A Lille, la littérature passe hors les murs

Clément Solym - 31.05.2012

Reportage - La littérature hors les m - CRLL - Nord-Pas de Calais


Le 24 mai dernier, nous avons pu assister à une rencontre gratuite à la Gare Saint-Sauveur de Lille, mise en place par le Centre Régional des Lettres et du Livre (CRLL) du Nord-Pas-de-Calais.

 

Cette rencontre intitulée « La littérature hors les livres », s'est donnée pour mission de débattre autour des différentes pratiques de la littérature en dehors du support papier. Pour cela, plusieurs personnalités étaient invitées autour de trois tables rondes d'affilée, animées par Jean-Max Colard, critique d'art et professeur à l'université de Lille 3. 

 

La table ronde dont nous rendons compte ici, sur les trois présentées, mettait en scène Yves Pagès, écrivain, éditeur chez Verticales et auteur d'un blog d'un nouvel horizon intitulé « Pense-bête »; nous y retrouvions également Edgar Kosma, co-fondateur de la revue On-lit.net, ainsi que des éditions 100% numériques associées ; enfin, Fabrice Thumerel, co-fondateur du site Libr-critique.com.

 

Ces différents intervenants réunis ont proposé une réflexion passionnante sur la place du livre aujourd'hui dont certains acteurs du secteur ont des difficultés à évoluer avec leur temps. En effet, vous le savez peut-être, le livre numérique n'obtient pour le moment que très peu de succès, 1 % des ventes de livres seulement.

 

Et pourtant… Internet ouvre un champ de possibilités énorme aux nouvelles formes de littérature et devient un laboratoire d'expérimentations.  Les questions qui ont été traversées au cours de cet après-midi ont porté sur l'évolution du statut de l'œuvre, sur la transversalité des arts, ainsi que sur les limites du numérique.

 

Dans le « paysage littéraire contemporain » pour reprendre l'expression de Jean-Max Colard, le livre n'est plus central. Chacun des trois invités a présenté son travail autour de ces nouvelles formes de littérature. Fabrice Thumerel souhaitait une nouvelle approche de la critique en sortant par exemple des classiques littéraires, et valoriser davantage la littérature « en train de se faire ». On trouvera entre autres choses sur le site de Libre-critique.com, un panel varié de créations artistiques autour de la littérature.

 

Pour Edgar Kosma, le net est un puits sans fond de richesse culturelle inépuisable. Sur le site On-lit.net, le catalogue des propositions est éclectique tant sur le fond que sur la forme.  Enfin pour Yves Pages, son blog, ainsi que ces nouvelles formes, sont révélatrices d'une crise esthétique. Comment se réconcilier avec une pratique et par ce biais, répondre à des questions psycho-existentielles ? Sur son blog Pense-Bête, on partage ses passions, notamment celle pour la photographie, où il se plaît à nous raconter des histoires très visuelles.



Aujourd'hui, grâce à Internet, nous sommes davantage dans une démarche de création collective qu'auparavant, mais aussi plus éphémère. L'écriture « en train de se faire » constitue un véritable acte de création qui valorise le partage et l'instant présent.

 

Si aujourd'hui le numérique tend à promouvoir la forme du texte court, il permet aussi une ouverture à la pluridisciplinarité. L'éditeur numérique peut alors prendre plus de risques puisqu'il n'est plus question de comptabiliser le nombre d'exemplaires à imprimer. L'écrivain a déplacé son atelier, il peut désormais s'exprimer ailleurs, seul ou de manière collective…