medias

Plus qu'un rendez-vous, Amiens offre à la bande dessinée un festival

Nicolas Gary - 10.05.2019

Reportage - Amiens bande dessinée - Rendez vous bande dessinée - festival BD Amiens


ENTRETIEN – Les 24es Rendez-vous de la Bande Dessinée d’Amiens feront trembler les murs, depuis la cathédrale jusqu’à la tour Perret, passant bien évidemment par la Halle Freyssinet. Pour la deuxième année maintenant, la manifestation s’installe dans cet immense espace : une friche de 8000 m2 fraîchement réhabilitée. Avec des bulles, des expositions et bien plus.

Rendez-vous de la BD d'Amiens 2018
La Halle Freyssinet
 

Pascal Mériaux, directeur de l’association On a marché sur la Bulle, qui organise l’événement, ne cache pas son impatience. La dimension chef d’orchestre de cet ancien musicien et auteur est évidente : pour jouer d’un instrument comme cette Halle, il faut une sacrée partition. « Nous avons bénéficié d’une année de plus pour apprivoiser le bâtiment. L’an passé, nous étions dans l’urgence : le feu vert pour l’installation arriva début février – et nous n’avions encore personne pour fabriquer ne serait-ce qu’un mur », se souvient-il.
 

Des bulles et des femmes et des hommes


« 2019 sera infiniment plus réfléchi, avec un parcours de circulation qui participera à la création de l’atmosphère : nous jouons toujours sur l’audiovisuel, le son : toute l’expérience de 2018 a servi à concevoir un projet plus habité. » Et pourtant, en découvrant la manifestation l'an passé, les premiers pas laissaient rêveur… 

Pour les Rendez-vous 2019, c’est le dessinateur Enrico Marini qui a été sollicité pour l’affiche. Et voici qu’il rend un Batman lecteur, installé sur les hauteurs de la cathédrale d’Amiens. « En réalité, nous n’avions même pas prononcé le nom du Chevalier Noir quand on l’a sollicité. Et pas plus l’anniversaire des 80 ans du super héros de DC Comics », plaisante Pascal Mériaux. « Enrico a eu carte blanche… »

Le résultat a tellement séduit que, sans nul doute, ce dessin marquera durablement la manifestation. « Le lien entre Gotham et le style gothique de la cathédrale, et puis le personnage générationnel par excellence, qui porte ce message d’inciter à lire, c’est tout de même très fort. » Certains plaisantaient d’ailleurs, considérant qu’Enrico se servirait de la tour Perret, qualifiée de « pavillon témoin pour Gotham City». Mais qui ne vit finalement jamais le jour. 

Alliance du moderne et du patrimoine, c’est également Blake et Mortimer que la manifestation met à l’honneur, « avec surtout Fraçois Schuiten qui nous fait l’amitié de venir ». D’abord, parce qu’historiquement, Amiens fait partie des Cités obscures, le cycle créé par Schuiten et Benoît Peeters. Ensuite, c’est la figure de Jules Verne qui se dessine : le romancier y vécut 28 années. 

Rendez-vous de la BD d'Amiens 2018
Pascal Mériaux, enflammé

 
D’ailleurs, en 2005, une exposition s’était tenue au Cirque municipal, durant juillet et août, Voyage en Utopie : De Jules Verne aux Cités obscures. « S’y retrouvaient 120 dessins originaux de François. Avec toujours un lien vernien dans les projets que l’on monte avec lui. » Et en 2019, c’est un retour précieux, « une excellente raison pour nous de vouloir être à la hauteur, dans la présentation de son expo et son articulation ». Pas simple en effet, pour un auteur, de laisser à d’autres le soin de la scénographie, quand on sait si bien s’y prendre.

Paul Gillon, parrain de la manifestation depuis l’origine en 1996, admiré par François Schuiten, était un ami commun. Il aura facilité les échanges.
 

Patrimoine, préservation et bande dessinée


Du côté des rencontres de la journée professionnelle — de fait, ouverte au public, mais abordant des thématiques pros — c’est la dimension patrimoniale qui ouvrira les débats. « François Schuiten pose régulièrement cette question de la préservation des planches originales et de leur avenir : qu’est-ce que les jeunes générations feront de leurs originaux ? Le lien pour nous était évident, surtout que Schuiten est un militant de cette cause patrimoniale. »

Et puis dans l’actualité, les vols de planches supposés des œuvres de Jacobs, justement : tout cela conduisait logiquement à interroger les liens entre 9e Art et musées. Pascal Mériaux ajoute : « Cette constatation s’opère à plusieurs niveaux : par exemple, les responsables d’Euralens nous ont contactés pour le lancement d’une BD, Sortir de Terre, qui questionne 10 ans de présence du Louvre-Lens sur le territoire. »

Parue aux éditions de la Gouttière, c’est toute la création de ce musée qui est racontée, depuis l’ancien bassin minier, entre documentaire et enquête, à travers les 10 années de construction. De même, le musée de Picardie, qui amorça également une phase de travaux, a voulu jouer de pédagogie avec les visiteurs : et c’est à travers une bande dessinée qu’ont été racontées les évolutions en cours.

