Le roi du Blues B.B. King dans un concert exceptionnel

Clément Solym - 24.07.2009

Reportage - BB - King - roi


C'était magique. Un très très grand concert. Dès l'ouverture du parc de l'Hotel de ville de Cognac à 19h heures, on court pour s'asseoir devant la scène, histoire d'être sûr de le voir. Pourtant, il n'arrivera pas avant 23 heures.

À partir de 21 heures, ce sont les Français de Awek (photo) qui assurent la première partie avec leur talentueux quartet. Ils font effet sur le public. Mais tout le monde n'attend que lui.

 

 

C'est d'abord Lucille qui arrive : sa mythique guitare (photo), gravée de son nom, qui est installée soigneusement. Elle est applaudie comme une star.

 

Son orchestre (photo) monte sur scène à l'heure, et commence à jouer. C'est déjà la folie. Mais il n'est pas encore là.



Puis les musiciens s'arrêtent, le voilà. Le roi B.B. King monte sur scène acclamé par les plus de 7 000 personnes venues rien que pour lui et sa légende. Il se fait remettre la médaille de citoyen d'honneur de la ville de Cognac. Il faut dire que Mister King a beaucoup contribué à faire de cette ville une capitale du blues. « B.B. » est en effet déjà venu lors de la deuxième édition du festival en 1995.

Quand il se saisit de sa guitare et de son micro, alors la magie commence.


 

À 83 ans, le légendaire B.B. King a encore une énergie à faire pâlir Charlie Winston, qui se produisait hier sur la même scène


 

 

Il danse sur sa chaise, se trémousse en entonnant « moove your body ».

 


 

Il fait du charme aux demoiselles du premier rang. Plein d'humour, il fait rire tout le public.

 


 

Mais quand l'heure de partir approche, la fin du concert est un déchirement comme il est rare. Un homme vient apporter au « Blues Boy » son chapeau et son manteau. Un dernier salut pendant que l'orchestre continue de jouer. Et il quitte la scène en lançant une poignée de médiators, que le public continuera de chercher dans l'herbe longtemps après le concert.

Ce concert fut véritablement exceptionnel. Non seulement parce que c'est sans doute un des derniers du King en Europe, mais aussi parce que ce fut un moment de partage incroyable, où le roi du blues a distillé son énergie incomparable.

À croire que, comme le vin, le bluesman est un musicien qui se bonifie avec le temps, au contraire de certains rockeurs...

Il n'y a qu'une seule chose à dire : longue vie au King ! Et si vous avez l'occasion de le voir une dernière fois, alors n'hésitez pas une seule seconde à vous rendre à l'un des meilleurs concerts de votre vie.



Crédit photos : Christophe Payet ©