TeaBook Open Reader, application open source pour libraires connectés

Clément Solym - 15.10.2012

Reportage - The ebook alternative - application - lecture numérique


C'est sept mois après son lancement que The Ebook Alternative (TEA) organise une seconde conférence de presse pour annoncer et présenter le "TeaBook Open Reader". Cette application de lecture HTML 5 est compatible avec tout appareil, y compris l'iPad, et ouvre son code en open source.

  

À l'époque, c'est-à-dire en avril, TEA n'avait pas encore de catalogue, pas de documents en ligne et seulement trois personnes formaient une équipe. Aujourd'hui, ça a changé, et Guillaume Decitre (fondateur et président de TEA), accompagné de Valérie Heppe Collin (co-fonfatrice et directrice générale de TEA) et Éric Daspet (co-fondateur et directeur technique de TEA), est fier de cette avancée qui, semble-t-il, promet et satisfait beaucoup de monde.

 

La position de TEA est clairement affirmée : proposer un autre système dans la « guerre économique » actuelle et ne pas prendre le chemin d'un environnement fermé, dont Amazon est un bon exemple. L'idée, avec TEA, c'est de rendre disponible le livre numérique sur toutes plates-formes, tout support, tout appareil, bref de lire des livres partout. Et la première étape fut celle de lancer "Teabook Open Reader".

 

Les avantages mis en avant de la nouvelle application sont sa simplicité, une utilisation qui n'implique pas d'installation, « juste un clic », nous explique Éric Daspet, et la technologie HTML 5 qui permet un fonctionnement hors ligne. L'interface dévoilée donne un « rendu fidèle du livre », avec une présentation en double page habituelle de l'ouvrage. Il suffit de cliquer sur la couverture pour lire le contenu, et lors d'une fermeture, un simple clic permet de reprendre la lecture là où on l'avait laissé. L'application nécessite seulement un navigateur récent et offre à ses utilisateurs toutes les fonctionnalités du livre numérique (grossissement de caractère, etc.). L'application supporte l'EPUB et un travail « complet » est effectué sur l'ePub 3.

 

 crédits ActuaLitté

 

Avec "TeaBook Open Reader", c'est l'occasion pour l'équipe en place de montrer leur vision de ce que doivent être la lecture et l'open source. Chacun des membres souhaite que ce code soit enrichi par d'autres (réseau social ou autre acteur).

 

TEA propose un service opérationnel depuis avril, avec à ce jour plus de 100 000 titres, et la présence des principaux éditeurs, dont des éditeurs indépendants. Le catalogue est considéré par TEA comme « l'un des éléments clés », souligne Valérie Heppe Collin. D'ailleurs, présentée au Salon du Livre de Francfort, l'application aurait séduit plusieurs personnes, avec des retours favorables d'éditeurs étrangers. « Je suis très confiant pour 2013 », a annoncé Guillaume Decitre à ce propos, pointant du doigt un prochain catalogue international.

 

L'application open source avantage également les librairies, en leur proposant un service global pour les clients (ce qui les fidélise) et une offre complète qui simplifie les multiples contrats que ces dernières connaissent. Car, pour TEA, il s'agit de présenter aux libraires les services nécessaires, avec des contrats préparés en vue et dans un contexte économique difficile, tout en arrivant à rentrer dans ses frais, pour la société. Ainsi, les petites libraires ne sont pas exclues du numérique. De plus, en partenariat initial avec Booken, la liseuse Cybook Odyssey met en avant, suivant le lieu de l'achat, la bouquine du lieu de vente (Decitre, Cultura etc.). Cela permet aux librairies indépendantes d'avoir un outil qu'ils n auraient pas pu se payer autrement et d'apporter des compétences en merchandising, que les libraires n'ont généralement pas. Et, en intégrant cette solution à son propre site grâce à l'onglet « ebooks », le libraire fait ses propres mises en avant.

 

TEA, une alternative qui fonctionne bien

 

Pour le moment, TEA lance « une alternative qui fonctionne bien ». Les contenus seront améliorés et développés, avec du contenu numérique payant, mais aussi gratuit (en accord avec la BNF).

 

Évidemment, Guillaume Decitre souligne qu'il ne « suffit pas d'un code open source, il faut ensuite créer la communauté autour du projet », donc des développeurs, des gens qui comprennent l'intérêt, des éditeurs... En attendant, « nous sommes prêts pour déployer commercialement cette offre », déclare Valérie Heppe Collin, avec déjà un déploiement en cours de 4 librairies indépendantes du groupement « Libariries ensemble », pour novembre.

 

D'ailleurs, TEA avoue préférer une « approche de libraire »pour son projet, c'est-à-dire favoriser une multitude de librairies qui utilisent l'application, plutôt qu'une volonté d'intégrer un kiosque numérique qui restera fermé et prendra 20 à 30 % des marges. Les quatre établissements à prendre part à cette expérimentation sont Cheminant, à Vannes, Bisey à Mulhouse, Marbarbon, à Bourg en Bresse et Planet R, à Saint Lo.

 

 crédits ActuaLitté

 

 

Du côté des éditeurs, ceux-ci garderont la liberté de fixer les droits sur les ebooks. Les protections demandées (DRM) par les éditeurs seront respectées, et ces protections resteront valables sur le HTML 5.

 

Quelles prochaines étapes pour TEA ?

  • Faire grandir l'équipe et les partenaires.
  • Continuer à améliorer la plate-forme, les process, les applications de lecture.
  • Augmenter le catalogue français et étranger.
  • L'accompagnement des clients existants.
  • Signer de nouveaux client, en France et à L'International.

 

Pour le moment, le lancement commercial n'est pas encore fait et ne sera pas prévu avant la fin de l'année. En revanche, il est possible de tester l'application sur la bande-démo de TEA. Actuellement en partenariat avec Booken pour sa liseuse, TEA affirme ne pas vouloir un partenaire privilégié et être en discussion avec plein d'autres acteurs.