Winnie l'ourson et ses amis retournent au musée, tout beaux, en pluche !

Nicolas Gary - 04.08.2016

Patrimoine et éducation - A l'international - winnie ourson restauration - peluches winnie MIlne - forêt rêves bleus


Si la forêt d’Ashdown a inspiré Alexander Milne pour ses histoires de Winnie l’ourson, c’est bien la Forêt des rêves bleus qui s’ouvre à la New York Public Library. Une exposition réunissant l’ourson ainsi que ses compagnons a débuté ce 3 août. Porcinet, Bourriquet, Tigrou et Grand Gourou ont rendez-vous avec l’histoire. Et pas n’importe comment...

 

 

 

Après plusieurs années de restaurations, redressement du cou, rembourrage au besoin, réparation d’une clavicule ici, quelques points de couture là, les cinq peluches regagnent enfin la NYPL. Ce sont ces créatures qui donnèrent l’inspiration des personnages dont il réalisa les illustrations. AA Milne avait l’histoire, mais encore fallait-il dessiner et réaliser les personnages qui l’animeraient. 

 

Et ce sont elles qu’il offrit par ailleurs à son fils, Christopher, ou Christopher Robin dans la version britannique du conte – le fils ayant prêté son nom au personnage de l’histoire.  

 

Centenaires, ou quasiment, ces peluches ont donc subi une cure de restauration intensive, avec les réparations nécessaires pour redevenir visibles. 

 

« La NYPL prend la préservation de ces peluches très au sérieux », assure le conservateur Michael Inman, de la division livres rares. C’était là que les peluches étaient entreposées, mais les différentes dégradations que le poids des ans leur a affligées nécessitaient une potion de jouvence. 

 

Non seulement les peluches ont été restaurées et réparées, mais aussi nettoyées pour retrouver l’éclat qu’elles devaient avoir quand Milne s’en est servi. 

 

En fonction, chacune avait plus ou moins de petits bobos – mais c’est de façon assez prévisible que Bourriquet a réclamé le plus de travail. Un total de 52 patchs a été appliqué, et plusieurs autres soins apportés pour combattre l’usure. 

 

Leur retour dans l’établissement correspond par ailleurs au 95e anniversaire de leur arrivée dans la famille – Christophe reçut son ours le 21 août 1921.