Un reportage habillé de crocs en cape

Clément Solym - 27.01.2008

Reportage - reportage - interview - Masbou


Nous voilà invités pour la deuxième fois au Bd fugue bordeaux pour une soirée irrésistible. En effet ce vendredi dernier on nous proposait le vernissage d’une exposition consacrée à Jean Luc Masbou et à Bruno Maïorana. Les deux dessinateurs sont amis de longue date, ils ont fait l’école des beaux arts d’Angoulême ensemble avant de travailler sur des dessins animés comme le très célèbre Denver le dernier dinosaure, si si on vous l’assure. Ils ont en outre un ami commun Alain Ayroles qui se trouve être le scénariste de Garulfo et de De cape et de crocs, les deux séries qui faisaient justement l’objet de l’exposition.

Il est 19 heures et nous passons la porte de Bd fugue Bordeaux, l’ambiance est détendue et les discussions vont bon train. Nous apercevons Masbou et Maïorana, dans le fond du bar, ils échangent quelques mots avec leurs lecteurs qui les regardent subjugués avec comme des petites étoiles dans les yeux. C’est quand même quelque chose de pouvoir discuter avec ces dessinateurs qui nous font rêver à grand renfort de planches colorées, comme si de rien n’était un verre à la main.

Nous nous dirigeons vers l’exposition, les planches en noir et blanc ou colorées, grand format sont superbes, et on en prend plein les yeux encore une fois. Alors que j’étais absorbé dans la contemplation de la merveilleuse planche où l’on voit sortir les chimères dans la nuit sous une aurore boréale, Olivier Vandernotte vint me trouver pour me proposer de rencontrer les auteurs. Maïorana était visiblement très occupé, je compris plus tard qu’il était en train de préparer le débat prévu après la projection de Princess Bride, le film qu’ils avaient choisi avec Masbou pour conclure la soirée. Olivier me dirigea donc vers Jean Luc Masbou, nous nous présentâmes et je lui proposai une interview qu’il accepta avec beaucoup d’entrain. Il faut dire que le dessinateur qui est aussi scénariste à l’occasion est très volubile.

Une fois l’interview réalisé, je demandai une petite faveur à celui avec qui je venais de passer quasiment une demi-heure à discuter et à plaisanter. Je lui demandai s’il lui serait possible, malgré son planning de dédicaces très chargé du lendemain, d’en faire une petite pour le site. Le dessinateur ne me promit pas de réussir. Cela dit le lendemain il trouva un peu de temps entre deux dédicaces pour nous en faire une, avec un dessin d’Eusèbe en plus !

Le temps passe vite et encore une fois l’horloge nous rappela à l’heure. Il était 20 heures, il était temps de quitter le Bd fugue café Bordeaux pour se diriger vers le cinéma Utopia (toujours à deux pas), afin d’aller voir le film choisi par Masbou et Maïorana à savoir, le très bon, le très drôle et le très ingénieux film de Rob Reiner, Princess Bride. Un film de cape et d’épée plein de rebondissements et de finesse ou l’humour à la part belle. Un film sur l’Amour vrai, mais aussi sur le plaisir de la lecture, surtout quand on est malade et que c’est votre papi Peter Falk (alias Colombo) qui vient vous raconter une belle histoire.

La lumière se rallume sur les applaudissements du public qui ne se lassera peut-être jamais de ce film qui n’a pas pris une ride (il date de 1987 tout de même). Les dessinateurs prennent le micro est un débat marathon d’un peu plus d’une heure commence. Comme nous vous le disions Jean Luc Masbou est très volubile, il digresse facilement et fini par oublier qu’elle était la question à la base, mais ses réponses sont savoureuses pleines d’anecdotes très intéressantes. Ainsi on a pu apprendre que son ami Alain Ayroles, a vraiment peiné pour maîtriser les alexandrins qui parsèment De cape et de crocs, et s’est tellement investi qu’il finit par rêver en alexandrins, ce qui est une belle prouesse tout de même. Ce qui me porte à me poser une question tout à fait annexe, est-ce que Racine et Molière rêvaient eux aussi en alexandrins … ? Bruno Maïorana, lui répond plus efficacement aux questions, sans détour et parfois même, taquin, s’amuse à répondre par monosyllabes, laissant planer un blanc avant de compléter un peu sa réponse.

Bref on en a appris beaucoup sur la genèse de De cape et de crocs et de Garulfo, qui sont issus de la même base tous les deux à savoir, le jeu de rôle contes et racontars, mais il serait bien trop long de tout vous raconter ici, et après tout c’est bien de garder un peu de mystère. De toute façon pour en savoir plus sur le chef d’œuvre de Jean Luc Masbou et d’Alain Ayroles, il vous suffit de tourner la page et de lire notre interview…


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.