Yves Bonnefoy “était celui qui “dit” le poème, le sien et celui de ses poètes”

Cécile Mazin - 04.07.2016

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Yves Bonnefoy hommage - conférence poète traducteur - mort Yves Bonnefoy


Si la France a perdu « l’un de ses plus grands poètes », estimait Audrey Azoulay, la Bibliothèque nationale entend faire perdurer sa mémoire. Décédé à l’âge de 93, Yves Bonnefoy fut traducteur, critique d’art, et poète. Et la BnF propose ainsi de retrouver plusieurs conférences qu’il avait données au sein de l’établissement.

 

 

 

Pour Laurence Engel, présidente de la BnF, « il était non seulement un poète, mais un lecteur, un interprète, parmi les plus subtils. Il était celui qui “dit” le poème, le sien et celui de ses poètes — Shakespeare, Rimbaud, Baudelaire. C’est cette mémoire que la BnF entretient et se devait de restituer aujourd’hui ». 

 

Traducteur et lecteur de Shakespeare dans son épaisseur linguistique, Yves Bonnefoy entretenait, à travers le temps, une sorte de connivence poétique avec Rimbaud et Baudelaire — poètes qu’il avait commentés, au tournant du siècle, dans une série de conférences. La BnF lui rend hommage en rediffusant sur son site ces conférences qui ont fait date. 

 

En 2013, la BnF avait salué l’auteur de Du mouvement et de l’immobilité de Douve, en lui décernant le Prix de la BnF, honorant ainsi une vie consacrée, à travers ses livres et ses cours au Collège de France, à la poésie. Ce dernier récompense un auteur vivant de langue française pour l’ensemble de son œuvre, quelle que soit sa discipline.

 

L’ensemble de la production éditoriale d’Yves Bonnefoy est conservé dans les différents départements de la BnF. 

 

La BnF avait consacré une après-midi d’étude en hommage à l’écrivain et poète le 3 mai dernier. Cette conférence sera également en ligne prochainement sur bnf.fr. Les conférences à retrouver sont les suivantes :