French Pulp Editions : on ne devient pas impopulaire sans raisons

Nicolas Gary - 17.12.2019

Reportage - French Pulp Editions - auteurs paiement livres - librairies livres Interforum


ENQUÊTE – Montée fin 2016, la maison d’édition French Pulp repose sur Nathalie Carpentier, femme de tête. Et il en fallait, pour mener de front des activités éditoriales, d’agente littéraire et audiovisuelle ou encore de gestion patrimoniale. Beaucoup d’activités, prometteuses au demeurant, et complémentaires. À ceci près qu'auteurs, partenaires, prestataires dénoncent désormais une « gestion hasardeuse ». Voire, pour certains, « un comportement odieux ».


#WTF - pixabay licence
 

« C’est une femme de promesses non tenues et de menaces », nous explique une autrice, lésée comme nombre d’autres. « Il serait d’ailleurs plus simple de recenser les écrivains qui n’ont pas eu à subir son tempérament histrionique. » À ce jour, plusieurs auteurs publiés par French Pulp ont choisi de prendre un avocat, pour défendre leurs intérêts, premier indice. 
 

Le diffuseur, source de tous les “mots”


Selon nos informations, confirmées chez Interforum, le diffuseur-distributeur, une procédure serait d’ailleurs en cours, portée par la responsable de French Pulp, qui met en cause son partenaire. « Sur 2019, la maison est passée dans l’équipe de diffusion Robert Laffont », nous précise-t-on. « La structure est petite, avec des tirages de 1500 à 3000 exemplaires, des textes qui sont parfois excellents, mais qui n'ont pas eu de chance », reconnaît-on dans la filiale d’Editis.

« Cependant, invoquer des “méventes” revient couramment chez les éditeurs qui ont en tête de casser leur contrat, mais ici c’est infondé : les mises en place sont effectives. Les livres ne trouvent pas leur public, tout bonnement. » Or, en l’état des relations, Éric Levy, ex-président d’Interforum, avait même accepté de mettre un terme par avance aux accords passés, dont l’échéance était à septembre 2020. Significatif.

« Fin 2018, les titres avaient été bloqués chez Interforum, suite à un différend avec French pulp », témoigne l'imprimeur Pulsio Print. « Un huissier était intervenu, parce que les exemplaires produits ne nous avaient pas été réglés par la maison. » Ce dernier a toutefois pu récupérer une partie des sommes – une partie seulement.

Des libraires, apprenant ce blocage, ont eu quelques réticences par la suite à accepter des offices — et la spirale s’enclenche alors, d’une défiance vis-à-vis de la maison, et par conséquent, de ses auteurs.


Nathalie Carpentier - DR
 

« De ce point de vue, la société a connu beaucoup de changement de partenaires pour l'impression », avoue pudiquement un ancien salarié. Un détail qui ne trompe pas : dans les relations commerciales qu’entretient un éditeur avec son imprimeur, plus la demande augmente, plus les délais et les coûts diminuent. « Changer trop fréquemment d'imprimeur, sur une aussi courte période, est rarement un indicateur positif  – souvent en lien avec la trésorerie », poursuit-il.

Chez Interforum on reconnaît « avoir rencontré plusieurs dysfonctionnements avec la maison, dans les remontées d’informations. French Pulp n’a jamais été l’un de nos éditeurs les plus commodes ». Or, la direction du diffuseur-distributeur avait même proposé, début septembre, des pistes pour améliorer le positionnement de la structure éditoriale à plusieurs niveaux. 
 

“Plus commerçante qu'éditrice”


« Nathalie Carpentier décèle facilement des conspirations, pour justifier que la situation tourne en sa défaveur », ajoute une ex-salariée. « Nous étions assez jeunes dans l’équipe — pour ne pas dire inexpérimentés. » Et probablement plus enclin à plier l’échine. « Quand j’ai rencontré les premières difficultés avec elle, je n’avais que les salariés en interlocuteurs », se souvient Jean-Marc Pitte, écrivain qui a aujourd’hui décidé de confier son histoire à un avocat. « Ils avaient quelque chose de terrorisé, limite une loi du silence imposée, comme si personne d’autre qu’elle n’avait le droit de parler. »
 
Il est l’un des rares à accepter de témoigner ouvertement : « Lors de notre première entrevue, Nathalie s’est présentée comme “plus commerçante qu’éditrice”. Original, mais pourquoi pas », relève ce journaliste et auteur de plusieurs essais. À la parution de son premier roman chez French Pulp, les obstacles viendront rapidement : « Plus de trois mois pour obtenir le règlement de l’à-valoir, une commercialisation effroyable… » La faute du diffuseur s'entendra-t-il répondre.

