Tom Cruise dans Walkyrie, de la chevauchée à la débandade

Clément Solym - 20.01.2009

Reportage - Tom - Cruise - Walkyrie


Le colonel Claus von Stauffenberg a perdu une main droite et un oeil gauche au cours d'un bombardement allié en Afrique du Nord et pour cet homme déjà révolté par les pratiques du Reich, voilà qui coupe court aux derniers sentiments pro-hitlériens. Pour un peu il se serait mis à chanter avec Desnos : « Révolte contre Hitler et mort à ses partisans ! »

Dès lors, il est mûr pour entrer dans une société secrète de conspirateurs, tous réunis pour sauver « l'Allemagne sacrée » et mettre un terme aux agissements du Führer. Mais tout cela n'est pas si simple évidemment : les soldats de l'armée ont prêté un serment de fidélité à leur guide et beaucoup y restent profondément attachés autant que fidèles.

Pour Stauffenberg, le sacrifice consenti à Hitler est déjà trop grand et seul l'obsède le comment de cet attentat. C'est en rentrant dans ses pénates, et voyant ses enfants rejouer les Walkyries de Wagner, qu'il a l'éclair de génie : Walkyrie c'est également le plan de secours prévu par Hitler pour assurer le maintien de l'ordre en cas de crise extrême. Voire, dans l'hypothèse où il mourrait.

Maintenant, reste à s'approcher suffisamment près du Führer pour déposer la bombe...


Cataclop, cataclop... catastrophe...

Une question unique nous vient à l'esprit avant même d'entrer dans la salle de projection : c'est authentique ? Ah... Et c'est une raison pour nous resservir encore du nazi, de la Seconde Guerre mondiale et du Tom Cruise héroïque autant que difforme ? Oui ? Bon. Alors, certes, cette histoire est tout à fait intéressante, montre que tout le monde n'était pas lobotomisé en Allemagne, mais l'on restera sceptique quant au choix de l'acteur principal.

Tom Cruise... Ah, il semblerait qu'il ait injecté quelques fonds dans le film, aussi cela se comprend-il mieux. Mais enfin, qui croit à cette histoire avec Top Gun et Mission Impossible devant les yeux ? Reconnaissons-lui cette scène probablement d'anthologie, où sortant d'un bureau, le manchot va devoir claquer des bottes, lever le moignon et crier : « Heil Hitler ! » Une véritable perle, mais pour le reste.


Le manchot a plus d'une carte dans sa manche

Passablement ennuyeux, plutôt long, ce qui n'est pas sans effet sur le rythme, on appréciera cependant la reconstitution efficace, tout autant que l'on regrettera qu'un Goebbels ou un Himmler ne fasse que figures d'arrière-plan et que Hitler soit un peu neurasthénique... Maintenant, une interprétation farfelue nous est venue : si la cause du colonel est la bonne, mais qu'elle finit avec une exécution sommaire en martyr, ne peut-on pas envisager que ce soit une belle allégorie visant à promouvoir la scientologie ?


Si, observons mieux : Tom Cruise, n°2 de cette secte, incarnant le personnage dont on sait que l'histoire lui donnera raison - et même fera un film sur son action - mais qui est, durant sa vie, contraint de se cacher, d'agir dans l'ombre... Finalement, des années plus tard, on se dira qu'il était dans le juste... autant que la scientologie l'est déjà, mais avoir raison trop tôt, c'est avoir tort...

Si farfelu que ça ? Bon et accessoirement, Walkyrie, vous pouvez vous en passer... Sortie dans les salles le 28 février.