L'ebook a 40 ans > 1998 > L'Encyclopédie de Diderot en ligne

Marie Lebert - 11.06.2011

Reportage - encyclopedie - diderot - en


En 1998, le Projet ARTFL met en ligne la base de données du premier volume (1751) de l'Encyclopédie de Diderot, en prélude à une base de données exhaustive comprenant l'Encyclopédie dans son entier, à savoir 17 volumes de texte et 11 volumes de planches.

L’ARTFL (American and French Research on the Treasury of the French Language) est un projet commun du CNRS (Centre national de la recherche scientifique) en France et de l'Université de Chicago dans l’Illinois (États-Unis).

Monumental ouvrage de référence pour les arts et les sciences, la première édition (1751-1772) de l'« Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des métiers et des arts » de Diderot et d'Alembert comprend 72.000 articles rédigés par plus de 140 collaborateurs, dont Voltaire, Rousseau, d'Alembert, Marmontel, d'Holbach, Turgot, etc.

 

 


Destinée à rassembler puis divulguer les connaissances de l'époque, l'Encyclopédie porte la marque des courants intellectuels et sociaux du Siècle des Lumières. C'est grâce à elle que se propagent les idées nouvelles qui inspireront la Révolution française de 1789. Les 17 volumes de texte représentent 18.000 pages et 21,7 millions de mots. Les 11 volumes de planches rassemblent des planches techniques de telle qualité que certaines font toujours référence en 2011.

Dans l’Encyclopédie, Diderot explique lui-même que « le but d’une encyclopédie est de rassembler les connaissances éparses sur la surface de la terre, d’en exposer le système général aux hommes avec qui nous vivons et de le transmettre aux hommes qui viendront après nous, afin (…) que nos neveux, devenant plus instruits, deviennent en même temps plus vertueux et plus heureux, et que ne mourions pas sans avoir bien mérité du genre humain. » Un beau texte qui figure aussi sur le mur de l’Allée de l’Encyclopédie, l’une des grandes artères de la Bibliothèque nationale de France (BnF).

 

 

 

 


La base de données correspondant au premier volume est accessible en ligne à titre expérimental en 1998. La recherche est possible par mot, portion de texte, auteur ou catégorie, ou en combinant ces critères entre eux. On dispose de renvois d'un article à l'autre par le biais de liens hypertextes permettant d'aller d'une planche au texte ou du texte au fac-similé des pages originales.

L'automatisation complète des procédures de saisie entraîne des erreurs typographiques et des erreurs d'identification qui sont corrigées au fil des mois. La recherche d'images est également possible dans un deuxième temps.

L'ARTFL travaille également à une base de données exhaustive du « Dictionnaire de l'Académie française », dont les différentes éditions s’échelonnent entre 1694 et 1935. La première édition (1694) et la cinquième édition (1798) du dictionnaire sont les premières à être disponibles en ligne, avec possibilité de recherche par mot puis par portion de texte. Les différentes éditions sont ensuite combinées dans une base de données unique, qui permet de juger de l'évolution d'un terme en consultant aussi bien une édition donnée que l'ensemble des éditions.

D’autres projets de l'ARTFL concernent par exemple le « Dictionnaire historique et critique » de Philippe Bayle dans son édition de 1740, le « Roget's Thesaurus » de 1911, le « Webster's Revised Unabridged Dictionary » de 1913, le « Thresor de la langue française » de Jean Nicot imprimé en 1606, ou encore un projet biblique multilingue comprenant entre autres « La Bible française » de Louis Segond, publiée en 1910. Il s’agit là encore de bases de données avec moteur de recherche. La technologie au service de la littérature, donc.


Notre prochain épisode : 1998 > 00h00, éditeur en ligne

Nos épisodes précédents

Copyright © 2011 Marie Lebert