Et plus grave, alors que les ventes de La mutualisation du crime ne décollent pas, il reçoit une lettre RAR lui indiquant qu’en regard des résultats, la collaboration avec la maison cessait. « Elle a alors vendu le stock de livres à un soldeur, sans même me consulter, ce qui était dans notre contrat ! » Depuis, représenté par le cabinet Pierrat, le romancier veut obtenir réparation : « Ce livre, j’aurais pu le faire vivre dans les salons où je me rends, mais il n’existe plus — je n’ai même pas reçu ma dernière reddition de comptes. »

Or, si la version papier a été éradiquée, l’éditrice continue d’exploiter le titre en version numérique. « Mauvaise éditrice, mais bonne commerçante », résume-t-il.
 

Fermeture prochaine pour “effacer les dettes” ?


« Nathalie apprécie tout particulièrement le bénévolat, surtout quand il est involontairement pratiqué », dévoile avec aigreur une salariée. « À plusieurs reprises, nous avons dû demander le versement de notre salaire, avec ce paroxysme le 10 décembre, où elle nous a annoncé par mail que l’on ne serait pas payé de novembre ni de décembre. »



livres remisés, auteurs non avertis

 

À ce titre, les salariés ont eu le déplaisir d’apprendre de la directrice de la maison qu'elle allait lancer une procédure collective, de sauvegarde en l’occurrence. Cela signifie que les AGS, le régime de garantie des salaires, devait les prendre en charge, avec un délai d’un mois à compter du moment où la procédure est déclenchée. « Sauf que l’on a découvert que la procédure n'avait pas été enclenchée aux dates dites, ce qui diffère d’autant le paiement de nos salaires », se désole un salarié. 

Plus étrange encore : si la rotation des salariés est impressionnante, celle des fournisseurs et prestataires fait frémir. Un salarié insiste : « Imprimeurs, maquettistes, graphistes, correcteurs, attachés de presse externes : tout cela semble avoir obéi à une logique toujours identique. Trouver de nouveaux partenaires, et “planter” les anciens. » Avec l'assurance de règlements à venir, toujours à venir. Sollicités par ActuaLitté, nombre de partenaires ayant travaillé avec French Pulp confirment la situation.

Et de continuer : « Certains se sont même entendu répondre qu’ils seraient payés entre janvier et mars 2020, mais la société sera fermée d’ici là. » Fermée ? « Elle s’en est ouverte à nous : elle compte rouvrir une structure, pour effacer les dettes de French Pulp, tout en promettant de maintenir nos emplois. Un tel effort de transparence fait chaud au cœur », ironise-t-il.
 

Une force de conviction à toute épreuve


« Ce qui force l’admiration, en regard de tout tout cela, c’est sa force de persuasion à l’égard des auteurs. Car elle est bonne lectrice en plus. Elle brandit Interforum comme un Graal — tout en blâmant le distributeur en interne — et souligne la force de son réseau dans le secteur audiovisuel. Faire miroiter le cinéma devient rapidement convaincant, eu égard aux revenus que ce secteur génère pour un écrivain », insiste un ex-salarié.

Pour autant, la contractualisation et le respect des engagements laissent planer des doutes. « Il a fallu refaire tous les contrats, parce qu’ils n’étaient pas aux normes. Certains auteurs ont signé avec Nathalie Carpentier, et pas avec French Pulp. On a des exemples de livres publiés sans contrat, d’ailleurs, ou d’autres avec une seule exploitation numérique, dont il y eut pourtant des versions imprimées. »

Ce point soulève quelques interrogations, mais par contrat, il est en effet possible de signer avec une personne — une clause autorise alors à collaborer avec une société pour l’exploitation de l’œuvre. « Sauf que cela ne la protège pas le moins du monde. Et il faut encore l’autorisation de l’auteur pour que cette exploitation se fasse », nous indique une avocate.

