L'ebook a 40 ans > 1994 > L'internet, outil de marketing pour les éditeurs

Marie Lebert - 25.05.2011

Reportage - anniversaire - ebook - internet


 

Aussi bizarre que cela puisse paraître, des livres numériques en accès libre favorisent la vente des mêmes livres imprimés. La National Academy Press (NAP) est la première à tenter l’expérience, dès 1994, avec un pari gagné.
La publication en ligne d’un livre à titre gratuit nuit-elle aux ventes de la version imprimée ou non ? Le débat est lancé dès 1994… et toujours d’actualité en 2011.

« À première vue, cela paraît illogique », écrit Beth Berselli, journaliste au Washington Post, dans un article repris par le Courrier international de novembre 1997. « Un éditeur de Washington, la National Academy Press (NAP), qui a publié sur internet 700 titres de son catalogue actuel, permettant ainsi à tout un chacun de lire gratuitement ses livres, a vu ses ventes augmenter de 17 % l’année suivante. Qui a dit que personne n’achèterait la vache si on pouvait avoir le lait gratuitement ? »

La politique atypique de la NAP

Une politique atypique porte donc ses fruits. Éditeur universitaire, la National Academy Press (qui devient ensuite la National Academies Press) publie environ 200 livres par an, surtout des ouvrages scientifiques et techniques et des ouvrages médicaux. En 1994, l'éditeur choisit de mettre en accès libre sur le web le texte intégral de plusieurs centaines de livres, afin que les lecteurs puissent les « feuilleter » à l’écran, comme ils l’auraient fait dans une librairie, avant de les acheter ensuite si utiles.

 

 

 


Ce sont les auteurs eux-mêmes qui, pour mieux faire connaître leurs livres, demandent que ceux-ci soient mis en ligne sur le site, avec succès, puisque les ventes augmentent pour leurs correspondants imprimés.

Pour l’éditeur, l’internet est un nouvel outil de marketing face aux 50.000 ouvrages publiés chaque année aux États-Unis. Une réduction de 20 % est accordée pour toute commande effectuée en ligne. La présence de ces livres sur le web entraîne aussi une augmentation des ventes par téléphone. En 1998, le site de la NAP propose le texte intégral d’un millier de titres.

La MIT Press lui emboîte le pas

La solution choisie par la NAP est adoptée en 1995 par la MIT Press (MIT: Massachusetts Institute of Technology). À cette date, la MIT Press publie 200 livres par an et 40 périodiques, dans divers domaines : sciences et technologies, architecture, sciences sociales, économie, sciences cognitives et informatiques. Nombre de livres sont mis en ligne gratuitement sur le site, afin de marquer « un engagement à long terme pour une utilisation efficace et créative des nouvelles technologies ».

 

 

 

 


La MIT Press voit rapidement les ventes de livres imprimés augmenter pour les titres disponibles gratuitement en version intégrale sur le web.

Ces initiatives sont saluées par d'autres maisons d'édition, qui hésitent cependant à se lancer dans l'aventure, pour trois raisons : le coût excessif qu'entraîne la mise en ligne de milliers de pages, les problèmes liés au droit d'auteur, et enfin la peur d'une « concurrence » entre les versions numériques gratuites et les versions imprimées payantes, concurrence qu'ils estiment nuisible aux ventes, même si les expériences menées par la NAP et la MIT Press démontrent le contraire.


Notre prochain épisode: 1994 > Athena, bibliothèque numérique

Copyright © 2011 Marie Lebert