Victor Hugo stupide : Baudelaire rejoue l'épreuve du bac de français

Nicolas Gary - 19.06.2014

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Victor Hugo - Charles Baudelaire - lettres stupides


Une lettre particulièrement vive de Baudelaire, et manifestement inconnue jusqu'à aujourd'hui, est mise aux enchères par la maison Christie. L'auteur des Fleurs du Mal s'offre un clash en bonne et due forme, avec pour victime, Victor Hugo. Ce courrier inédit montre combien le poète ne portait pas vraiment la figure hugolienne dans son coeur. C'est le moins que l'on puisse dire. 

 

 

 

 

Baudelaire avait, en public, encensé l'auteur des Misérables, et il avait évoqué tout le talent d'Hugo, en chroniquant son roman, Le Boulevard, publié en 1862. En privé, il se montrait pourtant bien plus acerbe : dans un courrier du 8 janvier 1860, adressé à un inconnu, il brosse un tableau au vitriol de l'auteur. 

 

« V.[ictor] Hugo continue à m'envoyer des lettres stupides. » Un mépris à peine dissimulé et tel, qui lui donne des idées : « Cela m'inspire tant d'ennui que je suis disposé à écrire un essai pour  prouver que, par une loi fatale, le génie est toujours bête ».  

 

Quant au roman, Le Boulevard, les observations privées ne sont pas moins satiriques. « Immonde et stupide », dit Baudelaire, dans un courrier adressé à sa mère, soulignant qu'il maîtrise « l'art du mensonge », en référence à sa chronique laudative. 

 

En 1857, l'année où fut mise en accusation Mme Bovary, paraissaient les Fleurs du mal, qui essuya le feu de la censure. Six poèmes sont supprimés, et Baudelaire reçut d'Hugo une lettre confraternelle et compatissante. « Vos fleurs brillent comme des étoiles », écrit Victor. Baudelaire dégaina trois poèmes en hommage, mais cette démonstration d'affection était loin d'être sincère...

 

Mais ces amabilités n'étonneront pas vraiment : dans un courrier du 3 novembre 1865, toujours adressé à sa mère, Baudelaire explique : 

Victor Hugo qui a résidé pendant quelque temps à Bruxelles, et qui veut que j'aille passer quelque temps dans son île, m'a bien ennuyé, bien fatigué. Je n'accepterais ni sa gloire, ni sa fortune, s'il me fallait en même temps posséder ses énormes ridicules. Madame Hugo est à moitié idiote, et ses deux fils sont de grands sots. - Si tu avais envie de lire son dernier volume (Chansons des Rues et des Bois), je te l'enverrais tout de suite. Comme d'habitude, énorme succès, comme vente. - Désappointement de tous les gens d'esprit après qu'ils l'ont lu. - Il a voulu, cette fois être joyeux et léger, et amoureux et se refaire jeune. C'est horriblement lourd. Je ne vois dans ces choses-là, comme en beaucoup d'autres, qu'une nouvelle occasion de remercier Dieu qui ne m'a pas donné tant de bêtise

La rancune était tenace, chez Charles. (via Guardian)

 

Proposé pour l'épreuve anticipée du bac de français, aux élèves de Première S et ES, le poème Le Crépuscule a suscité de vifs commentaires sur Twitter de la part d'élèves désabusés.