Et puis, les cas s'empilent : qui n’a pas perçu son à-valoir pour un livre sorti voilà plus de deux ans, ou des arrêts de commercialisation effectués sans que les auteurs ne soient alertés « ni que la procédure leur permettant par exemple de racheter le stock, ne soit respectée ». Une situation qui concernerait aujourd’hui une petite dizaine d’auteurs, tout de même.
 

Blanc ou noir, avec moi ou contre moi


« Le plus insupportable reste la relation qu’elle entretient avec les uns et les autres : un manichéisme total. Soit on est avec sa société, soit on est contre. Et dans ce cas, l’insulte vient facilement », insiste une ex-salariée, Caroline Sauvage. 


pixabay licence

 

Sa situation prend un tout autre sens. Salariée en alternance, elle porte un regard désabusé sur l'expérience vécue, « qui heureusement s’est rapidement finie. C’est à vous en dégoûter de travailler dans l’édition, ce qui représentait pour moi un rêve ». 

La jeune femme découvrira en effet que son apprentissage n’avait pas été déclaré. « Je travaillais au black ! » Une erreur du côté du comptable, manifestement : « Les oublis existent, mais ils se corrigent aussi... » Profitant de ce défaut de contrat pour quitter l’entreprise, elle attaquera aux Prud’hommes, et vient de remporter la procédure. « Nous avons pu démontrer que mon travail consistait en tout, sauf ce pour quoi j’avais été embauchée. Elle vend du rêve, mais la réalité est glauque. »

Certains se rappellent d’ailleurs « sa demande d’arroser les plantes le dimanche au bureau », symptomatique. « Au-delà de mon cas personnel, ce qui se passait est inadmissible . Et je précise que depuis juillet que le tribunal m’a donné partiellement raison (le harcèlement n'a pas été reconnu), j’ai toutes les peines du monde à obtenir les sommes fixées », reprend Caroline Sauvage.

Pour une autre salariée, « nous entretenions toujours l’espoir que ça s’améliorerait », mais au quotidien, « et dès les premiers jours, j’ai assisté à ce qu’on qualifierait d’humiliations. Je parlerais même de maltraitance ». Phrases indélicates, situations inconfortables quand il s’agissait d’apporter des réponses à des interlocuteurs désemparés « et légitimement agacés » : les tensions « sont devenues monnaie courante ».

« À vous raconter tout cela, on se dit que c’est impensable, que rien n’a pu être aussi terrible. Mais c’est vrai. Et ce qui me dérange le plus, c’est que cette femme ne témoigne d’aucun respect pour quiconque. Je l’ai perçu dès le début, et cela n’a été que confirmé avec le temps. » 

Selon des salariés et des auteurs, elle aurait un exercice « quasi tyrannique de son pouvoir ». Et ce, jusqu’à « demander expressément aux employés de réaliser de petites choses, envoyer un mail, répondre », pour une autre structure qu’elle dirige, CAL France (Création Audiovisuelle Littéraire), originellement fondée par son mari, Jean-Marie Carpentier. « C’était la structure qui travaillait avec Editis pour les droits audiovisuels de nombre d’auteurs », qui réunit plusieurs maisons du groupe. « Mais là encore, il y aurait tellement à dire », affirme un ancien d’Editis.
 

Miroir aux alouettes


La question, l’évidente interrogation demeure : comment tout cela a-t-il pu fonctionner ? « Nathalie Carpentier est une femme avec une incroyable personnalité, un charisme et une assurance qui fascinent. Elle dispose d’un fonds éditorial impressionnant, et a su convaincre des auteurs contemporains de la rejoindre. French Pulp, sur le papier, avait tout pour réussir », analyse un proche. « Et puis, elle aime rappeler qu'elle a mis de son argent personnel, en plus de celui des investisseurs. »



pixabay licence

 

Plus encore, chacun reconnaît « cette faculté à convaincre, par des promesses qui miroitent sans cesse ». Ainsi, tant au sein de l’équipe, que chez les écrivains, « elle obtient ce qu’elle souhaite, la bonne volonté prend le pas, dans les premiers temps, avant la prise de conscience. Mais même si l’on s’en rend compte, les gens sont corvéables à merci, et les personnes compétentes rapidement lessivées », note une autrice. 

