Le concept ? Un livre-parcours, un livre-jeu, mais surtout, un livre-pirate

Association Effervescence - 14.04.2015

Reportage - piratage ebook - livre lecture - diffusion numérique


Chaque semaine, ActuaLitté, en partenariat avec l'association Effervescence, réunissant les étudiants et anciens élèves du master Édition et Audiovisuel de Paris-Sorbonne, vous donne rendez-vous : retrouvez dans les colonnes de notre magazine une chronique, réalisée par les étudiants de la formation, racontant la vie du master et de l'association.

 

Cette semaine, l'équipe numérique des Hackœurs est venue nous parler de leur réalisation.

 

Le projet d'édition du master implique un format numérique. Au sein de la promotion de cette année, quatre personnes se sont chargées de ce travail. Le thème, coup de foudre et piratage, offrait d'emblée des possibilités très intéressantes et l'équipe numérique s'est immédiatement intéressée à la dimension du piratage. Mais avant cela, il fallait se former, et vite ! Car aucune d'entre elles n'avait la moindre compétence en matière d'EPUB.

 

De grands projets avaient vu le jour au début de l'année : un livre interactif, un format EPUB 3, un parcours, des tests permettant de déterminer le profil du lecteur et d'orienter sa lecture, des épreuves, des énigmes à décrypter pour lire la suite… Tant de beaux rêves qui ne pouvaient voir le jour en si peu de temps. L'équipe s'est bien vite rendue compte de l'impossibilité technique de réaliser un tel ouvrage. « Il ne s'agissait même pas seulement de notre inexpérience, raconte l'une des étudiantes, mais aussi des limites des supports et des formats, qui sont encore très différents et rarement compatibles. Nous avions pensé faire des versions différentes EPUB 2, 3 et MOBI, qui auraient pu convenir à tout le monde, mais il a fallu nos ambitions à la baisse. Cela dit, nous préférions prévoir trop que pas assez ! »

 

Le concept du livre ? Un livre-parcours, un livre-jeu, mais surtout, un livre-pirate. Et garanti sans DRM. « Des DRM dans un livre sur le piratage, s'esclaffe une des étudiantes, nous n'en voulions pas. Si nous en avions mis, nous aurions suggéré aux lecteurs de les craquer ! » Une autre ajoute : « Nous voulions que ce livre soit libre, sans verrou, et que le lecteur puisse le partager, le prêter ou le lire sur différents supports s'il le veut. »

 

Le principe était aussi de se détacher du livre papier pour offrir une version complémentaire aux lecteurs ; une expérience nouvelle, et non une simple différence de format. Les étudiantes semblaient également refuser le livre homothétique : « Les formats EPUB 2 et 3 nous permettaient d'explorer des choses différentes. Du son, de la vidéo, des liens, de l'interactif… Nous avions vraiment envie de nous amuser avec les possibilités du numérique, lesquelles sont encore aujourd'hui infimes ! Comme disaient certains de nos professeurs, nous sommes à l'âge de pierre du livre numérique. »

 

 

 

 

Les étudiantes déclarent avoir été inspirées par le fameux Kadath des éditions Walrus ; un livre indisponible aujourd'hui, auquel elles n'ont pas pu avoir accès, mais que la vidéo de présentation avait enthousiasmées. Néanmoins, l'instabilité du format EPUB 3 et la difficulté de l'apprentissage du javascript en si peu de temps a compromis leurs plans. Hackœurs en version numérique, c'est donc un EPUB 2, sans javascript, mais interactif quand même. « Nous avons choisi de tricher, explique une des étudiantes. Nous avons gardé l'idée du livre-pirate et celui du parcours. Elles se traduisent par des embranchements qui permettent de choisir quel type de nouvelle on veut lire. À la fin des textes, des liens proposent à l'utilisateur de choisir ce qu'il va lire ensuite : plus d'amour ? Plus de piratage ? Nous avons aussi glissé des liens humoristiques, de fausses sorties, quelques allusions à Star Wars et à Matrix par-ci, par-là ! Plusieurs parcours sont donc possibles. Mais rien n'oblige le lecteur à les suivre ! Il peut tout à fait décider d'ignorer les liens et de tourner la page pour voir ce qu'il y a derrière. Sa liberté est totale. »

