Le Prix Gulli 2016 récompense un chasseur de baignoire !

Fred Ricou - 29.09.2016

Prix littéraires - gulli - prix - livres


La chaine de télévision jeunesse Gulli remet chaque année un beau prix médiatique à un roman français, jeunesse, à destination des 8-14 ans. Cette année, aux côtés de Michèle Reiser, la présidente et la créatrice du prix, c'est l'auteure Marie Desplechin, qui écrit pour la jeunesse mais également pour les adultes, qui est la marraine. Elle succède ainsi à l'animateur de télévision Antoine de Caunes.

 

 

Comme chaque année, il y avait beaucoup de monde à la remise de prix, le jury qui entourait Marie Desplechin cette année était composé de Marguerite Abouet , Pascal Charvet, Gérard Collard, Julie Gavra, Tobie Nathan et Éva Roque.

 

Et c'est le roman Théo, chasseur de baignoires en Laponie de Pascal Prévot (Ed. Le Rouergue) qui remporte cette année le prix. Le jury a tenu a souligner que "ce n'était pas un vote unanime, on a discuté et l'on s'est accordé sur la fantaisie, la qualité de l'écriture, sur le plaisir à écrire..."

 

Marie Desplechin, la marraine, souligne qu'il y avait, dans le jury, des avis très séparés : "Aprés, il y avait des genres très différents, du fantastique, du quotidien, de l'onirique... le critère surtout était : comment le livre est ficelé." Seule représente de la littérature jeunesse dans le jury, Marie Desplechin nous fait comprendre que son avis n'a pas été plus écouté que celui des autres membres : "Certains membres du jury n'en avaient jamais lu et moi j'avais des tas de points de comparaison. Mais ce n'est pas une expertise, c'est un goût. On porte sur l'enfance ou sur le livre, un regard qui repose sur autre chose. J'ai peut-être influencé un des membres du jury, mais un autre m'a dit que ça n'y changeait rien...

 

L'auteur nous a également confié son émotion et surtout sa surprise : "Je l'espérais, mais l'on a jamais l'impression que ça va vous arriver. Ça m'a surpris en partie, oui. Je suis très heureux, sans doute un peu sidéré aussi. C'est surtout mon premier prix en littérature jeunesse.Théo, chasseur de baignoires en Laponie était un manuscrit en attente chez l'auteur pendant 6 ans, donc pour le prochain roman jeunesse, Pascal Prévot ressent une légère appréhension après le succès de celui-ci : "Je le crains, après il faudra essayer de s'en affranchir…"

 

 

Les autres titres en lice étaient de très belles qualités, également, et l'on regrette qu'ils n'aient pas, comme à l'École des fans, tous gagné : Agatha par Françoise Dargent, Le complexe du papillon par Annelise Heurtier, L'Éveil par Jean-Baptiste de Panafieu, et Le goût sucré de la peur par Alexandre Chardin. 

 

On attend déjà impatiemment, la sélection de l'année prochaine ! 



Les histoires sans fin