Promenade interdite dans les catacombes de Paris

Clément Solym - 20.05.2011

Reportage - catacombes - promenade - interdite


A l’occasion de la sortie de l’ouvrage Les Catacombes de Paris, Promenade Interdite de Gaspard Duval, Volum Editions organisait en association avec les éditions Crépin-Leblond, une conférence de presse au sein même des catacombes.


Dîner aux chandelles dans les carrières avec Gallia, la bière des catacombes de Paris depuis 1890.

Pour la petite histoire

Lors d’une courte visite des lieux, nous avons appris que ce réseau souterrain était en fait composé de carrières d’extraction de la pierre qui servait au dessus à bâtir la ville. Car « de tout temps, on a construit Paris avec le calcaire de son sous-sol », nous raconte Gaspard Duval. Il n’est pas surprenant alors qu’à force de creuser sous nos pieds, Paris soit devenu un véritable gruyère et que les carrières se soient révélées à ses habitants des siècles plus tard, par des effondrements dramatiques.

Ainsi, éboulements et affaissements de terrain se multiplièrent au court du XVIIe siècle jusqu’au 17 décembre 1774 où un effondrement gigantesque a ravagé presque l’ensemble de la rue d’Enfer qui correspond à l’avenue Denfert-Rochereau et au boulevard Saint Michel, aujourd’hui. On instaura alors un service d’inspection et de consolidation des carrières qui, à partir de 1777, creusa le réseau de galeries menant d’une carrière à l’autre, que l’on appelle catacombes aujourd’hui.

Un immense terrain de jeu

Dès que les parisiens ont pris conscience de l’espace qu’ils avaient sous les pieds, les catacombes ont étés régulièrement visitées. A tel point qu’est apparue une société - plus ou moins secrète - d’amateurs surnommés les cataphiles. Ils descendent de nuit, par petits groupes et parcourent des kilomètres avant de retrouver la lumière du jour. Gaspard Duval, l’auteur des Catacombes de Paris, est de ceux-là. Il n’a d’ailleurs pas tenu à ce que des photos de lui soient diffusées pour « préserver un peu le mystère » nous a-t-il avoué.


Ce qu’il faut savoir, c’est que derrière leur côté mystérieux, les catacombes sont pour les cataphile, avant tout un immense terrain de jeu. Un lieu de fête et d’aventure, ce qui a parfois laissé place à quelques débordements. Les cataphiles sont d’ailleurs bien connus des services de police qui ont même mis en place une brigade spécialement consacrée à la surveillance des souterrains : les cataflics.

Et à leur tête pendant plus de vingt ans, le commandant Jean-Claude Saratte qui a bien voulu faire la préface de l’ouvrage de Gaspard Duval. Car le commandant Saratte, aujourd’hui à la retraite, a une vision optimiste des relations entre les cataphiles et les cataflics. Il nous parle même d’amitiés et du côté des cataphiles, le commandant Saratte est devenu une véritable légende… Au point d’avoir une plaque à son effigie quelque part dans le méandre des galeries souterraines.

Commandant Saratte, pour vous servir

Cataphiles et cataflics, une affaire de complicité

Comme l’explique le commandant Saratte, les cataflics tolèrent la présence des cataphiles. Ils les distinguent radicalement des « délinquants » qui dégradent occasionnellement les parois. Les cataphiles sont des passionnés qui respectent et protègent même, ce qu’ils considèrent comme leur patrimoine. Ainsi, pour les policiers, les cataphiles représentent la meilleure surveillance des galeries : puisqu’ils les connaissent mieux que quiconque, ils sont les premiers à repérer une anomalie ou un éboulement à risque. Et puis comme le dit si joliment notre commandant Saratte : « Quand ils font les cons là-dessous, ils ne nous emmerdent pas à l’extérieur ! »

Un texte, une image, un livre

Le sous-titre du livre, « le côté obscur de la ville lumière », laisse assez bien présager l’image des catacombes que nous dévoile l’auteur. A travers de magnifiques photographies, il nous fait visiter les anciennes carrières, sous tous leurs aspects. De l’ossuaire effrayant aux bunkers désaffectés construits pendant la guerre et des promenades rituelles aux grandes fêtes souterraines. Les illustrations comme le texte explicatif en fond un véritable ouvrage de qualité sur cet univers mystérieux du sous-sol parisien.

Les Catacombes de Paris, promenade interdite, est disponible chez Volum Editions, 25 euros.

Retrouver ce livre aux meilleurs prix, sur Comparonet




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.