"Deux semaines, un temps extrêmement limité pour préparer un court-métrage"

Association Effervescence - 17.02.2015

Reportage - court-métrage - film étudiants - plateau tournage


Chaque semaine, ActuaLitté, en partenariat avec l'association Effervescence, réunissant les étudiants et anciens élèves du master Édition et Audiovisuel de Paris-Sorbonne, vous donne rendez-vous : retrouvez dans les colonnes de notre magazine une chronique, réalisée par les étudiants de la formation, racontant la vie du master et de l'association.

 

Cette semaine, voici un compte-rendu du tournage du court-métrage de la section audiovisuelle du master.

 

Les étudiants de l'option audiovisuel se sont attelés à la réalisation de leur projet commun de court-métrage, initié au début de l'année par la formation de binômes qui se sont plongés dans l'écriture de différents projets. L'un de ces scénarios a finalement été choisi pour être réalisé à la mi-janvier par un jury de professionnels (Florent Meyer, Sarah Turoche, Angelo Cianci et Franck Heslon). Ce scénario, Le Bel Âge, a été écrit par Marie Carrot et Margot Coursaget. L'histoire est celle de Jeanne, une femme esseulée de soixante-dix ans qui va usurper l'identité de sa petite fille, Cléo, sur un site de rencontres avant de tomber amoureuse d'un jeune homme de vingt ans…

 

Pour préparer ce tournage, les douze étudiants de la section audiovisuelle se sont réparti le travail, orientés par Franck Heslon. Par petites équipes de deux ou de trois, ils ont eu deux semaines pour trouver des acteurs, des décors, des autorisations de tournage, des costumes, louer du matériel, lever un financement, revoir certains points du scénario… Cela représente évidemment beaucoup de travail, d'autant plus que deux semaines reste un temps extrêmement limité pour préparer un court-métrage. Mais grâce à un investissement total de la part des étudiants, les conditions pour tourner Le Bel Âge étaient réunies le jour J.

 

 

 

Le tournage s'est déroulé du lundi 9 au samedi 14 février, soit une semaine entière en compagnie des acteurs (Marie Bray, Marie Rahola, Jean-François Cherbonnel, Rémy de Vaucorbeil et Idriss Hamida) ainsi que de quatre intervenants professionnels (Amandine Fromont pour le maquillage, Cyril Carbone pour le son, Laure Ménégale et Paul Morin pour l'image).

 

 

 

Encore une fois, il s'agissait là d'une période assez courte pour un court-métrage de quinze minutes, ce qui rendait les journées intenses. Sur le plateau, chaque étudiant s'est vu confier une nouvelle tâche, seul ou en équipe : préparer les repas et le matériel, assister les intervenants au son ou à la lumière, bloquer les rues, gérer l'ensemble de l'équipe…

 

Personne n'a eu le temps de s'ennuyer ! En raison du temps limité, il était difficile pour les étudiants de découvrir pleinement certains aspects d'un tournage, ou de poser trop de questions : sur un plateau, le temps est toujours compté. Cependant le tournage seul en soi était un apprentissage pour tous, leur inventivité et leur efficacité étant constamment mises à l'épreuve par un timing serré ou des imprévus.

 

 

 

Le montage du film débute à partir du 16 février, et très vite les élèves du master auront le plaisir de présenter ce court-métrage qu'ils attendent eux-même avec impatience.

 

i vous voulez (re)lire nos chroniques déjà publiées sur ActuaLitté, c'est ici ! Si vous voulez être informés chaque semaine de la parution de notre nouvelle chronique, c'est ici !

 

À mardi prochain !