Du côté des auteurs, certains ont baissé les bras : « On sait que pour l’argent, c’est perdu. Certains lui doivent encore des livres, par engagement contractuel, d’autres ont carrément tous leurs ouvrages chez FP. Mais il faut empêcher cette nuisance, et que le désastre ne se prolonge », nous écrit l’une d’entre elles, exaspérée. « La perspective du cinéma, qu’elle m’a régulièrement brandie, séduirait n'importe qui, évidemment. C’est mirobolant ! Et elle sait jouer de son passé d’agente pour l’audiovisuel ! »

Les promesses n’engagent toutefois que ceux qui les écoutent. « À une époque où la précarité des auteurs devient enfin manifeste, des éditeurs de ce genre tuent la profession. Ça devient plus que nuisible, et elle en a conscience », reprend l’un d’eux. « Elle a été capable d’envoyer des lettres de menaces et d’injonctions, me sommant de ne pas raconter le différend que l’on avait à d’autres auteurs. » Voire, ce qui s’apparenterait à du chantage : « Je ne serai payé de mes droits que si je ne dis rien… »

Tout ça pour découvrir par hasard que ses ouvrages, plus exploités en papier, se retrouvent vendus… en numérique, « sans que j’en sois informé. Elle te déroule le tapis rouge, et quand tu es auteur, que tu as connu 100.000 galères, rencontrer une éditrice qui te traite bien, ça fait que tu ne vois que la moitié du loup venir ».
 

Société d'économies mixtes


Un ancien partenaire en atteste : « Après les levées de fonds qui ont permis de monter la société, elle s’est retrouvée dans une situation complexe : contrôler l’opérationnel, alors que ce n’était pas vraiment son fort. Il me semble alors que l’insécurité qu’elle a pu ressentie a été compensée par un surcontrôle, une agressivité. »

Et d’ajouter : « Dans cette logique, la question des factures a fini par tourner au vinaigre : il ne fallait payer qu’au dernier moment, à chaque fois attendre le plus possible. Mais entre imposer des délais de règlements de la sorte et arriver à ce qui paraît être une faillite, il y a un gouffre. »

Jusqu’à aboutir à des erreurs comptables étonnantes : ActuaLitté a notamment pu consulter ce courrier reçu par un auteur, qui apprend par RAR qu’il devra… s'acquitter des montants dus aux Agessa. Logiquement due par le diffuseur (ici l’éditeur), cette somme « suite à une erreur » lui a été versée, et charge à lui de la rembourser, évidemment.

Ce qui n’empêche manifestement pas de publier des livres… sans contrat comme nous l’évoquions. Un auteur nous raconte comment il aura refusé la première version du contrat qui lui fut présentée. Mais le livre paraît tout de même ! « Il s’est passé une dizaine de jours avant qu’elle ne me renvoie de nouveaux documents. J’étais comme pris au piège, avec un couteau sous la gorge : le livre était déjà en vente. Et bien entendu, le contrat qu’elle m’a fait parvenir était antidaté. »

Un autre découvrira par hasard la parution de son roman, et attendra près d’un mois pour qu’on lui soumette un accord. « J’ai été idiot, et coupable de signer un contrat illégal de surcroît. C’est ma faute, mais comme d’autres, j’ai cru, et j’étais à l’époque assez vulnérable, ce qu’elle savait. » Pour ce dernier, l’affaire va se poursuivre devant les tribunaux, avec son avocat. « Le plus ironique ? Le contrat est à son nom, pas celui de French Pulp. »
 

Démêlés juridiques, passés, présents, futurs


Maitre Emmanuel Pierrat, indique à ActuaLitté disposer à ce jour de « trois dossiers ouverts par des auteurs ». Selon l’avocat, quatre points ont été clairement identifiés à travers les témoignages apportés. « La société ne paye pas les auteurs, voire considérerait qu’elle n’a pas à le faire, sauf quand des moyens musclés sont employés », pointe-t-il.



y'a quelqu'un ? – pixabay licence

 

À ce titre, l’avocat a fait condamner le 20 septembre dernier la dirigeante de la maison : dans l’ordonnance de référé consultée par ActuaLitté, le tribunal de grande instance de Paris condamne à verser une somme de 3963 € à Jean-Pierre Ferrière, « à titre d’indemnité provisionnelle à valoir sur l’ensemble de son préjudice patrimonial ». Une astreinte de 200 € quotidienne sur six mois était aussi imposée à l’éditrice. 

