Les lauréats du 13e Grand Prix du Journal de Mickey

Fred Ricou - 08.10.2015

Prix littéraires - prix - mickey - jury


Chaque année, le Grand Prix du Journal de Mickey offre une belle visibilité aux deux livres (roman et bd) qui sont choisis par un jury de jeunes lecteurs.

 

 

En juin dernier, ils sont seize, sur cinq cents candidatures, à avoir reçu les treize ouvrages qu'ils ont dû lire pendant l'été.Treize ouvrages divisés en deux, 8 bandes dessinées, 5 romans.

 

Édith Rieubon, la rédactrice en chef du journal, a fait un discours lors de la remise de prix, mercredi soir, en soulignant qu'avoir un jury de jeunes lecteurs est fascinant parce que quand on a entre 9 et 14 ans « Quand on aime on est dithyrambique, quand on n'aime pas, on le dit clairement. » et tout cela donne des discussions passionnantes et passionnées autour des livres sélectionnés.

 

Le Président de cette édition, l'auteur Jean-Philippe Arrou-Vignod, lui qui croise beaucoup de jeunes lecteurs dans ses déplacements professionels,  l'a assuré « les jeunes lisent toujours, lisent beaucoup et lisent bien ». Pour preuve il a calculé que pour ce prix, le jury avait du lire approximativement 600 planches de bd et, à la louche, 2200 pages de romans.

Lui-même grand lecteur, Jean-Philippe Arrou-Vignod l'avoue « Dans les livres, on aime retrouver des gens comme nous. On vit dans une parenté avec les personnages. Quand on lit un livre, on devient membre d'un club secret. »

 

C'est certainement pour cela que le jury a adoré deux ouvrages plus que les autres.

 

Pour la bande dessinée, c'est Le Grand Méchant Renard de Benjamin Renner aux éditions Delcourt. Les deux représentants du jury bd ont avoué que tout le groupe l'avait aimé parce qu'il était avant tout très drôle…

 

 

Face à un lapin idiot, un cochon jardinier, un chien paresseux et une poule caractérielle, un renard chétif tente de trouver sa place en tant que grand prédateur. Devant l'absence d'efficacité de ses méthodes, il développe une nouvelle stratégie. Sa solution : voler des oeufs, élever les poussins, les effrayer et les croquer. Mais le plan tourne au vinaigre lorsque le renard se découvre un instinct maternel...

 

Pour le prix du roman, c'est Le silence de Mélodie aux éditions Michel Lafon qui l'emporte. Une histoire extrêmement émouvante qui fait partie de ce courant de romans que l'on appelle « Sick Litt ».

Ici aussi les deux représentants du jury ont commenté cette récompense en disant que ce livre avait « touché le cœur de chacun » et qu'il permet de « changer le regard sur le handicap ».

 

 

Quand j'ai eu deux ans, tous mes souvenirs avaient des mots, et tous mes mots avaient une signification.Mais seulement dans ma tête. Je n'ai jamais prononcé un seul mot. J'ai bientôt onze ans.

 

Les autres ouvrages en lice étaient pour les bds : Le château des étoiles, Les Chroniques de Braven Oc,Violette, Les enfants de la résistance, Les mondes cachés, Appa, La quête d'Ewilan, L'encyclopédie des débuts de la Terre, Le testament de Flint - Jim Hawkins

Pour les romans : Vol 1618,Terre Dragon, Marjane - La Crypte, Celle qui sentait venir l'orage, Les héros oubliés, Les affreusement sombres histoires de sinistre ville, Un monde sauvage.

 

{CARROUSEL}


Les histoires sans fin