Rendez-vous de la BD d'Amiens 2018
Dans les rues d'Amiens

 
Enfin, il y a le fameux rapport de Pierre Lungheretti remis fin janvier, qui a ouvert le dossier non seulement de la préservation des œuvres, de la lutte contre le marché noir et la revente, mais aussi des mesures de valorisations de la BD. En somme, Amiens se place comme le catalyseur de multiples réflexions de fonds.

En passant, si les deux mondes communiquent, finalement, ce sont des publics qui ignorent l’un ou l’autre de ces univers, qui sont alors susceptibles de découvrir, de s’ouvrir. « C’est une manière de désenclaver les arts. Par le passé, on a pu se retrouver avec des acteurs du monde artistique, qui nous regardaient avec intérêt, sans pour autant avoir envie de collaborer. Les temps changent, et c’est heureux. »

L’autre volet de la journée partira d’une improbable rencontre entre Batman et les personnages de Jacobs, Blake et Mortimer. « L’idée est plutôt de questionner cette fois ce qui se passe, ce qui émerge, quand on marche dans les pas ou qu’on prend les habits de ces personnages créés par d’autres. Dans une continuité ou en rupture, tout cela est passionnant avec les deux exemples que nous avons retenus », continue le directeur. 

Enfin, La Gouttière sera mise à l’honneur, pour le volet jeunesse. « Leur éthique est celle de l’association et de son festival : c’est un engagement ferme en faveur de la lecture. Les publications aboutissent à des livres, faits de manière classique, mais retenus pour ce qu’ils favoriseront un travail de médiation, et permettront un militantisme véritable. »
 

Amiens et la BD, une histoire d'amour, à pérenniser


Autour de la jeunesse, enjeu crucial pour le festival, qui organise notamment un prix de la BD avec les lycéens, c’est tout le devenir de la lecture que l’on cherche à protéger. « Comment les faire découvrir aux enfants, c’est notre obsession : on cherche, on trifouille, et La Gouttière ne manque pas d’inventivité en la matière. » Notamment par le recours aux tapis narratifs ou dans les modes de médiation et de distribution qui sortent des sentiers battus.

« On cherche tous à ce que les BD soient aussi ailleurs que dans les mains bienveillantes des libraires, en somme », résume Pascal Mériaux. Et, surprise pour 2019, un Escape Game est lancé autour de l’univers de Sixtine, la BD de Frédéric Maupomé et Aude Soleilhac — parue chez La Gouttière, évidemment.

Rendez-vous de la BD d'Amiens 2018

 
Poussés par la réussite de 2018, Les Rendez-vous de la BD d’Amiens ont le vent en poupe, mais regardent immanquablement vers l’avenir. « Lorsque le groupe Vinci-Duval a remporté le concours autour de la réhabilitation du plateau ferroviaire, l’idée de la manifestation à la Halle n’était pas encore gagnée. »

Mais le succès de la précédente édition a conduit la Métropole à mettre l’accent sur la BD, pour en faire un enjeu plus important encore. « Nous avons tous été impressionnés, avec pour conséquence qu’il n’était plus question de se retrouver dans quelque chose d’étriqué ou de contraint pour l’avenir. »

Avec les soutiens politiques nécessaires, peut-être se profilerait un espace dédié au 9e Art, qui serait permanent. « Nous sommes en période de resserrage des budgets, des élections… tout cela est fragile, mais on perçoit la conviction : Amiens doit désormais aller plus loin. »

Et de conclure : « Pour cette année, pour les suivantes, nous cherchons à aller au bout de ce que Denis Bajram avait suggéré : proposer un festival si radical, qu’il incarnerait un lieu unique d’exposition. Nous avons la chance de pouvoir penser l’événement de façon unifiée, équilibrée. Et que les expositions, les dédicaces, les rencontres, les animations forment un tout absolument homogène. »

Une page qui contiendrait bien plus que l'ensemble de ses bulles, en somme… Les 24es Rendez-Vous de la Bande Dessinée d’Amiens auront lieu les 1er et 2 juin 2019. 


Dossier : Les 24es rendez-vous de la BD d'Amiens, 2019

crédit photos : ActuaLitté, CC BY SA 2.0


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.