 

Puisque les liens ne conduisent pas à tous les textes, on peut relire l'anthologie plusieurs fois et en découvrir de nouveaux. D'autres enrichissements sont contenus dans l'EPUB : des pop-ups qui vous permettent d'accéder à la suite, des nouvelles dont la fin a été cachée, des images floutées à débloquer, mais aussi des textes au format audio et vidéos. La tonalité « audio » du livre importait particulièrement à la petite équipe, qui s'est avouée soulagée que l'EPUB 2 le supporte.

 

 

 

L'un des textes se présente donc sous la forme de quatre épisodes vidéos muets à retrouver au fil du livre, tandis qu'un autre est inclus sous forme audio, avec le texte en regard : il s'agit d'une pièce de théâtre, dont les étudiantes ont organisé une lecture et un enregistrement. Les Hackœurs ont eux-mêmes prêté leurs voix aux personnages, pour des questions de facilité et de temps. « Nous avons beaucoup discuté des voix des différentes personnes de la promotion ! raconte une étudiante. Finalement, nous avons choisi trois personnes (il y avait peu de personnages). Un ami d'un de nos « lecteurs », ayant une formation d'ingénieur du son, a accepté de nous enregistrer. Nous avons fait ça un soir : à minuit c'était dans la boîte. Une expérience fantastique ! »

 

Et les problèmes dans tout ça ? Ils ont été nombreux, d'après les Hackœurs. Les étudiantes ont passé toute une partie de l'année à acquérir des compétences en XHTML, HTML, CSS et à s'entraîner. « Nous avions cours sur le numérique et des professeurs toujours prêts à répondre à nos questions et à nous aider si besoin, raconte l'une d'elles. Néanmoins, cela ne remplaçait pas l'expérience. Nous avons eu beaucoup de mal avec les images, par exemple : nous voulions un EPUB « reflowable » qui s'adapterait à l'écran du lecteur. Cela impliquait un gros travail pour que les images s'affichent bien, ne soient pas tronquées ou ne s'étalent pas sur plusieurs pages… Le poids du fichier nous a également beaucoup inquiétées, ainsi que la validation par Apple. Nous nous sommes aussi aperçues que certaines tablettes n'interprétaient pas toujours bien notre CSS. Mais ça, ce sont des problèmes contre lesquels on ne peut rien, malheureusement. »

 

 

 

En termes de maquette, le livre numérique est très simple, contrairement au papier. L'effet produit par l'assemblage géométrique des titres, noms d'auteur, QR code et texte n'était réalisable que pour une maquette fixe et carrée. « Dans le livre papier, explique une étudiante, on peut se permettre de placer le titre en gros et à la verticale sur le côté du texte ; en numérique, c'est beaucoup plus difficile. Déjà parce que ça risque d'occuper la moitié de l'écran, et ensuite parce que ça nécessite des propriétés CSS 3 qui nous étaient interdites, vu qu'en EPUB 2, nous étions limitées au CSS2 ! »

 

Titres et auteurs sont donc placés en haut du texte, avec un bouton « reset » qui permet de revenir à tout moment à la table des matières. La maquette est néanmoins fixe, d'une certaine manière, puisqu'on saute une page après chaque texte : cette organisation était nécessaire pour créer des liens entre les nouvelles. Les étudiantes encouragent donc leurs lecteurs à configurer leur machine en mode « page à page » dès le début du livre et non en scroll, pour mieux profiter des effets prévus.

 

Si l'envie vous prend de découvrir ce livre, il est possible de l'acheter ici. Pour l'heure, il ne semble pas avoir été piraté…

 

Si vous voulez (re)lire nos chroniques déjà publiées sur ActuaLitté, c'est ici ! Si vous voulez être informés chaque semaine de la parution de notre nouvelle chronique, c'est ici !

 

À mardi prochain !