Elle devait par ailleurs fournir les factures d’impression de l’ouvrage, La Seine est pleine de revolvers, ainsi que le nombre d’exemplaires vendus, papier et numérique pour 2017 et 2018 ou encore le nombre d’exemplaires hors droits et détruits sur ces mêmes années, avec le certificat de pilonnage. Enfin, de présenter les justificatifs de l’état des stocks sur les deux années.

Autre point, relève l’avocat, « la promesse de ses relations dans l’audiovisuel, qu’elle fait miroiter aux auteurs, sans éléments probants ». Contractuellement, l'avocat note la présence de « clauses de préférences extravagantes. La cession d’œuvres futures est extrêmement encadrée, mais il faut relever que depuis un an, les contrats proposés ont connu quelques changements ». 

Enfin, point délicat, « le recours au pilon, sans avertir les auteurs ni respecter les usages de la loi en la matière ». Emmanuel Pierrat conclut : « C’est un cas de figure exemplaire : des éditeurs qui se méprennent, se montrent inattentifs ou font une erreur, il en existe. Ici… » Dont acte.

D’ailleurs, dans le cadre d’une autre procédure initiée par un auteur, non payé de ses droits — engagé par contrat avec Nathalie Carpentier à titre personnel —, une assignation lui a été délivrée dans sa maison de campagne, l'intéressée ne laissant plus d’adresse à Paris.
 

“Un vampire qui s'est emparé de mon être”


Par ailleurs, certaines clauses détaillées virent à l’absurde, comme ce droit de préférence imposé au-delà du raisonnable. « Signer avec elle, c’est être lié corps et âme : toute la production doit lui être soumise. Et en somme, nos œuvres passées, présentes et futures lui appartiennent », constate une romancière, désemparée.



pixabay licence

 

« Ce qu’elle m’a fait », reprend-elle, résumant assez bien la pensée de nos différents interlocuteurs, « c’est désastreux. Je n’arrive plus à écrire, obsédée par ce désastre : c’est devenu une source d’insomnie, d’angoisses ». 

Un romancier qui a débuté sa carrière voilà une vingtaine d’années ajoute : « Ma chance, c'est qu'il s'agit moins d'une question d'argent que cette brutalité manifestée. Une fois qu’elle a obtenu de moi ce qu’elle attendait, je ne servais plus à rien. Elle n’a aucune idée de ce qu’est un auteur : elle me donne le sentiment d’un vampire qui s’est emparé de mon être. »

Lui, comme d’autres, avait pourtant servi de caution, permettant d’attirer de jeunes plumes. « Elle nous a utilisés, comme des garanties, des gages de fiabilité : si nous, auteurs confirmés, avions intégré French Pulp, alors la maison disposait de la légitimité et de la crédibilité nécessaires pour convaincre. » Chose que confirme l’un des derniers écrivains arrivés dans l’écurie, en flammes : « Nathalie m’a vanté la présence de telle ou tel, qui lui avaient fait confiance. Je pouvais être pleinement rassuré. » 

De quoi s’en mordre les doigts désormais. « Ces gamins dont le travail a été exploité, c’est dégueulasse », lance un romancier chevronné. « Tant chez les auteurs que les salariés, tous y ont cru, ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Tout ça pour ça. »

Sollicitée, la dirigeante de l'entreprise n'a pas souhaité répondre à nos questions, considérant par mail qu'elle était « seule personne habilitée à prendre toutes décisions pour cette société » et n'avait pas à être « interrogée de quelques façons de ce soit et encore moins  par voie de presse sur des questions internes à cette entreprise ». Ayant tenté de joindre son conseil, nous n'avons pas non plus reçu de réponses.




