Flammarion prête des livres à Paris Plages

Clément Solym - 29.07.2008

Reportage - Paris - plages - Flammarion


C’est le rendez-vous estival des Parisiens qui se tient sur les berges de la Seine depuis 2002, Paris plages. Différentes activités attendent les flâneurs venus mettre les pieds dans le sable : concerts, piscine, et cette année, avec l’extension jusqu’au Bassin de la Villette, on trouve du mini-golf, un espace fitness, du baby-foot à 12 ou encore une initiation au Segway, cette machine amusante, illustrant les déplacements urbains. Et justement, nous sommes tombés droit dessus.

Sous les pavés, les livres

Mais la plage en général, c’est surtout bronzette et bouquins. Les listes et conseils de lecture pleuvent depuis quelques semaines, et voilà que pour la deuxième année, le groupe Flammarion propose aux lecteurs assoiffés de se détendre en découvrant les parutions BD, romans et autres de J’ai lu, Casterman, ou encore Fluide Glacial. Entre Flammarion et la Ville de Paris, on parle de « la continuité d'un partenariat » que l'on retrouve sur différentes expositions, comme celle consacrée à Grace Kelly récemment. Situé au pied du pont Marie, on trouvera donc des livres... à emprunter. « Pour les romans, Vargas et Coelho sont largement demandés », nous expliquent devant l’entrée les hôtesses.


Circulez y'a rien à acheter

« Les gens ne comprennent pas qu’il s’agit de prêt et non de vente », plaisantent-elles. Ici, pas question de vous faire mettre la main à la poche, juste de vous plonger dans de la lecture : « On prend votre carte d’identité, et vous pouvez emprunter trois titres. C’est ouvert de 11 h à 19 h, et la seule condition c’est de rester dans le périmètre autour de la bibliothèque. » Une consigne que l’on a du mal à respecter, mais « il n’y a pas de risques de vol, surtout quand on donne une pièce d’identité ».

Olivier Place, directeur des librairies Flammarion commente : « On dit partout que les jeunes ne lisent plus, mais, même si ce sont des BD, on peut les voir autour de notre stand, qui bouquine tranquillement... » Et la foule semble le confirmer. Près de 300 références sont disponibles : romans, livres de poche, essais, mangas, BD. « Les BD marchent le mieux, surtout Tintin, c’est étonnant. Et les Simpson aussi. » Dans quelques 30 m², on découvre que le choix est assez varié : Doris Lessing, Loevenbruck, Vargas… les auteurs du moment ne manquent assurément pas. Quant à la réussite de Tintin, on la comprendra en regardant le nombre de titres exposés…


Des BD jusqu'à épuisement des yeux

« Je trouve que c’est une bonne idée, bien sûr, explique Jérôme, étudiant. Je suis arrivé cette année à Paris, et là, je me pose avec un Coca, une BD et je profite du beau temps. » Juste derrière la bibliothèque, des toiles tendues permettent de s’allonger à l’ombre : une ambiance idéale pour savourer quelques pages.

Mais pour Géraldine, les choses sont moins évidentes : « Perso, je comprends pas pourquoi ils ont mis des livres en location. C’est vrai que sur la plage je lis, mais le livre, je le garde et je le bouquine chaque jour sur ma serviette, quand je suis en vacances. Là, en quelques heures, on n’a pas vraiment le temps de profiter. Je pense que ça manque de nouvelles en fait. »


Un point pour elle, certes. Mais Joachim, 8 ans, très amateur de BD, n'est pas du même avis : « J'ai lu les Simpson, j'ai lu... euh, le truc avec le canard [le dernier épisode de Canardo, NdR] et il me reste un livre, mais là, je sais pas quoi choisir...»

Ouverture à d'autres éditeurs l'an prochain ?

Et si les BD on la cote, le nombre d’exemplaires n’est pas non plus très fourni, même si l’on remarque un certain éclectisme. « C’est à mi-chemin entre la bonne idée et le présentoir commercial, commente une touriste venue de Bourges. Parce que c’est sûr que quand on veut s’arrêter lire, on va privilégier les BD, ce qui se lit vite et qui ne prend pas longtemps. Après, je comprends que l’on mette en avant ses livres. D’ailleurs, je trouve dommage que ce soit le seul éditeur à faire ça. Ça reste une excellente idée quand même, hein. Et puis, ils sont placés à côté d'une des fontaines publiques, alors quand on a soif, on n'a que quelques pas à faire... »


« Notre emplacement respecte une certaine neutralité. Et si l'on ne vend rien, c'est tout simplement que nous suivons la réglementation de Paris plages nous concernant. Et puis, nous ne souhaitions pas en faire une place commerciale. Si nous présentons des nouveautés, c'est pour encourager à découvrir nos collections », poursuit Olivier.

2008, une année bien plus motivante... quant au futur...

L’an dernier, 2620 livres avaient trouvé leur lecteur et si les livres politiques semblaient avoir tenu le haut du pavé, ou du sable, cette année, on s’attend tout de même à mieux. « Nous étions l'an dernier au pied de la BnF, ce qui n'a pas vraiment facilité la visibilité, nous explique Olivier Place. Cette année, non seulement le lieu est idéal, avec beaucoup plus de passage, mais surtout, le temps est beaucoup plus avec nous encore. »

Ainsi, on partirait, selon les premiers chiffres, sur une base de 6.000 prêts, voire plus pour l'édition Paris plages 2008.

Et l'an prochain, pourquoi pas proposer dans ce cas des extraits des titres de la rentrée ? « Il nous faut en discuter, ce n'est pas prévu, mais l'idée est intéressante », reconnaît Olivier Place. « L'an passé, nous avions organisé des dédicaces, mais elles n'ont pas connu le succès que nous escomptions. Peut-être l'an prochain pourra-t-on trouver mieux encore ? »