Manga numérique, enjeux et problématiques

Clément Solym - 26.04.2011

Reportage - manga - numerique - scantrad


Le marché du livre numérique commence à se développer en France et les éditeurs sont en pleine réflexion sur la façon la plus pertinente d'y entrer. Dans le domaine de la bande dessinée, on a pu voir naître ces derniers temps quelques initiatives intéressantes. Cependant le secteur plus particulier du manga semble rester en retrait.

Il faut dire que le lectorat n'a pas forcement les mêmes attentes, ni les mêmes habitudes que le lectorat de BD franco-belges - notamment par le recours régulier au scantrad pour découvrir les nouveautés du Japon en temps réel.

Crise et numérique

Pourtant, la BD asiatique est un secteur très dynamique qui représente une manne financière pour les éditeurs à travers le monde. Selon les chiffres ACBD, 1477 titres d'origine asiatique (dont 1355 manga) ont été publiés en France en 2010. Soit 38,76 % de la production totale de nouveaux titres et plus du quart du chiffre d'affaires du secteur.

Aux États-Unis malgré un déclin des ventes amorcé en 2008, les manga représentaient encore 50 % des ventes de romans graphiques en 2010.


Alors que le manga connaît une crise au Japon (en août dernier Shueisha annonçait son premier exercice fiscal annuel dans le rouge), les éditeurs japonais s'intéressent de plus en plus aux solutions alternatives comme le numérique mais aussi l'implantation dans d'autres pays (Kodansha aux États-Unis, le groupe Shuheisha et Shogakukan en France).

Certains, comme Square-Enix en France, deviennent éditeurs de manga numériques à l'étranger.

Le business du scantrad

Enfin, le problème des scantrad devient de plus en plus important, notamment à cause de la création de gros sites agrégateurs de scantrad qui génèrent des revenus par la publicité. Il y a quelque temps les éditeurs français ne semblaient guère se préoccuper des scantrad car ils voyaient cela comme le fait de quelques communautés de passionnés. Aujourd'hui, le scantrad est devenu un vrai business pour certains sites et les éditeurs ne comptent pas laisser passer ça comme ça.


Trouver une solution numérique pour les manga pourrait bien devenir un enjeu capital, mais quelles solutions s'offrent aux éditeurs français qui se retrouvent pris entre deux feux ? D'une part, les éditeurs japonais avec lesquels ils n'arrivent pas à trouver d'accords sur le numérique. D'autre part un lectorat impatient et exigeant en terme de qualité, de rapidité et de prix, qui a tendance à se rabattre sur les scantrad des nouveautés japonaises.

Les problématiques internationales

Ce dossier sera l'occasion de faire un petit tour hors de nos frontières pour envisager la question du manga numérique de manière plus globale. En effet, pour mieux comprendre les enjeux de l'édition numérique en France, il est nécessaire de se pencher sur le marché américain (qui pourrait être un terrain d'expérimentation en matière d'édition d'e-manga en dehors du Japon).

Mais aussi sur le marché japonais, afin de comprendre pourquoi les éditeurs japonais et français n'arrivent pas à trouver d'accords. Bien évidemment, nous nous pencherons sur le marché français, en évoquant notamment les attentes des amateurs de manga et comment les éditeurs envisagent le numérique.


Au travers des diverses solutions mises en place aux États-Unis, au Japon et en France, on pourra dégager quelques problématiques spécifiques de chaque marché. On retrouvera aussi en fil rouge une problématique internationale, celle du scantrad. On verra comment les éditeurs américains et japonais comptent s'en débarrasser et quelle est la position des éditeurs français.

Enfin, en réunissant tous les éléments, on tentera d'envisager les solutions qui pourraient être explorées dans le cadre du manga numérique en France. Il faudra bien sûr garder à l'esprit, que le marché du numérique est en constante évolution et que ce tour d'horizon est simplement une photo prise à un instant « t ».

Les dossiers Manga numérique :
Dossier suivant : Manga numérique : les États-Unis, lacunes et expérimentations