L'ebook a 40 ans > 2000 > Cotres.net, site de littérature numérique

Marie Lebert - 19.06.2011

Reportage - decouvrir - ebook - cotres


 

Jean-Paul, « entoileur » du site cotres.net, propose depuis octobre 1998 de beaux parcours littéraires utilisant l’hyperlien.

Une navigation en rayon

En juin 2000, il s'interroge sur l'apport de l'internet dans son écriture. « La navigation par hyperliens se fait en rayon (j’ai un centre d’intérêt et je clique méthodiquement sur tous les liens qui s’y rapportent) ou en louvoiements (de clic en clic, à mesure qu’ils apparaissent, au risque de perdre de vue mon sujet). Bien sûr, les deux sont possibles avec l’imprimé. Mais la différence saute aux yeux : feuilleter n’est pas cliquer. L’internet a donc changé mon rapport à l’écriture. On n’écrit pas de la même manière pour un site que pour un scénario, une pièce de théâtre, etc. (...)

 

 

 


Depuis, j’écris (compose, mets en page, en scène) directement à l’écran. L’état "imprimé" de mon travail n’est pas le stade final, le but ; mais une forme parmi d’autres, qui privilégie la linéarité et l’image, et qui exclut le son et les images animées. (…)

C’est finalement dans la publication en ligne (l’entoilage ?) que j’ai trouvé la mobilité, la fluidité que je cherchais. Le maître mot y est "chantier en cours", sans palissades. Accouchement permanent, à vue, comme le monde sous nos yeux. Provisoire, comme la vie qui tâtonne, se cherche, se déprend, se reprend. Avec évidemment le risque souligné par les gutenbergs, les orphelins de la civilisation du livre : plus rien n’est sûr. Il n’y a plus de source fiable, elles sont trop nombreuses, et il devient difficile de distinguer un clerc d’un gourou. Mais c’est un problème qui concerne le contrôle de l’information. Pas la transmission des émotions. » (Entretien du NEF)

« Canon laser », l’une de ses premières oeuvres, est d’abord une oeuvre imprimée, en série limitée, aujourd'hui épuisée. Pour ce faire, Jean-Paul utilise un logiciel de PAO, le premier permettant de jouer facilement avec la forme des lettres. La version hypermédia apparaît sur le site des cotres en 2002. Quel en est le thème ? « C'est l'histoire d'un cobaye humain payé pour jouer à l'audimat : ses yeux balaient l'écran et l'écran les filme, pour alimenter la base de données que louent les militaires, les publicitaires, tous ceux qui font leur soupe de nos visions. »

Cyber-littérature et technologie

Selon Jean-Paul, l’avenir de la cyber-littérature est tracé par sa technologie même. « Il est maintenant impossible à un(e) auteur(e) seul(e) de manier à la fois les mots, leur apparence mouvante et leur sonorité. Maîtriser aussi bien Director, Photoshop et Cubase, pour ne citer que les plus connus, c’était possible il y a dix ans, avec les versions 1. Ça ne l’est plus. Dès demain (matin), il faudra savoir déléguer les compétences, trouver des partenaires financiers aux reins autrement plus solides que Gallimard, voir du côté d’Hachette-Matra, Warner, Hollywood. Au mieux, le statut de... l’écrivaste ? Du multimédiaste ? sera celui du vidéaste, du metteur en scène, du directeur de produit: c’est lui qui écope des palmes d’or à Cannes, mais il n’aurait jamais pu les décrocher seul. Soeur jumelle (et non pas clone) du cinématographe, la cyber-littérature (= la vidéo + le lien) sera une industrie, avec quelques artisans isolés dans la périphérie off-off (aux droits d’auteur négatifs, donc). »

Sept ans plus tard, en janvier 2007, Jean-Paul fait à nouveau le point sur son activité d’entoileur. « J’ai gagné du temps. J’utilise moins de logiciels, dont j’intègre le résultat dans Flash. Ce dernier m’assure de contrôler à 90% le résultat à l’affichage sur les écrans de réception (au contraire de ceux qui préfèrent présenter des oeuvres ouvertes, où l’intervention tantôt du hasard tantôt de l’internaute est recherchée). Je peux maintenant me concentrer sur le coeur de la chose : l’architecture et le développement du récit. »

Selon lui, « les deux points forts des trois ou quatre ans à venir [en 2007] sont : (a) la généralisation du très haut débit (c’est-à-dire en fait du débit normal), qui va m’affranchir des limitations purement techniques, notamment des soucis de poids et d’affichage des fichiers (mort définitive, enfin, des histogrammes de chargement) ; (b) le développement de la 3 D. C’est le récit en hypermédia (= le multimédia + le clic) qui m’intéresse. Les pièges que pose un récit en 2 D sont déjà passionnants. Avec la 3 D, il va falloir chevaucher le tigre pour éviter la simple prouesse technique et laisser la priorité au récit. »

Les cotres au présent

La page d’accueil de cotres.net donne accès à trois œuvres hypermédias qui sont tout autant de parcours, puisant leur inspiration dans la région parisienne et sur toute la planète.

« Solstice » (2008) est une « carte de voeux à vocation universelle : on l'envoie à tout moment, adressée à tous les peuples de l'univers, sans oublier les autres. Elle est ronde, pour lutter contre les angles blessants de tous ces rectangles autour de nous, la dictature universelle du rectangle. »

« Agression93 » (2009) est « un roman dépliable, sous l'apparence d'une nouvelle. Un fait-divers infime, le récit d'une agression minuscule. Mais on sent bien qu'il y a autre chose. Il va falloir choisir, et vite : la vengeance ou la justice. »

Ce parcours peut durer entre quatre minutes pour le lecteur pressé (en suivant uniquement les V et les > situés en bas et à droite de l’écran) et quinze minutes pour le lecteur averti (en explorant tous les liens, c’est-à-dire en passant la souris sur ceux-ci puis en cliquant sur certains).

« Aux jardins de Picpus » (2010) est « une visite guidée muette du petit jardin de Picpus et de ses fantômes, ceux pour qui le jardin n'est pas fait et dont les traces sont partout. Un jardin, c'est d'abord des murs, ou des grilles, ou une ligne dans la tête, ou le paradis d'après certains. »


Notre prochain épisode : 2000 > Un format standard pour les livres


Nos épisodes précédents

Copyright © 2011 Marie Lebert & Jean-Paul