medias

De l’attrait du trait : image, texte, plumes et crayons

La rédaction - 30.03.2017

Reportage - Frac exposition Nord - attrait trait art - musée Matisse Nord


Depuis trente ans, le Fonds régional d’Art contemporain (FRAC) Picardie concentre ses recherches sur le dessin et interroge le trait et la ligne dans toutes leurs dimensions. De l’image au texte, la frontière est ténue et c’est ce champ qu’explore, depuis le 26 janvier, l’exposition « La plume et le crayon ». Le musée Matisse explore lui le dialogue entre la plume et le pinceau, à l’occasion d’une rétrospective consacrée à l’artiste belge Pierre Alechinsky.

 

Alechinsky marginalia, plume et pinceau Musée départemental Matisse
Palais Fénelon 59360 Le Cateau-Cambrésis – Tél. 03 27 84 64 50

 

 

Lettres, rébus, illustrations, légendes, récits, bande dessinée, livre, frise... ce sont plus de quatre cents dessins réunis en six ensembles qui occuperont à partir de fin janvier et jusqu’au 14 mai 2017 la Maison de la Culture d’Amiens et le FRAC Picardie, en partenariat avec l’université de Picardie Jules Verne — UFR des Arts, l’association, « On a marché sur la bulle » et le CR2L Picardie.

 

« Ce n’est pas une démonstration, prévient d’emblée Yves Lecointre, directeur du FRAC Picardie, mais une traversée libre autour de thématiques. » Façon de balayer un fonds de 1 300 œuvres et de le redécouvrir au prisme des déclinaisons et relations qu’entretiennent texte et image.

 

Constituer des ensembles thématiques qui se recomposent sans cesse : la politique d’expositions du FRAC Picardie permet de composer avec les contraintes budgétaires, mais aussi un lieu d’exposition modeste. Le contenu de ces expositions évolue chaque année, multipliant les parcours au sein du fonds. Le FRAC Picardie tisse également des relations privilégiées avec les artistes, en amont ou en aval des acquisitions, ce qui a permis de constituer des ensembles monographiques parfois conséquents.

 

Ces rencontres sont l’objet de publications, catalogues ou livres d’artistes, et alimentent un fonds documentaire riche de quelque 20 000 ouvrages, accessibles au public : essais et textes critiques, catalogues d’expositions, monographies.

 

Occuper l’espace

 

En se consacrant au dessin dans sa diversité contemporaine, sur et hors papier, avec et sans crayon, le FRAC Picardie cultive sa particularité. Une mission qui recoupe, par certains égards, celle du musée du dessin et de l’estampe originale de Gravelines (lire p. 37) et permet d’envisager des dialogues entre les structures, comme ceux amorcés en 2012 avec le programme « Dessiner — tracer ».

 

De l’automne 2011 à l’automne 2012, l’Association des conservateurs des musées du Nord – Pas de Calais avait conçu une série de quarante expositions dans vingt musées et au FRAC Picardie en collaboration avec l’Association des conservateurs des musées de Picardie, le réseau des musées de l’université libre de Bruxelles, le musée Félicien Rops de la Province de Namur, le FRAC Picardie, le réseau 50° nord et l’université Lille 3. L’idée d’exposer le peintre et graveur belge Pierre Alechinsky au musée Matisse, au Cateau-Cambrésis, est née de ces rencontres.

 

« Nous sommes en quelque sorte un peu à l’origine de cette exposition dans la mesure où les œuvres acquises par le FRAC furent présentées au musée Matisse lors de notre collaboration pour Dessiner-tracer », explique Yves Lecointre. Contact était alors pris entre l’artiste et le directeur du musée Matisse, Patrice Deparpe pour une exposition en 2016. Des contraintes de calendrier ont imposé de présenter un sujet moins fréquemment évoqué : les livres illustrés.

 

« D’aucuns pourraient considérer ce travail comme marginal : il est tout au contraire central et fondateur », explique Patrice Deparpe. Ce choix a d’autant plus de sens dans un musée, où, en plus des ouvrages illustrés par Matisse, se trouve le fonds des livres publiés par l’éditeur d’art Tériade.

 

Jusqu’au 17 mars 2017, on peut ainsi parcourir le travail de Pierre Alechinsky à travers 90 livres et 70 peintures. Parmi ses rencontres artistiques, on peut citer Yves Bonnefoy, Michel Butor, André Breton, Roger Caillois, Cioran ou même Balzac et Blaise Cendrars.

 

« Mettre en lumière les livres dans lesquels Pierre Alechinsky joue de concert avec les écrivains, les poètes... Une belle façon de perpétuer le dialogue engagé au musée entre Matisse et les artistes contemporains », souligne le conservateur.

 

Il semblerait logique qu’un dialogue s’installe aussi de façon pérenne entre les différents établissements intéressés par le dessin, surtout dans la perspective du redéploiement territorial. Mais il reste encore beaucoup à faire pour créer un véritable réseau et faire circuler et les œuvres et les publics.

 

« La fusion avec le Nord – Pas de Calais va permettre de réidentifier les potentiels, confirme Yves Lecointre. Dans le futur, il devrait tout naturellement y avoir des relations entre les musées. » L’avenir s’esquisse, mais encore à grands traits.

 

Marie-Laure Fréchet

en partenariat avec le CRLL Nord Pas de Calais