Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Vente de la collection musicale Meyer : Beethoven en tête

Clément Solym - 18.10.2012

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Beethoven - Manuscrit - André Meyer


Une vente aux enchères organisée par Sotheby's à Paris à dispersé une partie de la collection de manuscrits de compositeurs réunis pendant plus de cinquante ans par l'industriel français André Meyer, collectionneur passionné de musique classique. La vente a eu lieu les 16 et 17 octobre.  Comme le dit Stephen Roe, directeur international du département livres et manuscrits de Sotheby's, « André Meyer est l'un des rares à avoir consacré son existence à la musique ».

 

 

Beethoven

Beethoven,  Jennifer McGeachieCC BY-NC-SA 2.0

 

 

Il n'y a avait pas que Beethoven. Un manuscrit autographe signé du Quatuor à Cordes n°2, Op.10 d'Arnold Schoenberg a aussi été acquis pour 240.750 €. Il s'agirait d'un record mondial pour le compositeur. Un autre record mondial à signaler, celui pour une partition imprimée, qui a été atteint par une première édition des Six Partitas pour clavier de Bach, achetée pour 228.750 €. Grâce à tous ces records, la vente dans son ensemble a atteint des sommets. Au total, le produit de la vente s'élève à 3,3 millions €, soit plus d'un million de plus que sa valeur estimée.

 

Cette vente était aussi l'occasion de revenir sur le parcours de ce collectionneur hors normes. Décédé en 1974 à l'âge de 84 ans, c'est son fils, François, qui a pris la décision de se séparer d'une partie de la collection de son père. Retenons un moment crucial de sa vie : pendant la Seconde Guerre mondiale, il est arrêté par les Allemands, et ne doit son salut qu'à un hasard assez extraordinaire. En effet, l'officier qui l'arrête n'est autre que l'ancien directeur de l'Opéra de Vienne, l'un de ses amis. Il est ainsi épargné par la folie nazie et peut poursuivre à constituer sa collection après la guerre.