VatiLeaks : le Vatican conteste toutes les accusations portées

Clément Solym - 24.07.2012

Patrimoine et éducation - A l'international - vatileaks - benoit XVI - vatican


Mis à mal lors de l'affaire « VatiLeaks » qui a diffusé de nombreux documents confidentiels dans les médias italiens et allemands, les secrets du Vatican de Benoît XVI ne reposent pas encore tout à fait en paix. Cependant, après la mise en résidence du majordome Paolo Gabriele, le Saint-Siège vient d'exprimer « sa réprobation ferme et totale » envers toutes les accusations portées.

 

 

Vatican staircase

Le Vatican, quand ça ne tourne plus rond

 

 

La divulgation de documents sensibles, qui révélaient l'existence d'un réseau de corruption, a secoué fortement la confidentialité des intrigues et des correspondances du Vatican. Loin d'être « une initiative journalistique discutable » qui a tenu à rassembler les informations dans le livre Sua Santita (par le journaliste Gianluigi Nuzzi, voir notre actualitté), la diffusion médiatique est perçue par le Vatican comme « un acte criminel » visant clairement à leur porter préjudice.

 

C'est sur Radio Vatican que le père Federico Lombardi, porte-parole du Saint-Siège, a démenti lundi les affirmations publiées par le quotidien La Republica qui mettait en cause deux cardinaux et une religieuse dans l'affaire. L'article ne serait qu'une reproduction « quasi intégrale » d'un article déjà publié par le quotidien allemand Die Welt, il y a une semaine. Ce qui importe surtout, pour le père Lombardi, c'est de ne pas accuser à tort des personnes, d'autant plus quand elles relèvent du Vatican et donc d'une certaine « dignité », très pure :

 

« J'ai répété à plusieurs reprises que le fait d'avoir été entendu par une commission au cours de l'enquête ne signifie aucunement d'être considéré comme suspect », a affirmé le père Lombardi. « C'est très grave de jeter de tels soupçons sur des personnes dignes de respect, qui ont effectué avec dévotion de nombreuses années de service », auprès du pape.

 

La secrétaire d'Etat a également dénoncé dans un communiqué les informations publiées dans la presse italienne et allemande. La commission des cardinaux chargée de faire la lumière sur les fuites des documents au Vatican devrait faire un rapport au pape d'ici fin juillet, rapporte l'AFP.