Avant les enseignants, Xavier Darcos fait sa rentrée

Clément Solym - 29.08.2008

Reportage - Xavier - Darcos - rentree


Alors que la rentrée approche à grand pas, le ministre de l’Education, Xavier Darcos, est omniprésent. Sur tous les fronts, il souhaite avant tout que cette rentrée se fasse dans un climat serein. Au-delà même du vœu pieux, il va jusqu’à l’affirmation : cette rentrée « se passera tout à fait normalement ».

Pour une école « nouvelle génération » :

Lors de sa conférence de rentrée, donnée dans la matinée du jeudi 28 août, Xavier Darcos s’est posé en grand ordonnateur d’une école « nouvelle génération », capable de se défaire des erreurs du passé pour aller de l’avant et permettre à tous de réussir son parcours de formation.

Le ministre souhaite voir l’émergence d’une école davantage en harmonie avec les familles, qui soit plus juste en accordant à chacun de plein droit la possibilité de s’instruire et surtout d’être soutenu en cas d’échec scolaire ou de situation de handicap.

Xavier Darcos annonce des relations au beau fixe pour la rentrée scolaire :

Et pourtant, souvenez-vous, lors du printemps dernier, de nombreux dossiers avaient contribué à rendre plus qu’éléctriques les relations entre le ministère et les enseignants, souvent soutenus par les parents d’élèves. Ce qui ne passait pas, c’était le nombre de suppressions de postes. Comme un défi, le ministre veut précisément montrer qu’il n’y aura pas de difficulté à accueillir tous les élèves dans de bonnes conditions malgré la baisse du nombre d’enseignants (11.200 postes supprimées).

Si le primaire devra accueillir 6.000 élèves supplémentaires, le second degré public perd 40.600 élèves. Pour le ministre, il n’y aura donc pas de problèmes de classes surchargées. Au contraire, certains niveaux devraient se voir moins lourds que l’année passée.

Cette nouvelle rentrée voit également la mise en place d’une carte scolaire élargie à l’image de l’initiative lancée en 2007 et qui reste un succès selon le ministère. « Les demandes de dérogation ont progressé de 17% cette année. Elles ont été satisfaites dans 88% des cas et le nombre d'élèves boursiers ayant obtenu l'affectation qu'ils sollicitaient a progressé de plus de 30% » a souligné Xavier Darcos.

Au primaire : moins d’heures de cours pour tous et plus de soutien pour certains

Autre sujet brûlant : la mise en place de deux heures hebdomadaires de soutien aux élèves du primaire les plus en difficulté. Pour réaliser cette réforme, il a fallu supprimer la classe le samedi matin (avec une généralisation de la semaine à quatre jours) et faire tomber le nombre d’heures hebdomadaires en classe normale de 26 à 24. Seuls les élèves en grande difficulté auront le nombre d’heures classique.

Mais la mise en place de ce système pose de sérieux problèmes, en termes de transports et de restauration, à de nombreuses écoles situées en milieu rural. Pour Xavier Darcos, il est nécessaire que chacun prenne ses responsabilités afin de faire front uni contre l’échec scolaire.