Lecture numérique : Test du Kobo Touch et premières impressions

Clément Solym - 04.11.2011

Tests - Kobo Touch - lecture sociale - Reading Life


Le Kobo Touch doit arriver en Australie prochainement, et depuis sa présentation, en mai dernier, nous étions assez impatients de mettre la main dessus. D'abord, parce que la société canadienne fait beaucoup parler d'elle. Ensuite, parce que dans le monde des Readers, face au Nook Touch et au Kindle Touch, on finit par se dire que l'avenir ne peut passer que par un appareil tactile.

 

Avec son écran de 6 pouces, le Kobo Touch ne joue pas sur un appareil original, mais un design plutôt agréable, plutôt en rondeur, avec un dos un peu bombé. L'appareil est assez agréable à manier - toujours dans le veine de ce que le Canadien avait pu proposer avec la première génération.

 

Si on a pu le taxer de quelques lenteurs, c'est franchement abusif, la machine que nous avons eue dans les mains était réactive, tant dans le changement de pages que pour l'interface tactile. De fait, en regard du Kindle proposé en France, par exemple, ou d'autres appareils que nous avons pu tester, le Kobo Touch est bien plus rapide.

 

En termes d'ergonomie, ce petit bouton de page d'accueil, unique, qui permet de revenir au menu principal à tout moment, simplifie largement l'utilisation.

 

 

Nous examinerons les fonctionnalités de lecture plus en détail dans un prochain test. Pour en toucher un simple mot, la prise de notes et le surlignage sont plutôt convaincants. Et les différentes adaptations du texte - police, interligne, etc. - bien que classique, permettent de trouver l'interface la plus adaptée à ses envies.

 

C'est idem pour le clavier. Bien qu'un peu réduit par la largeur de l'appareil, on s'en tire si l'on n'a pas de gros doigts boudinés. Cela dit, le plus grand manque intervient à ce moment : sans accéléromètre, impossible de profiter plus confortablement du clavier de l'appareil. Dommage, vraiment dommage.

 

Nous avons pu également surfer avec le navigateur intégré, une version de Chrome, évidemment, qui servira facilement d'appoint, à condition de disposer d'une connexion WiFi. Et vraiment, on ne parlera que de navigation d'appoint, parce qu'en l'occurrence, avec un smartphone à portée de main, on ira bien plus vite.

 

 

L'aspect le plus intéressant de l'environnement Kobo, réside dans les fonctionnalités de lecture sociale déployée au travers de Reading Life. Le système de récompenses est pensé pour rendre la lecture ludique, en distribuant de points, au travers de thématiques amusantes : ainsi, si l'on se met à lire tard le soir, on débloquera la récompense Heure fatidique. De même, en incitant à se connecter à Facebook, et à partager ses lectures avec ses amis, on débloque la récompense Facebook - évidemment.

 

On pousse jusqu'à inciter à finir son livre avec la récompense Livre refermé. Bien d'autres sont proposées, pour rendre l'environnement plus convivial et surtout, une interface fait le point sur les statistiques de lecture. Tout cela est non seulement amusant, mais invite assez à 'jouer' avec les Récompenses, pour obtenir de quoi avancer dans l'environnement.

 

 

Bien entendu, toutes les fonctionnalités que propose Kobo Pulse ne sont pas accessibles. On parlera moins de lecture sociale avec Reading Life que de statistiques et de jeu - le partage d'information consistant uniquement au partage sur Facebook d'extraits et de notes. En effet, Kobo Pulse va bien plus loin dans le principe et permet d'entrer, par exemple, en contact avec des personnes lisant le même ouvrage que soi, mais n'est prévu qu'avec la tablette de 7 pouces, la Kobo Vox. (voir notre actualitté)

 

Dans tous les cas, plusieurs options restent à explorer, plus amplement, et nous ne manquerons pas de revenir sur le Kobo Touch dans les prochaines semaines, histoire de se familiariser plus amplement avec l'appareil.