Commentaires
Je suis moi même écrivain, et ai eu le projet de collaborer aux "Nouvelles enquêtes de Nestor Burma", série de livres créée par Franch Pulp. Apres deux rencontres trés sympathiques avec Nathalie Carpentier, nous nous sommes mis d'accord sur un théme et un à-valoir de 4000 euros. Quand j'ai reçu le contrat, il était stipulé que cet à-valoir serait versé une moitié à l'acceptation du manuscrit, l'autre moitié à la publication du manuscrit, situation qui équivaut à ne pas avoir de contrat puisque l'éditeur, nullement engagé,a le droit de refuser le texte sans contrepartie jusqu'au dernier moment. Jamais (j'ai déjà publié 35 livres, la plupart chez de grand éditeurs) une proposition aussi malhonnête ne m'avait été faite. Quand j'ai écrit à Nathalie Carpentier pour lui exposer le problème, elle n'a même pas eu la courtoisie de me répondre. Si quiconque a besoin de cette anecdote pour étayer une action en justice, je suis tout à fait prêt à la raconter.
Très étonnée de trouver ici un article de ce genre. Je ne connais pas cette personne, mais cela à tout l'air d'un réglement de compte en bonne et due forme. Vous aurait-elle lésés également, chez Actualitté ?
Bonjour !

J'ignore ce qui provoque votre étonnement : nous avons déjà produit des enquêtes sur l'univers du livre. Et pour y répondre, non, cette personne ne nous a pas lésés. Mais nous n'avons jamais non plus travaillé avec elle – à l'exception de quelques chroniques de romans.
Bonjour effectivement ça pourrait ressembler un règlement de compte en fait il n'y a pas une seule petite virgule à changer dans cet article... nous sommes un de ses anciens fournisseurs elle nous a planté de plusieurs milliers d'euros



concernant son caractère c'est exactement ce que j'ai ressenti en contact avec elle
Le monde de l'édition est gangrené par des individus irresponsables, dans le meilleur des cas, ou malhonnêtes, dans le pire. J'ai eu affaire aux deux catégories. Récemment, une maison d'édition suisse, à laquelle j'ai commis l'erreur de faire confiance (Eaux troubles), est en gros retard de paiement. Tous les six mois, le directeur de cette maison, Nicolas Baron, me dit qu'il me paiera dans... six mois. Cela ressemble curieusement à l'article que je viens de lire. Sur 15 livres publiés, je n'ai touché des droits que sur 7... soit pratiquement la moitié. Un éditeur m'avait juré, la main sur le coeur, qu'il finirait par me payer puis... il a fait faillite. Et bien sûr, comme l'auteur passe après tous les créanciers, bernique ! En résumé, comme les auteurs ne sont payés que 15 mois après la parution de leur premier livre, il n'ont pas le temps de se rendre compte si l'éditeur est honnête quand le livre suivant sort.
La même histoire ! Un éditeur qui me rend ma liberté (droit de préférence abusif) par un contrat de rupture à l'amiable, me rend donc mes droits mais... contre toutes les sommes qu'il me doit (pas le choix si je voulais encore être publié)... mais mon bouquin toujours en vente sur Amazon (alors qu'l me dit par mail les avoir détruits ou envoyé en Afrique ! Toujours très désagréable d'être pris pour un con mais comme m'a dit l'avocat consulté, "je n'attaque pas un franc maçon important" (sic). un autre éditeur local dont j'attends depuis 3 ans la reddition des comptes ! Bref...un milieu assez merdique où avec un peu de chance on tombe un jour sur une maison d'édition sérieuse. Mais la galère a duré une dizaine d'années... cheese shock
Scandaleux , ignoble , quand on a le melon , qu'on grimpe trop vite aux rideaux , qu'on a un comportement insoutenable avec l'ensemble des auteurs du livre , je conchie ! Cette personne est imbuvable , je la connais , comment peut-on travailler avec ça ??
bonsoir cette éditrice est elle sérieuse je connais le milieu de l'édition c'est tous des gens merdiques sur huit mille ou neuf mille éditeur se sont des véreux des cons un devait faire un livre avec moi je refusa ,un voleur il a laissé 70 personnes sur le sable devait au fisc de l'argent ,il s'est barré ,comptable en prison 240 000 euro volé ,ensuite je recherche ailleurs ,je m'entends dire ,du type ,je ne suis pas a votre disposition ,50 éditeurs contactés je remballe avec mes photos 25 000 photos très belles mais aucun succès ,on ne trouve rien c'est une mafia !
Comme quoi l'autoédition n'a pas que des inconvénients. Nous avons toujours été payé rubis sur l'ongle et tous les mois par les différentes plateformes de vente. Certes, nous n'avons pas la reconnaissance du "milieu" pour les titres autopubliés mais nous avons celle des lecteurs.

