Édition et pouvoirs publics : relation ambiguë et nécessaire complémentarité

La rédaction - 26.08.2015

Reportage - pouvoirs publics - edition indépendante - Belgique éditeurs


Toute cette semaine, les Éditions Mardaga, situées en Belgique, nous accompagnent pour raconter la vie d’un éditeur indépendant, toujours soucieux de son travail. Un catalogue qui repose sur un patrimoine éditorial fort, pour parler du monde de l'édition, et de ses légitimes interrogations. Poursuivons la conversation autour des appels d'offres et des relations aux pouvoirs publics

 

Editions Mardaga

Clotilde Guislain, CC BY SA 2.0

 

 

Au vu de ces quelques considérations préliminaires, on peut se demander ce qui « cloche » aujourd’hui dans notre relation avec les commanditaires publics. Quelques pistes de réflexion pour clarifier le débat…

 

Le climat de crise qui, comme dans d’autres secteurs, sévit et avive les tensions. Les budgets diminuent, les équipes se rétrécissent, le temps manque… Chacun à son niveau doit faire des miracles pour survivre.

 

La réelle concurrence entre acteurs publics et privés et la méconnaissance réciproque de la valeur ajoutée de chacun…

 

Il faut ici également prendre en compte la valeur symbolique particulière que revêt le livre. Quand une commune doit faire refaire les trottoirs d’une rue, les choses sont relativement claires et la délégation vers une entreprise de travaux publics compétente sera aisée. Lorsqu’il s’agira de publier un ouvrage sur cette commune (son musée, ses balades nature, son histoire locale), soit il ne sera plus question de déléguer, soit la délégation se fera plus rugueuse/négociée…

 

Et pourtant, pour prendre quelques instances qu’il nous est donné de fréquenter, qui, mieux que la RW, connaît, étudie, inventorie, analyse, fait évoluer le patrimoine, la gestion forestière, la préservation des milieux ?

 

Qui, mieux que la FWB, défend, connaît, illustre la préservation du patrimoine mobilier, le soutien à la création contemporaine ou la prévention en matière de santé ?

 

Eh non, un éditeur n’est pas un agent d’imprimeur, pas plus qu’un partenaire public n’est un tiroir-caisse ! Editions Mardaga

 

Mais, parallèlement, qui, mieux qu’un éditeur est capable de restituer ces problématiques vers le public, de les organiser dans un livre, d’en extraire un fil conducteur, de raccourcir un texte trop long, d’expliciter un texte abscons, de trouver le rythme qui convient à l’explicitation d’un sujet, de choisir une mise en page ? 

 

De qui est-ce le métier d’articuler intelligemment textes et images, de choisir le format, la pagination, le mode de reliure adéquat, de négocier un prix et de suivre la fabrication avec un imprimeur, de mettre le livre sur le marché (en Belgique et si c’est possible et opportun, en France, voire au-delà) en ayant choisi pour cela le bon diffuseur et le bon distributeur, d’animer la vie du livre et la notoriété de l’auteur par sa présence en librairie, mais aussi sur Internet et sur les réseaux sociaux ?

 

Eh non, un éditeur n’est pas un agent d’imprimeur, pas plus qu’un partenaire public n’est un tiroir-caisse !

 

Inutile, donc, de s’enfermer dans une litanie en boucle et stérile sur le mode : « Évidemment, quand on ne doit répondre à aucune contrainte de marché, on peut faire n’importe quoi, y compris de très belles choses, à n’importe quel prix ! »

 

Ou, de l’autre côté : « Si je travaille avec un éditeur, il va s’approprier mon travail et se faire de l’argent sur mon dos ! »

 

Inutile donc de ranimer le vieux démon qui oppose stérilement des entreprises (les éditeurs) auxquels on dénie la spécificité culturelle sous prétexte qu’elles « font du commerce » (comme si les directeurs de la Monnaie ou du Théâtre National ne devaient pas remplir leurs salles, comme si les réalisateurs de cinéma ne devaient pas diffuser leurs films, comme si les partenaires publics eux-mêmes ne devaient pas « vendre » leur action auprès du public !) à des acteurs publics auxquels on reproche la méconnaissance des « vrais gens », de leurs « vrais besoins ». 

 

Bref, du marché…

 

Éditions Mardaga