Un livre Un Vin : Le film va faire un malheur, direction la Californie

Clément Solym - 29.08.2009

Reportage - film - malheur - Cellar


Voilà bien un samedi qui apportera son lot de surprises, et celle du jour sera de retrouver notre chronique Un livre Un vin, avec un joli voyage à la clef. En effet, notre chronique Le film va faire un malheur a éveillé les papilles de notre partenaire caviste L'oenolimit, qui a décidé de nous faire traverser l'Atlantique. Un voyage royal, à destination d'une prestigieuse ville étatsunienne... Hollywood.


En effet, comment mieux accompagner cette histoire de Sammy, truand sorti de prison et qui souhaite faire un film de sa vie,  voire de sa vie un film, qu'en partant pour la fabrique des plus prestigieux films et des studios mondialement reconnus ? Mais que les clichés ne nous arrêtent pas : restons en Californie pour le rêve, mais partons à quelque 300 kilomètres d'Hollywood (à moins que vous ne vouliez en miles ?) pour un Cabernet Sauvignon nommé Beringer Stone Cellars !


Un vin californien, avec des saveurs de raisins de Corinthe, mais aussi de myrtilles et de clou de girofle, nous précise L'oenolimit, le tout dans un vin rouge de haute tenue et à la mesure du charisme de notre truand à demi repenti. C'est aussi une alliance étonnante d'un cépage qui provient de France, avec un terroir, celui de la napa valley, qui résonne comme cette course-poursuite entre Alexis qui tente de fuir Sammy, et qui pourtant reste fasciné par cet homme.

Un jeu particulièrement dangereux pour Alexis, qui va plonger bien malgré lui dans l'univers de Sammy, perdant par là même sa maîtresse, et son temps, et son boulot. Si le film va faire un malheur, l'assemblage du terroir et du cépage marche du tonnerre également, pour créer un produit séduisant et qui goûte très bien.


Une rencontre donc entre le made in USA et le produit français se révèle particulièrement agréable. Sa couleur rouge rubis intense ne manquera d’ailleurs pas de rappeler les jus de tomate que Sammy boit à longueur de temps et qui ponctuent les rencontres avec Alexis. Et comme le livre Georges Flipo, le vin respire le fruit, avec un léger boisé agréable, d'autant plus séduisant à boire qu'il est peu tannique.

Léger et subtil, en somme, soit tout ce qu'il fallait pour accompagner la lecture de Le film va faire un malheur, très drôle et enjoué. Il ne vous reste plus qu'à déguster l'un et l'autre, avec un sourire de satisfaction aux lèvres.