De la musique avant toute chose, le reste n'est que (que ?) littérature

Association Effervescence - 05.11.2013

Reportage - musique - littérature - niches éditoriales


Chaque semaine, ActuaLitté, en partenariat avec l'association Effervescence, réunissant les étudiants et anciens élèves du Master Édition et Audiovisuel de Paris IV-Sorbonne, vous donne rendez-vous : retrouvez dans les colonnes de notre magazine une chronique, réalisée par les étudiants de la formation, racontant la vie du Master et de l'association. Cette semaine, nous nous proposons d'observer les liens qui peuvent exister entre le livre et la musique.

 

Nous vous avions déjà parlé plusieurs fois du rapport qu'il peut exister entre livre et cinéma (ici ou ici). Nous nous sommes interrogés cette semaine sur la place qu'occupe la musique contemporaine dans la production éditoriale française. Vaste entreprise qui ne manque pas d'intérêt, car les ponts entre livre et musique, ces deux domaines culturels tour à tour matériels et immatériels, sont plus importants qu'on ne le croit. Petit aperçu non exhaustif de la situation.

 

Des artistes qui se ressemblent

 

Les artistes musicaux prennent souvent la plume, comme Mathieu Malzieu du groupe Dionysos avec, entre autre, La Mécanique du cœur, publié chez Flammarion et faisant écho à l'album du même nom. Nombreux sont aussi les journalistes musicaux écrivant des ouvrages, tel le critique rock Nicolas Ungemuth avec Le Roman du rock (éditions du Rocher). La figure du musicien peut être également comparable à celle de l'écrivain en ce qui concerne la notion d'identité visuelle et de médiatisation. Amélie Nothomb, Frédéric Beigbeder ou encore Michel Houellebecq sont des auteurs qui font autant parler d'eux que certaines rock stars, auxquelles ils empruntent une image de transgression.

 

Quand la musique inspire le livre

 

Si les maisons d'édition expressément consacrées à la musique sont peu nombreuses – avec notamment Camion Blanc, « L'éditeur qui véhicule le rock », publiant des ouvrages très spécifiques  sur la contre-culture et sur les ressorts du rock (progressif, punk, pop, metal…) –, les collections ou productions éditoriales en la matière abondent. Des maisons d'édition variées proposent des livres à thématique musicale, illustrés ou non, dans leur catalogue : Flammarion, Gallimard, La Martinière, Robert Laffont, Michel Lafon, Albin Michel, Hors Collection, Fayard…, pour les plus grosses structures, ou encore Tristram, Chêne, Cherche Midi, L'Olivier, L'Épervier, Au Diable Vauvert, Le Bord de L'eau, Premium…, pour les plus petites, qui ont véritablement une carte à jouer dans ce domaine. (La liste est bien sûr non exhaustive.)

 

 

 

Tout l'univers de M....

 

Alors que La Martinière ne dispose seulement que de quelques titres à son catalogue, Gallimard a développé plusieurs collections consacrées à la musique : la collection « Pour la Musique » ou encore la collection « Musique d'ailleurs » chez Gallimard Jeunesse. 

 

Parmi les productions plus restreintes mais néanmoins abouties, les éditions Le Mot et Le Reste développent plusieurs collections tournées vers l'univers musical, en particulier la collection « Formes » et la collection « Attitudes ». Des livres aux titres accrocheurs (En route vers Woodstock ou Rétromania) y révèlent une vraie pertinence des sujets et un rythme dans l'écriture. La collection « Rivages / Rouge » chez Payot & Rivages propose également des documents de qualité. En général, chaque titre sort en format poche un an après, ce qui permet à l'éditeur une diffusion plus large.

 

En somme, le paysage éditorial français révèle des configurations diverses et les livres revêtent ainsi de multiples formes : biographies sur des artistes en tout genres et autobiographies des « stars » elles-mêmes ; dictionnaires du rock, du rap, du jazz ; le concept de la musique « pour les nuls » (classique, jazz, rock) ; les romans rock (avec une collection « Polar Rock » chez Mare Nostrum) et autres récits romancés ; les histoires de la musique ; les livres audios ou encore des bandes dessinées (sur la chanteuse Amy Winehouse, sur le groupe Louise Attaque…) ; ces productions vontdes créations grand public pour adultes ou enfants à des œuvres très pointues et exigeantes. Comme pour tous les documents, les ouvrages musicaux suivent l'actualité : l'anniversairede Woodstock, la dernière tournée d'Eddy Mitchell ou la mort de Lou Reed… les événements provoquent inévitablement leur lot de parutions ou de réimpressions.

 

 

 

 

La thématique musicale incite à l'originalité dans la création éditoriale et permet au livre de proposer une valeur ajoutée. Pour preuve : Le Livre extraordinaire de M, coffret détonant sur l'univers du chanteur M, recèle, en plus d'un livre, des objets curieux et joyeux à l'image de l'interprète : des lunettes, des cartes postales, un disque (quand même !) et autres affiches et diapositives. Une création éditoriale originale autour d'un univers musical déjà populaire : un coup marketing réussi pour Flammarion !

L'étendue des sujets et des interactions possibles est très vaste. Mais, bien que le nombre de groupes émergents soit sans cesse en augmentation, les ouvrages publiés se réfugient néanmoins souvent dans des valeurs sûres, telles que les Beatles et Rolling Stones.

 

Le secteur jeunesse est particulièrement porteur pour la dimension ludique qu'apporte la musique au livre papier. Citons, par exemple, les ouvrages produits par la Cité de la Musique, les éditions Play Bac ou encore Gallimard Jeunesse, qui proposent des CD accompagnant le livre pour guider les enfants dans leur apprentissage de la musique dès le plus jeune âge.

 

 

 

 

Un potentiel à exploiter

 

Les maisons d'édition consacrées à la musique se limitent souvent à des niches, tel Camion Blanc et ses thèmes très spécifiques. Pourquoi ne pas viser un public plus conséquent et une tranche d'âge plus large ? Si certaines structures ont coulé, comme Scali, d'autres se maintiennent mais, d'une manière générale, l'édition française autour de la musique demeure timide. Une réelle frustration est en train de naître car le numérique, qui pourrait offrir de nombreuses et passionnantes possibilités pour allier le livre et la musique, tient une part infime dans la production actuelle. L'Homme Volcan, conte multimédia publié par Flammarion et Actialuna, est une belle innovation qui a reçu le prix du livre numérique en 2012 mais qui demeure une exception dans son genre.

 

 

 

 

Enfin, soulignons que des initiatives originales sont notables, comme la Biblio'rock qui s'installe chaque année au festival Rock en Seine au Domaine national de Saint-Cloud et invite les mélomanes au plaisir de la lecture, démocratisant davantage ce lien entre livre et musique.

 

L'interdépendance de ces deux secteurs culturels a véritablement de l'avenir et tout est encore possible. Elle offre aux éditeurs la possibilité de mettre en œuvre leur rôle de créateurs, et ce aujourd'hui plus que jamais avec le numérique.

 

En attendant de vous retrouver pour une nouvelle chronique, nous vous souhaitons une belle semaine musico-littéraire !

Et n'oubliez pas, si le croisement des domaines culturels vous intéresse, rendez-vous le 16 novembre pour une master class exceptionnelle !