Favoriser la lecture auprès des publics handicapés par le numérique

Association Effervescence - 12.01.2016

Reportage - lecture ebook - public handicap - livres numériques


Chaque semaine, ActuaLitté et l’association Effervescence, réunissant les étudiants et anciens élèves du master Édition et Audiovisuel de Paris-Sorbonne, vous donnent rendez-vous. Retrouvez dans les colonnes de notre magazine une chronique réalisée par les étudiants de la formation, mettant en lumière les nouvelles problématiques liées au numérique dans le monde de l’édition.

 

Cette semaine, intéressons-nous aux possibilités d’accessibilité qu’offre le numérique. 

 

Livre Numerique

Owni, CC BY NC 2.0

 

 

Depuis quelques années, la question de l’accessibilité au plus grand nombre grâce au numérique est un enjeu majeur des réflexions, malgré des avancées concrètes assez lentes. D’après l’UNESCO, seuls 5 à 7 % de l’offre éditoriale seraient accessibles dans des formats adaptés aux personnes en situation de handicap.

 

Par handicap, on entend malvoyants et aveugles, dyslexiques et malentendants, ceux qui ne peuvent se satisfaire d’un livre « traditionnel », qu’il soit imprimé ou numérique.

 

En Angleterre, une catégorie toute particulière de lecteurs sur liseuses a émergé dès le début des années 2010 : les plus-de-75 ans. Ce sont principalement des dames âgées, qui ont délaissé les livres au profit des liseuses, pour la possibilité d’augmenter à leur convenance la taille des caractères. La preuve, s’il en fallait une, de l’intérêt d’investir le numérique comme vecteur de lecture.  

 

En effet, l’arrivée et le perfectionnement du format normé EPUB 3 offre de nouvelles perspectives grâce aux options de personnalisation. Fonte typographique adaptée aux dyslexiques, taille des caractères ajustable à souhait, nombre restreint de mots par ligne, possibilité d’écoute du texte ; de nombreuses adaptations de la forme du texte viennent faciliter l’accès à celui-ci.

 

Il ne s’agit pas de remplacer la lecture « traditionnelle » par une lecture « simplifiée », mais de favoriser la lecture sous toutes ses formes — et formats.  

 

L’EPUB 3 permet également l’intégration d’un dictionnaire, natif ou associé, permettant à chacun d’avoir accès au sens des mots, de ne plus être effrayé par une complexité supposée des textes. Au-delà des simples handicaps physiques, il s’agit aussi de lutter contre l’illettrisme, de faciliter l’apprentissage et la compréhension

 

Aujourd’hui, de plus en plus de maisons d’édition et de développeurs numériques s’intéressent à la question de l’accessibilité, non seulement en terme de supports de lecture numérique, mais pour le plus grand nombre de lecteurs.

 

Outre le seul format EPUB 3, c’est une réflexion sur le travail formel de l’éditeur et sur l’accès à la lecture qui est menée. Ainsi, depuis trois années, la BNF, avec l’aide du CNL et du SNE, met à disposition sur la plateforme PLATON plus de 300 titres de la rentrée littéraire, permettant des lectures diverses, comme le braille ou l’audio par voix de synthèse.

 

Une initiative remarquable, qui souligne l’importance de l’ouverture du livre et de l’édition au plus grand nombre. La liste est constituée par le SNE. « Certains titres sont directement attribués à des organismes, et on répartit le reste », explique Alex Bernier, directeur technique de l'association BrailleNet, un des organismes qui participent à la mise en accessibilité des ouvrages.


Enfin, notons que la loi numérique d’Axelle Lemaire vise entre autres à « favoriser l’accessibilité au numérique » notamment aux personnes en situation de handicap et « maintenir la connexion internet pour les personnes les plus démunies ». 

 

 

Si vous voulez (re)lire nos chroniques déjà publiées sur ActuaLitté, c’est ici ! Si vous voulez être informés chaque semaine de la parution de notre nouvelle chronique, c’est ici !

 

À mardi prochain !