que le choix est simple, qu'il faut se tourner vers le numérique, qui permet d'avoir accès à un contenu incroyable, et constamment remis à jour. Arne Duncan regrette que le monde de l'éducation ne colle aux actuelles évolutions numériques.

 

 

 

Une annonce qui n'est sans doute pas due au hasard. Il y a quelques semaines, Apple annonçait le souhait de changer le monde du manuel scolaire en travaillant sur la version numérique. Un souhait cher à Steve Jobs (voir notre actualitté).

 

Pour Arne Duncan, le choix est simple, financièrement est-ce aussi le cas ? Certains États comme l'Utah, la Californie et la Floride s'y sont déjà attelés en adoptant un environnement d'apprentissage autour du numérique. Mais voilà, toutes les écoles n'ont pas les moyens, se doter de tablettes, d'ordinateurs portables est une opération coûteuse. Et avant de faire des économies, il faut investir et pas qu'un peu.

 

L'industrie du manuel scolaire numérique travaille depuis maintenant près de huit ans pour apporter aux élèves, étudiants de nouveaux supports, une nouvelle façon d'apprendre. Mais les écoles ne sont globalement pas encore prêtes. Et du côté des enfants, cela n'est pas aussi simple, certains adorent, bien entendu, mais d'autres sont plus réticents.

 

Une révolution, ça prend du temps et cinq ans c'est court.