Douglas Kennedy et 11 auteurs écrivent pour les Restos du coeur

Nicolas Gary - 03.11.2015

Reportage - Restos coeur - Douglas Kennedy - Françoise Bourdin


Le succès de l’édition 2014 posait une question : c’est Olivier Berthe, le président des Restos qui cœur qui y répondra. « Les enfoirés recommencent chaque année. Alors il faut recommencer avec Pocket chaque année, pour aider toutes et tous ceux qui en ont besoin. » Dans l’hôtel Park Hyatt, situé non loin de la place Vendôme, l’opération baptisée 13 à table se relance donc. Et l’on compte bien 13 auteurs, avec le traducteur de Douglas Kennedy. 

 

Douglas Kennedy

Douglas Kennedy - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

L’idée reste simple : réunir douze plumes, pour la rédaction d’une nouvelle, qui sera intégrée dans un recueil. Quelques nouvelles têtes ont fait leur apparition, mais François Bourdin, Maxime Chattam, ou encore Bernard Werber restent fidèles au poste. Les Éditions Pocket proposent alors l’ouvrage pour 5 € et les profits sont entièrement reversés à l’association fondée par Coluche, voilà trente ans.

 

L’année passée, 40 % des ouvrages se sont écoulés en librairie de premier niveau et 25 % en hyper. Au total, ce sont 340.000 exemplaires qui furent vendus, soit 40.000 de mieux que prévu, et chaque livre a permis de distribuer 3 repas. Cette année, pour un livre acheté, ce sont 4 repas qui seront distribués, avec un tirage initial de 300.000 exemplaires et 200.000 placés dans les points de vente. 

 

"Chaque fois qu'on me le demandera"

 

« J’ai la chance d’avoir un métier qui me passionne, j’en vis bien. Et il y a des gens qui n’ont pas à bouffer », lance Françoise Bourdin. Constat implacable pour expliquer son engagement, cette année encore. « Alors, bien sûr, cette nouvelle, je la ferai, bénévolement, et même à chaque fois qu’on me le demandera, surtout si ça peut donner à manger à des gens. A ceux qui n’ont jamais trouvé la sortie du tunnel. » Face à cela « ce n’est pas possible qu’on ne soit pas prêt à perdre deux ou trois après-midi de travail, pour participer ».

 

François Bourdin

Françoise Bourdin - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

« Quand on m’a posé la question de recommencer, c’était sans hésitation, mais j’étais disposée à laisser la place. Et l’an prochain je dirai pareil : si Pocket a suffisamment d’auteurs, je me retirerai, également, pour les auteurs. » 

 

Bien entendu, la présence d’auteurs médiatiques est essentielle pour la réussite commerciale du livre, « des auteurs moins connus n’impliqueraient pas des textes moins qualitatifs, mais le livre a surtout besoin de se vendre, pour offrir des repas. Avec Douglas Kennedy, on a une véritable tête d’affiche. »

 

"C'est un crève-coeur"

 

Douglas Kennedy, particulièrement disponible, se laisse interpeller, mais n’accepte de répondre aux questions qu’« en français, s’il vous plaît ». La classe internationale. « Le fait qu’un livre soit acheté et que quatre repas soient distribués, c’est magnifique. Je vis entre quatre villes et partout, il y a du chômage, des gens qui vivent dans la rue, des situations pitoyables, comme au XIXe siècle. Pour moi, cela reste horrible, surtout dans un monde riche, où 99 % de la valeur est dans la main d’un pour cent de la population. »

 

« J’espère que l’on va faire un carton avec ce livre. Et puis, ce livre coûte 5 €. C’est difficile de trouver un verre de vin pour ce prix, à Paris. Autant acheter le livre, avec ces textes, tout en sachant que quelqu’un va avoir à manger grâce à lui. » Aux États-Unis, ce type d’opération reste très rare, souligne-t-il. « On parle tout le temps de l’amitié, de fraternité, mais le système repose sur un darwinisme social. Je ne suis pas socialiste, mais je suis très centre gauche. Et honnêtement, je pense que c’est un crève-cœur, de voir les gens dans la rue. » 

 

Et pour ce romancier, la rédaction d’un texte court, qu’est-ce que cela représente ? Réponse tonitruante, et hilare : 

 

 

 

François Laurent, directeur général adjoint de Univers Poche, conclura brièvement, rappelant le succès de l’édition 2014. « Nous avons ressenti une responsabilité, après les résultats. Et vous avez raison : les Enfoirés se lancent depuis 25 ans, alors nous accompagnerons les Restos chaque année. »

 

Les recettes de ces 13 nouvelles réunies « seront une nouvelle fois entièrement reversées à l’association ». Et cette année, c’est le thème "Frère et sœur" qui a été choisi pour fil conducteur. « De la complicité, des rires, du partage, de la convivialité, mais aussi de la jalousie, des meurtres, des disputes, des énigmes, de la tension... Ces relations fraternelles promettent d’être riches en émotion ! », garantit la maison Pocket. Le livre sera commercialisé ce 5 novembre.