Titania 2.0 : un rendez-vous en librairie avec Pauline Pucciano

Cécile Mazin - 21.03.2016

Reportage - Titania Pauline Pucciano - journée manuscrit francophone - Comptoir mots


Place Gambetta, devant la librairie Le Comptoir des mots, se presse une vingtaine de personnes. « Je suis venu pour le livre de Pauline, qui m’a été conseillé par une amie », assure Cédric. Pauline Pucciano, lauréate de la Journée du manuscrit francophone 2016, qui se déroulait le 24 octobre dernier au siège de l’UNESCO, à Paris, était très attendue. L’auteure, qui habite à La Martinique, était de passage pour une séance de dédicace de son roman, Titania 2.0. Très chaleureuse.

 

Pauline Pucciano

Pauline Pucciano - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Cédric, à l’intérieur, trépigne. « Je fais totalement confiance à la personne qui m’a conseillé le livre. Ça va être une grande découverte, et nous sommes assez impatients », explique-t-il. Son amie, à ses côtés, sourit avec envie, manifestement heureuse elle-même de découvrir l’ouvrage de Pauline Pucciano. 

 

Henri Mojon, fondateur des Éditions du Net, ne cache pas son plaisir de voir l’ouvrage enfin disponible. Son livre a bénéficié d’une attention toute particulière : Les Éditions du Net proposent un service d’autopublication ouvert à tous. « Pour Titania 2.0, nous avons fait appel à un éditeur, qui a réalisé un véritable travail avec Pauline. Et nous l’avons également fait traduire en anglais, pour lui donner une autre vie dans le monde anglo-saxon. » Cette traduction a été réalisée par Mark Harvey.

 

 

 

 

Sur l’estrade, l’auteure voit passer les lecteurs, un stylo en main, et se prête au jeu des dédicaces avec plaisir. Titania 2.0 est une fiction, une anticipation, où l’on parle des relations humaines, de leur difficulté.  

 

Paris, XXIIe siècle. Dans une société ultra-libérale où tout se vend, et sur fond de réalités virtuelles, la dernière « mode » est la construction personnelle, ou « self art ». Titania est l’un des multiples noms d’une jeune adepte de cet art : tout en elle est artificiel et modifié. La nouvelle raconte la brève histoire d’amour entre un poète en deuil, un peu rétrograde, et cette insaisissable créature.

 

 

Titania 2.0, fiction entre connexion et déconnexion

 

Dans la librairie, une lectrice déjà conquise parle d’un « magnifique roman sur la solitude. Et pourtant, je n’apprécie pas la fantasy. Mais cette idée du protagoniste qui parvient à se connecter avec une personne qui en réalité n’existe pas, c’est superbe ». 

 

Une esthétique graphique « qui se prêterait particulièrement au cinéma : c’est très visuel et un scénariste se ferait très plaisir. Cette idée d’un monde connecté et déconnecté rappelle Tripalium, et elle l’a très bien exploitée. Ça évoque le Dark web aussi... »

 

 

 

Pauline Pucciano est elle aux anges. « D’abord, découvrir que j’étais lauréate de la Journée, c’était irréel, accentuée par le décalage horaire. Depuis La Martinique, j’ai vécu cette soirée en France, j’avais du mal à y croire. » 

 

Tout le travail éditorial réalisé avec Wilfried N’Sonde lui a beaucoup apporté, assure-t-elle. « J’écris assez vite, et j’ai souvent du mal à revenir sur ce que j’écris seule. Wilfried m’a apporté un regard très intéressant et des pistes d’approfondissement. Nous avons beaucoup échangé, et ses propositions ont permis d’enrichir le texte. »

 

Et d’ajouter : « C’est un accompagnement qui m’a aidée. Peut-être pas pour tous mes textes, mais sur certains, je rechercherai de nouveau cette relation, avec un éditeur, ou bien un agent littéraire. » Une nouvelle aventure commence, dans tous les cas.

 

 

 

La Journée du Manuscrit Francophone est coorganisée avec ActuaLitté.