USA : Coupes claires dans une université d'État

Clément Solym - 06.09.2011

Patrimoine et éducation - A l'international - coupe - budget - bibliotheque


En Caroline du Nord, l’État a décidé que ses universités lui coûtaient trop cher, et baisse ses financements d’en moyenne 18 % sur l’ensemble des services de son université principale.

Cette université dÉtat, répartie sur 17 campus, n’est pas la plus importante des États-Unis, mais reçoit quand même environ 180 000 étudiants par an. Elle côtoie le Research Triangle Park, deuxième pôle de la haute-technologie américaine après la Silicon Valley, et Duke, la Harvard du Sud.


Les coupes représentent 3,7 millions de dollars (26 M €) de moins pour la bibliothèque de l’université. Le résultat immédiat est l’annulation de 2100 abonnements et la suppression de 25 postes de vacataires. Le personnel a été réduit de 300 à 260 personnes en trois ans.


La directrice de la bibliothèque Sarah C. Michalak déclare : « Relativement parlant, je trouve cela merveilleux. Je suis terriblement soulagée de voir que la coupe n'a été que de 12,7 % », comparée à celles d’autres services de l’université. L’ensemble de l’université a été amputée de 100 millions de dollars (70 M €).

 
C’est pour elle la croix et la bannière pour trouver quel poste elle va pouvoir supprimer et comment elle va redistribuer les tâches. Ses deux préoccupations majeures sont : « acquérir le matériel dont la faculté a besoin de manière critique pour sa recherche, et maintenir l’architecture technologique. » La bibliothèque a plusieurs projets de numérisation et de conservation en cours. 


L'insuiétude des élèves, comme Tara Bhupati, récemment diplômé en droit, vient surtout de la disparition de certaines revues : « Pour être à jour avec les derniers développements, nous avons besoin de ces journaux. » Ce qui est certain, c’est qu’à côté de Duke, privée et riche, et des infrastructures du Research Triangle, financée en partie par les entreprises, l’université d’État paraît déshéritée.

(Via LibraryJournal)