Remise du Prix Botul : le philosophe à l'honneur

Clément Solym - 01.07.2009

Reportage - Prix - Botul - litterature


Qu'il était charmant ce petit café de la rue d'Aligre où une assemblée de jurés - pourris d'office, car juges et parties - s'étaient réunis devant une petite assemblée de fidèles venus assister à la remise du Prix Botul. Pour mémoire, ce philosophe de tradition orale n'a laissé aucun écrit  - mises à part quelques notes éparses -, comme le rappela le président Frédéric Pagès, si ce n'est un prix qu'il fut le premier à se remettre, selon la formule consacrée : « Décerné à moi-même, à l'unanimité des voix », mais après quatre tours, parce qu'on ne sait jamais : ce n'est pas parce qu'il était seul concurrent et seul juge que tout irait de soi.

Parmi les membres du jury, Jean-Hughes Lime, ou encore Bertrand Rothé et Hervé Le Tellier... Oui, ces mêmes joyeux drilles que l'on a retrouvés durant Le Grand Oral, sur France Culture, émission présentée... par Frédéric Pagès... Décidément...

Pour les profanes et les incultes, qui forment souvent une seule et même catégorie, les deux critères pour obtenir ce prix Botul sont :
  • Être membre du jury, selon l'adage qui veut que seuls eux « ramassent le morceau »
  • L'ouvrage présenté - ou l'oeuvre de toute une vie, selon les espoirs du candidat - doit contenir le nom du philosophe Botul. Et bien que « cet article fut par le passé bafoué certaines années », cela reste une nécessité.
Après, suffit-il de trouver les lettres B O T U L dans le livre pour que l'hommage soit complet ? Ah, excellente question. Notons juste que cette année, une nouvelle catégorie fut introduite, celle des auteurs pas encore publiés, mais bon, d'ici pas trop longtemps.

Frédéric Pagès, debout, parce que... ça fait mieux...
 Durant plus ou moins 5 à 15 minutes les auteurs ont eu à loisir de défendre leur bout de gras, et leur ouvrage. Des perles ont jailli, telles que « Botul inventa le moonwalk après avoir lu Ainsi parlait Zarathoustra », ou encore « Bientôt, on aura plus de prix littéraires que de livres »... Ah, pardon, ça n'est pas hilarant, ça...

Et au terme de débats houleux, où coups bas, mauvaise foi (graisse de canard parfois même), plusieurs éminentes représentations de pipotage et autres artifices de langue, le jury a délibéré...

Bon... le problème, c'est qu'à ce moment-là, notre voisin de salle, chroniqueur littéraire dans un quotidien français célèbre pour son supplément sur les livres nous a quelque peu perturbés. Mais si, un supplément... du monde... des livres... C'est fou que les journalistes s'empêchent de recueillir les informations, comme des étudiants de médecine... *

Mais il semble bien que le prix Botul ait été attribué à Bertrand Rothé... Malheureusement, nous n'avons pas pu entendre le nom du livre récompensé, à cause d'une intempestive quinte de toux... On vous tient au courant dès que l'on a confirmation... Accessoirement, un chèque de 10 € a été remis au lauréat 2009, quel qu'il soit...


* NdCorrecteur : la vérité c'est que l'équipe d'ActuaLitté venue en masse s'est encore une fois retrouvée au bistrot et n'a absolument rien suivi de cette remise de prix... Ah, c'est toujours les mêmes qui s'amusent...