Cela dit, avec Robert Laffont, nous avons la chance de ne pas avoir ce type de problèmes.
Et l'équipe dans tout ça, toute entière victime de leur patronne ? Ceux qui sont resté jusqu'au bout et qui ont attendu la fin des haricots (quand ils ont appris que les salaires ne seraient plus honorés) pour se rebeller et dénoncer ce que tout le petit monde de l'édition savait déjà ? Facile de jouer les lapins de deux semaines quand on avait connaissances de telles méthodes en interne... Leur inexpérience n'explique pas tout : les vraies victimes sont les auteurs !
Hum... Peut-être qu'ils dépendaient un peu de leur salaire pour vivre (payer le loyer toussa toussa) et que dans ces conditions ce soit *un peu* compliquer de se rebeller. Je suppose.
Edifiant, je me demande comment on peut traiter les auteurs de cette façon. Je suis peut-être naïf, mais en tant que libraire, j'aime trop les auteurs pour apprendre un tel désastre en ce qui concerne leurs conditions.

Vive la littérature et ses auteurs.



Emmanuel le libraire (95)
bjr, je suis photographe ,amateur les éditions de borée ,devait faire un livre avec moi ,vu mes photos très belles et intéressantes , le petit manuscrit ,il prenait ,tout sauf il me fallait poser texte aussi ,via web transfert fallait poser ceci sur logiciel photos , en plus ne connaissant rien déja ,pour 350 photos , c'était galère , deux jours après un courrier , pas de contrat ,veuillez signer en bas de cette feuille jointe ,si d'accord ,il voulait tout 350 photos pour faire le livre a 3500 exemplaires ,pour faire des calendriers des agendas ,des couvertures de livres , tout ceci pour 1 euro par livre , il avait mes photos ,pour 70 ans après ma mort ,et pouvait les vendre a autant d'éditeurs ,dont il désirait ,voyant ceci ,pas d'accord , il refusa de négocier , donc je stopais avec lui , je parlais avec des auteures ,femmes qui ont été éditées par lui, toutes me disaient ,c'est une galère ,voyant cela ,j'ai tout arrêté ,recherché ailleurs ,mais le livre photos et manuscrit ,et légende ,n'est plus demandé ,cher a éditer ce livre aurait été vendu 30 euros , j'ai visité les hangars ,ou étaient des palettes de livres , 70 personnes ,mais depuis des années le fisc aux fesses, donc il a organisé sa fuite ,disent les employées, j'avais vu clair, vu aussi, ce mec ,arrogant , prendre l'auteur pour un moins que rien, pour 1 euro, autant ne rien faire ,d'autres éditeurs m'ont envoyé sur les roses ,pas du tout gentils , des porcs , 50 ou 60 contactés ,rien des années après, le ministère de la culture, s'en balance ,n'est pas a la hauteur, la ministre, n'est autre que actes sud ,dont des auteurs ont eu des problèmes , faire seul est disons cher pas possible ,je sais mes photos ,très valables , photographes et éditeurs m'on confié ,il faut faire vivre ces merveilles, oui ,mais comment vu ce qui se passe, tous les éditeurs ne font pas du livre photos argentiques et numériques , mais des romans , le milieu est pourri, j'abandonne donc a 66 ans les recherches ,il n'y a pas de gens sérieux ,hélas !
Vous évoquez le De Borée d'avant 2015. Cette maison a été reprise depuis cette date par Centre France Livre et fonctionne parfaitement bien. J'en suis à mon troisième titre chez eux et suis satisfait en tous points.
Merci pour cet article édifiant. Il est utile de savoir tout ça.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.