Glénat Manga en romans : satisfaire une curiosité pour d'autres écritures

Clément Solym - 13.08.2010

Reportage - glenat - manga - collection


Nous vous en parlions en mai dernier, Glénat a décidé de lancer, en septembre prochain, une collection de romans en rapport avec les manga. Eh bien nous allons vous en parler un peu plus.

Contacté par ActuaLitté, Stéphane Ferrand, le directeur éditorial de Glénat manga, nous a tout dit sur cette collection dont les trois premiers titres (L'épée de l'empereur ou Taiten no Ken, Library Wars, Sky Crawlers) devraient sortir pour le 22 septembre. Et presque pas sous la menace. Presque...

La naissance de la collection

L'idée d'une collection recoupant manga et roman est venue de plusieurs constatations faites par Stephane Ferrand. Lorsqu'il était éditeur de romans SF, il a noté que l'on éditait essentiellement des titres français ou américains. Et ceux malgré, une curiosité des lecteurs « pour d'autres traditions d'écriture » y compris pour les romans japonais.


D'autre part, il faut noter que la pop culture japonaise est de plus en plus appréciée sous toutes ses différentes formes (manga, animation, J-Music, mode...). Et il y a une réelle recherche du public des médias non encore exploités (ou très peu) de la culture japonaise. L'augmentation des ventes de seinen manga indique aussi qu'il y a un public plus âgé, qui garde un bon souvenir des manga mais qui est aussi en recherche d'autres expériences.

Enfin, il faut noter un intérêt grandissant des lecteurs pour les différentes incarnations d'une oeuvre.

Du roman au manga et du manga au roman


Fort de ces observations, Stephane Ferrand a mis sur pied cette collection qui consistera en « un double aller-retour » (façon steack tartare) des oeuvres. Ainsi, on pourra lire des romans originaux qui sont des oeuvres reconnues par le public et par la critique (Library Wars et L'épée de l'empereur ont obtenu un Seiun award, équivalent asiatique du Pix Hugo. L'épée de l'empereur a aussi obtenu le Nihon SF taisho award équivalent asiatique du Prix Locus) et qui ont été adaptés en manga. Mais aussi des romans qui sont des adaptations de manga (souvent sous la forme de Light Novel).

Les trois premiers titres de la collection font partie de la première catégorie. Et leurs adaptations en manga ont été éditées par Glénat. Pour Stéphane Ferrand, il est intéressant de « créer des passerelles », c'est pourquoi les romans et leur pendant manga seront édités par Glénat. C'est un peu « la colonne vertébrale de la collection » toutefois l'éditeur ne s'enferme pas dans ce carcan et reste ouvert à la possibilité d'éditer un très bon roman même si le manga n'est pas édité en France.


Et pourquoi ne pas faire découvrir aux lecteurs français fans de certaines séries comme One Piece ou D.Gray-man de découvrir les Light Novel qui leur sont associés ? Un des objectifs de la collection est donc de proposer ce type de publication. Seulement, pour le moment, on négocie juste avec les homologues japonais.

On se souviendra que Glénat avait édité le Light Novel Dragon Ball Evolution. Il s'agit de l'adaptation en roman de l'adaptation cinéma de Dragon Ball. Stephane Ferrand, nous a expliqué qu'en tant qu'éditeur français de Dragon Ball, c'était un devoir éditorial de proposer ce titre. Et même s'il sera intégré à la collection, il faut savoir qu'elle proposera quelque chose « d'extrêmement différent » avec des romans et des manga directement liés. Sans passer par la case Hollywood, donc.

De beaux romans à prix raisonnables

Au niveau du rythme de parution, on devrait pouvoir découvrir de nouveaux titres tous les trimestres, il n'est pas question d'« inonder le marché ». Les romans devraient faire entre 300 et 400 pages et être imprimés sur du beau papier. Et le prix restera très abordable avec des titres autour de 14,99 €. « On a voulu rester très raisonnables par rapport aux prix du marché » nous indique le directeur éditorial de Glénat Manga. Et de rappeler qu'il travaille avec un public habitué à acheter des BD à bas prix (les manga).

Et pour le lancement de cette collection, Glénat a prévu un petit événement avec la venue fin septembre de l'auteur de L'épée de l'empereur, Baku Yumemakura. Pour l'instant, l'éditeur en est encore à la phase d'organisation avec la maison de la culture du Japon de Paris et les correspondants japonais. Le programme final n'est donc pas établi mais il devrait y avoir une conférence, des dédicaces et des interviews.

Porteur d'espoir...

« On espère que ça va marcher. Il y a de véritables atouts pour séduire les lecteurs de romans SF. Et pour les amateurs de manga, dans l'esprit de l'histoire on a proposé, un bon shonen avec L'épée de l'empereur [c'est un titre bourré d'action], un bon shojo avec Library Wars [parce que les relations entre les personnages sont importantes], et un bon seinen avec Sky Crawlers [par son côté politique fiction/anticipation]. Sur ces trois titres, on devrait pouvoir trouver son bonheur ».

L'enjeu pour un éditeur historique dans la BD et le manga est d'envergure. Assez pour que l'on croise fermement les doigts.