L’assistant-réalisateur, un vrai chef d’orchestre

Association Effervescence - 25.08.2015

Reportage - assistant-réalisateur - association Effervescence - cinéma


Chaque semaine, ActuaLitté, en partenariat avec l’association Effervescence, réunissant les étudiants et anciens élèves du master Édition et Audiovisuel de Paris-Sorbonne, vous donne rendez-vous : retrouvez dans les colonnes de notre magazine une chronique, réalisée par les étudiants de la formation, racontant la vie du master et de l’association.

 

 

Cette semaine, une étudiante en audiovisuel évoque son rôle en tant qu’assistante-réalisateur, un poste qu’elle a occupé lors du tournage du court-métrage de la promotion, Le Bel Âge. 

 

 

 

« Assistant assis, assistant fini ! »

 

Quiconque prétend devenir assistant-réalisateur se tiendra à cette règle d’or, bien connue dans la profession. C’est en tout cas celle que l’on retiendra du tournage de fin d’année du Master 2 MEA.

 

Pour la réalisation du Bel âge, leur film de fin d’année, les étudiants de la promotion 2014-2015 se sont vus attribuer différents rôles, en fonction des besoins du tournage et de leurs affinités avec les métiers du cinéma, dont celui d’assistant-réalisateur. Sur ce tournage, trois étudiantes se sont réparti les fonctions de première, deuxième et troisième assistante, et ce, dès la préparation du tournage, où elles ont été chargées d’assister l’équipe dans la recherche de décors, l’établissement d’un dépouillement et l’élaboration d’un plan de tournage.


Le bras droit du réalisateur

 

Comme son nom l’indique, un assistant-réalisateur est avant tout un soutien, aussi bien moral que logistique, pour le réalisateur. Il doit en effet permettre à celui-ci de se décharger de tout tracas pour se consacrer à la mise en scène. C’est d’ailleurs l’assistant-réalisateur qui est chargé d’organiser le planning de chaque journée de tournage, en étroite collaboration avec la régie et la production. À ce titre, il élabore des « feuilles de service », qui précisent pour chaque jour toutes les informations nécessaires au bon déroulement logistique d’une journée de travail : horaires, lieux de tournage, éphémérides et météo, déplacements, planning des plans à tourner, liste du matériel technique, des accessoires, du personnel nécessaire, etc. Tout cela de façon cohérente et organisée, de manière à gérer au mieux le temps, et évidemment, l’argent !

 

L’assistant-réalisateur, un vrai chef d’orchestre

 

Véritable homme-tampon, l’assistant-réalisateur et ses adjoints sont ainsi en contact avec toutes les personnes présentes sur le plateau (régisseurs, costumiers, maquilleurs, comédiens, etc.) qu’ils organisent. Ils sont à la fois responsables du déroulé de planning et de la bonne dynamique des équipes. Toujours aux côtés du réalisateur, un premier assistant doit être capable de comprendre ses besoins et de les mettre en pratique rapidement. Lors d’un changement de plan, par exemple : à la charge de l’assistant de prévoir en amont les modifications à apporter au plateau et de le faire savoir au reste de l’équipe. Un bon assistant devra ainsi toujours avoir une petite longueur d’avance.

 

Du sang-froid… toujours !

 

Attentif, un premier assistant doit également être en mesure de recadrer un réalisateur, afin de ne pas prendre un retard qu’il serait difficile, voire impossible de rattraper, mais aussi de le conseiller si nécessaire. Il constitue un appui moral indéniable, quand on sait la pression que subit un réalisateur, bien souvent en proie au doute derrière une apparente assurance. D’ailleurs, le travail de l’assistant n’est pas que logistique, il est également social, puisqu’il doit travailler en collaboration avec tous les corps de métier sur le plateau, où, la fatigue aidant, les tensions peuvent surgir à n’importe quel moment.

 

C’est alors le rôle de l’assistant de désamorcer ces petites crises afin qu’elles ne viennent pas perturber le tournage. Si l’assistant-réalisateur doit être réactif et capable de travailler dans l’urgence, il doit également savoir prendre le temps de dialoguer avec ses équipes et d’assurer leur confort, avec l’aide précieuse de la régie.

 

La fonction d’assistant-réalisateur est ainsi incroyablement enrichissante, puisqu’elle permet à celui ou celle qui l’endosse d’être au cœur même de l’organisation d’un tournage, tout en tissant des liens étroits avec l’ensemble d’une équipe.

 

 

Si vous voulez (re)lire nos chroniques déjà publiées sur ActuaLitté, c’est ici ! Si vous voulez être informés chaque semaine de la parution de notre nouvelle chronique, c’est ici !

 

À mardi prochain !