L'adaptation du Petit Prince en série 3D : reportage exclusif

Clément Solym - 29.09.2010

Reportage - france3 - petit - prince


Ah, le Petit Prince... S'il se vend près de 300.000 exemplaires officiellement chaque année, l'avenir de ce personnage passait semble-t-il nécessaire par une re-naissance dans une série pour la télévision. En direct de B612, pour ActuaLitté...

En effet, à compter de décembre, pour Noël précisément, France 3 diffusera le premier épisode de 52 minutes réalisé par Method Animation, studio français, qui avait invité la presse ce matin à découvrir ce sur quoi avaient abouti plusieurs années de réflexions. Le moins que l'on puisse dire, c'est que nos confrères et nous-mêmes, sommes tombés de haut. Très haut.


Nous avions déjà pu découvrir les différentes planètes sur lesquelles allait voyager notre héros : de fait, une série de 26 épisodes, avec 24 planètes pour la première saison, tout cela bouscule bien évidemment le livre originel. Mais les deux auteurs de l'adaptation Mathieu Delaporte et Alexandre de la Patellière assurent avoir cogité pour donner un prolongement tout à la fois fidèle, mais libre d'interprétation.

« Le Petit Prince, c'est la boîte de Pandore : autant d'interprétations existent qu'il y a de lecteurs. » Et justement, avec cette réalisation, l'idée, explique Olivier Daguet de la succession Saint-Exupéry, aura été de donner aux nouvelles générations un accès neuf à l'oeuvre de Saint-Exupéry.

Question : était-il nécessaire de transformer et bouleverser l'oeuvre à ce point ? Ou tout simplement : pourquoi ne pas l'avoir laissée tranquille, cette boîte de Pandore ?

Saint-Exupéry a dû être bien méchant pour mériter ça

Bien évidemment, cette sortie télévisuelle s'accompagne d'une multitude de publications papier chez Gallimard et DVD chez Sony, partenaire de ce lancement. Parce que cette nouvelle version n'est pas simplement librement inspirée : elle découle d'une approche marchande de la marque Petit Prince, pour faire manger aux enfants des produits dérivés à foison.


Les reproches que l'on peut formuler sont multiples. Passons rapidement sur un doublage entre l'image et la voix des acteurs, qui dans les extraits que nous avons découverts manque vraiment de sérieux. Les esthètes trouveront également que niveau qualité d'image, on est au niveau d'un Myst, jeu vidéo de très belle facture, commercialisé... en septembre 1993.


Alors, sur quoi faut-il revenir ? Probablement le scénario lui-même : faire visiter des planètes au Petit Prince, sur lesquelles le vilain Serpent est passé pour semer le désordre et créer des « adultes tristes », qui est à 100.000 km de l'oeuvre originale. L'idée de lui adjoindre des Idées noires, personnages serviles, sous forme de créatures vaporeuses est cependant assez pertinente - dans ce contexte.

Des personnages revus et corrigés (bien corrigés)

La rose devenue femme à part entière, parce qu'on lui a prêté un visage, incrusté au milieu des pétales est un peu... bon, bof, mais pourquoi pas.


Enfin, le renard a quelque chose de très ressemblant avec certaines représentations de la mascotte du navigateur Web, Firefox. Voire partage quelques traits du compagnon de Sony, dans le jeu vidéo du même nom. Il a été représenté comme comique, maladroit et un peu râleur, ce qui le rend assez très rapidement sympathique.


Pour sa part, le Serpent semble tout droit sorti de l'univers des Pokemons. Bien pensé et conçu, du moins sur le papier, il est définitivement le personnage le plus étranger à ce que put être le livre, dans sa représentation 3D.


Enfin, Le Petit Prince, petit blond aux yeux bleus, est lui-même une sorte de croisement entre Naruto, un personnage d'Akira et autres choses encore, on vous laisse découvrir. Notons également le petit carnet magique, sur lequel il suffit de souffler pour qu'apparaîssent des créatures ou des choses, un pouvoir tout à fait intéressant, très loin de l'oeuvre, mais qui donne une vraie note de magie et de poésie.


Mais surtout, dans les extraits diffusés, ce qui transparaît, c'est une niaiserie qui se substitue à la candeur du personnage initial. On passe ainsi de l'innocence qui interroge le monde à un bête manichéisme, option temps de cerveau pour Coca-cola...

Pourtant l'ensemble des réflexions formulées par l'équipe sont très pertinentes, et relèvent d'une réelle réflexion sur l'oeuvre et les personnages. Étrange que l'on aboutisse à ce résultat... L'envie de répondre à l'invitation de Saint-Exupéry de continuer l'aventure a été bien entendue et comprise. Mais c'est tout.

Un bel outil marketing, ou comment exploiter une marque

Quand nous posons la question à Aton Soumache, PDG de Method Animation, il réfute notre vision d'une version japonisante du Petit Prince. Pourtant, la journaliste à nos côtés semble abonder dans notre sens. Les quelques images et photos disponibles permettront de se faire juge.


En somme, ce Petit prince, qui sera décliné en trois livres - dont un roman, la novellisation du premier épisode de la série - ainsi que deux séries de DVD, sent le marketing à plein nez avec de la démagogie plein les images 3D. Rendez-vous en septembre 2011, sur LUDO, émission de France 3, à compter de septembre 2011, pour découvrir la série dans son intégralité.

Pour maintenir le suspens, quatre épisodes spéciaux seront diffusés entre Noël et l'été 2011 pour faire durer le suspens...

Vous pouvez également retrouver la vidéo que nous avons faite de cette présentation. [MàJ : vidéo supprimée à la demande des organisateurs]