Des nuits 'à coudre des reliures à la main', des éditeurs fous

Clément Solym - 08.11.2010

Reportage - prix - lignes - horizons


Sur la Place de l’Église de Saujon (Charentes Maritimes), il y a une petite librairie comme certainement dans beaucoup de villages et de villes de France. Sauf que, à la librairie Lignes d’Horizons, il y a Danièle GAY aux manettes. Une libraire comme un lecteur ne peut que les aimer : passionnée, enthousiaste, dynamique, disponible, éclairée !


Une libraire qui aime à dénicher ici ou là, le livre dont elle va vous faire partager sa passion dès que vous lui aurez posé la question Césame : « Vous n’auriez pas quelque chose de sympa à me proposer ? » Aucun problème, dans son capharnaüm, elle a toujours quelque chose pour vous !

Pourquoi ? Parce que Danièle n’aime pas les sentiers battus et cherche inlassablement des trésors chez les éditeurs confidentiels, des passionnés comme elle, qui, loin des mastodontes de l’édition, traquent les coups de cœur, s’évertuent à dénicher des talents inconnus ou en devenir ou encore à ré-éditer des ouvrages oubliés.

La petite édition, artisanale

Des petits éditeurs qui « sortent » dix à vingt ouvrages par an au mieux, les couvent comme des enfants jusqu’à leur naissance, assurent souvent seuls toute l’intendance de la lecture des manuscrits jusqu’à la promotion directe (auprès de libraires comme Danièle) en passant par la rencontre des auteurs, la conception des couvertures ou encore l’édition des bons à tirer. Des fous furieux qui déconseillent à tout un chacun de se lancer dans la même galère qu’eux, mais qui n’imaginent pas un instant de cesser cette aventure au point de consacrer, pour certains, des pans entiers de leurs nuits à « coudre à la main des reliures »… !!!

Alors, Danièle a eu une idée. Pour valoriser ce travail de bénédictins, elle a décidé de créer le « Prix Lignes d’Horizons » destiné à récompenser non pas un livre, mais un éditeur.

La liste des retenus

Ainsi, après le travail préliminaire d’un Comité de Lecture réuni autour d’elle, pour la troisième année consécutive, elle a proposé à qui souhaite volontairement faire partie du jury, le choix suivant :
  • L’Arbre Vengeur (Le Manuscrit Hopkins de R.C. SHERRIFF et Quinzinzinzila de Régis MESSAC)
  • La Ramonda (Du Givre sur les Epaules de Lorenzo MEDIANO et Cierzo de Anchel CONTE)
  • Le Temps qu’il Fait (Zozo, Chômeur Eperdu de Bertrand REDONNET et Place Monge de Jean Yves LAURICHESSE)

Georges MONTI, Le Temps Qu’il fait,
David VINCENT et Nicolas ETIENNE
L’Arbre Vengeur (de gauche à droite)

Samedi 6 novembre, une trentaine de personnes était donc au rendez-vous autour de Danièle et des éditeurs qui avaient répondu à son invitation pour entendre le verdict des lecteurs, certes, mais surtout pour une rencontre, un échange avec des gens de l’ombre qui sont le trait d’union entre les auteurs et les lecteurs.

L’un après l’autre, Georges MONTI, David VINCENT et Nicolas ETIENNE, M. et Mme MERIGOT ont raconté leur démarche, ont donné corps à leur passion de lecteur d’abord et d’éditeur ensuite, ont été incapables de justifier la folie de leur entreprise autrement que par leur satisfaction à être de ce « laboratoire » qui s’évertue encore à « parler de littérature », à éviter les pièges du livre-objet-industriel ou de l’auteur-publicité, à contribuer, grâce à leur liberté, à une pluralité culturelle en contre point des « grandes maisons ».


Auteur, Editeur, Libraire, Lecteur ! Les coups de cœur des uns sont « le luxe » des autres et font le bonheur des derniers !

Foin de leurs difficultés financières bien vite oubliées devant le plaisir du livre en rayonnages ou devant le plaisir partagé du livre touché, ouvert, feuilleté, senti. À mille lieux de l’abstraction numérique : c’est le plaisir de prolonger les contacts humains jusqu’à, s’il le faut, « être le Dernier des Mohicans du papier ». Des passionnés, vous dis-je, que la passion d’une libraire nous a permis de rencontrer.

À la fin de la soirée riche d’un large échange, devant cet enthousiasme communicatif, il y avait presque des regrets dans la voix de Danièle à attribuer le Prix plutôt à l’un qu’à l’autre. Alors, c’est à la rigueur mathématique qu’a été dévolu le rôle de départager l’« indépartageable » !

Et ce sont les Éditions La Ramonda qui ont obtenu le meilleur suffrage des 56 votants qui, à la notation des trois critères d’évaluation (qualité d’écriture, qualité de fabrication, appréciation personnelle), les ont ainsi distinguées, dans un mouchoir de poche il faut bien le reconnaître.


M. et Mme MERIGOT (La Ramonda) reçoivent le Prix Lignes d’Horizons 2010

Autour d’un petit pot de clôture de la soirée, il ne restait plus qu’à remercier notre libraire préférée de son initiative et ses invités éditeurs de leur qualité.

A l’an prochain !


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.