Maryland : Parvenir à faire du film "une expérience sensorielle"

Association Effervescence - 06.10.2015

Reportage - avant première - réalisation film - collaboration artistique


Chaque semaine, ActuaLitté, en partenariat avec l’association Effervescence, réunissant les étudiants et anciens élèves du master Édition et Audiovisuel de Paris-Sorbonne, vous donne rendez-vous : retrouvez dans les colonnes de notre magazine une chronique, réalisée par les étudiants de la formation, racontant la vie du master et de l’association.

 

Cette semaine, revenons sur la projection du court-métrage de la promotion Tonino Benacquista du master.

 

 

 

Voilà longtemps que l’on vous parle de ce fameux film, Le Bel Âge. En post-production ces derniers mois, il devait être projeté à la rentrée. Cela s’est passé lundi dernier, juste avant une avant-première du film Maryland, réalisé par Alice Winocour, avec Matthias Schoenaerts et Diane Kruger. Cette avant-première s’est achevée par une rencontre avec la réalisatrice et les deux productrices du film, Isabelle Madeleine et Emilie Tisné.

 

Le Bel Âge est l’histoire de Jeanne qui, par hasard, tombe sur le compte ouvert de sa petite-fille sur un site de rencontres et se met à discuter avec un jeune homme. D’abord suspicieuse et curieuse, la vieille dame se prend au jeu, apprivoise sa machine et finit par se faire passer pour sa petite-fille.

 

La projection du Bel Âge a révélé un film différent du scénario que nous avions lu précédemment. Cela n’a rien d’étonnant puisque le montage et l’étalonnage sont passés par là.

 

Les étudiants ont su répondre au sujet du coup de foudre 2.0 tout en le détournant. En effet, il est difficile de filmer un écran d’ordinateur ; l’absence de mouvement rend ce genre de plans peu intéressants. En revanche, le film montre le personnage devant son ordinateur, son comportement face à l’écran et ce qui en découle dans la vie réelle. Nous voyons une femme âgée, qui affirme ne rien comprendre aux machines apprivoiser la sienne et se laisser apprivoiser par elle également.

 

En deuxième partie, a été projeté en avant-première le film Maryland , dans lequel Vincent, un vétéran souffrant de stress post-traumatique, est engagé pour se charger de la sécurité de l’épouse d’un homme politique et sent planer une menace dans la grande propriété où vit le couple. Menace qui peut être aussi bien réelle que née de sa paranoïa...

 

La réalisatrice déclare avoir pris ce personnage de vétéran comme point de départ. Cette figure, récurrente dans le cinéma américain, est plus rare dans le cinéma français. C’est pour elle un personnage qui, par son traumatisme, peut être mis en lien avec son précédent film, Augustine, qui évoquait une relation entre le Dr Charcot et une de ses patientes atteinte d’hystérie.

 

Le film se veut expérience sensorielle, plongée directe dans le paysage mental du personnage, et donc dans ses troubles, sa violence, sa peur. La musique tente de reproduire au maximum ce qu’il entend, y compris lorsque son audition est atteinte, de même que les plans ne font voir que ce qu’il voit. Le doute et l’effroi sont donc les éléments principaux du film qui en devient presque fantastique. « Je voulais que la peur soit au cœur du film », explique la réalisatrice.

 

Les deux productrices ont également évoqué leur travail auprès d’Alice Winocour, qu’elles accompagnent depuis ses premiers films, et notamment ses courts-métrages. Ce sont elles aussi qui avaient produit son premier long-métrage Augustine. La collaboration entre elles est aussi bien artistique que financière. D’ailleurs, elles évoquent leur équipe, monteur, chef opérateur, comme une famille regroupée autour de la réalisatrice. C’est grâce à cette équipe qu’une continuité s’établit d’une œuvre à l’autre.

 

Cette projection vient donc clore le travail de la promotion 2014-2015 du master ; le court-métrage sera sans doute bientôt disponible sur le site de l’association ou de la filière audiovisuel. La soirée ouvre également sur les étudiants de cette année. Ils présenteront d’ailleurs très bientôt les sujets de leurs futures productions.

 

Si vous voulez (re)lire nos chroniques déjà publiées sur ActuaLitté, c’est ici ! Si vous voulez être informés chaque semaine de la parution de notre nouvelle chronique, c’est ici !

 

À mardi prochain !