Fabrication du livre : quand forme et contenu transcendent la subjectivité

Nicolas Gary - 19.10.2017

Reportage - fabrication choix papier - fabrication conception livre - livre lecture édition


Le plaisir de la création anime toute l’activité de Jérémy Alglave : au sein de l’atelier Polysémique, il travaille à la réalisation de livres, passant par toutes les phases de sa fabrication. Il compte également parmi les formateurs de Fontaine O Livres, pour Fabrication et design éditorial.



 

 

« J’ai choisi pour cet exemple de mettre à l’honneur un livre des Éditions de l’échappée qui sont un parfait exemple de ce que peut apporter des choix de fabrication “pertinents” et créatifs avec une adéquation parfaite entre le fond et la forme, simplicité et évidence », nous explique-t-il. 

 

À travers cette approche, c’est une meilleure compréhension des choix de fabrication qu’il détaille, montrant les avantages et les difficultés qui peuvent se poser à un éditeur. Le livre pris en exemple est celui de Lin Shi Khan et Tony Perez, (traduit par Franck Veyrin), Scottsboro Alabama : De l’esclavage à la révolution. Ce dernier compte 192 pages, le graphisme a été réalisé par l’Atelier des Grands Pêchers et l’impression par Corlet. 

 

Fabrication et design éditorial
 

Dans son contenu, on retrouve 120 pages de reproduction de linogravures en noir et 70 pages de texte type essai et documentaire.

 

Le choix du Papier


Couverture : carton gris 1 mm,
+qualité intrasèque d’un carton, apporte rigidité et volume
+très peu cher,

Intérieur : papier bouffant supérieur
+papier de très bonne qualité donnant volume et légèreté à l’ouvrage, 
+touché chaud et naturel, parfait pour reproduire ce type d’illustration

 

L’impression


Intérieur 1 couleur noir recto/verso
+coût minimum,
+adéquation avec l’esprit du livre


Impression en France par un imprimeur de qualité
+proximité, conseil et accompagnement sur le projet
+gage de qualité et suivi
+préservation d’une industrie et d’un savoir-faire historique
– coût supérieur

<

>

Le façonnage & les finitions


Dos carré collé non cousu
+coût moindre,
– un peu moins de longévité qu’en cousu

 

Plat dessus et plat dessous rapporté, en carton gris 1mm
+esthétique du carton gris, une matière « pauvre » et brute en écho avec le contenu,
– ne peut pas s’imprimer facilement, marquage obligatoire ou sérigraphie


Marquage à chaud noir mat
+adéquation parfaite en écho avec le contenu sur l’esclavage (marquage à chaud) et la technique de la linogravure (plaque gravé en creux),
+apporte un aspect tactile très qualitatif, laissant un creux à l’endroit du marquage.
+ coût supérieur en apparence, mais compenser par l’absence d’impression ou autres finitions par défaut comme le pelliculage


Le film noir mat
+opacité et profondeur du noir

 

Plus qu’un support, le papier “constitue
le corps même de l’objet imprimé”
 


Même si a priori définir ce qu’est un bon choix de fabrication semblerait subjectif (contexte, contrainte économique, lectorat…), l'exemple ici montre que quand la forme du livre devient indissociable du contenu, elle transcende cette problématique.

 

Cette conception de l’édition rend service a son contenu et à son lecteur et elle devient son meilleur médium. C’est l’idée que le livre peut de par sa forme dépasser son seul contenu (ou sa version numérique) et faire date. Ce résultat ne s’improvise pas et témoigne à tout niveau de la sincérité du propos de l’éditeur et de la cohérence de ses choix. 


Ce travail de design est intégral, il part du choix du contenu lui-même jusqu’à sa fabrication. Pour obtenir ce résultat, chaque acteur du projet doit être compétent, sensibiliser aux travaux des autres maillons de la chaîne et motivé par une idée commune du livre.

 

 

 

Lin Shi Khan, Tony Perez, traduction Franck Veyrin Scottsboro Alabama : De l’esclavage à la révolution – Éditions de l’échappée – 9 782 915 830 859 – 20 € 

Retrouver toutes les formations aux métiers du livre