Test : Harry Potter, Le Prince de Sang Mêlé, le jeu (Wii)

Clément Solym - 03.08.2009

Tests - Harry - Potter - Prince


Eh oui, on a cédé à l'appel : c'était franchement tentant, disposant d'une Wii à la rédaction - pour les longues soirées d'hiver... - que de plonger dans le monde d'Harry Potter en version jeu vidéo. La Wii, c'est cette console de Nintendo aux manettes rigolotes et qui font agir les personnages du jeu en fonction des mouvements effectués par le joueur. Ben ça ne fait pas de mal de le préciser.

Alors d'entrée, vous endossez le petit Harry. Debout devant vous durant la quasi-totalité du jeu, à quelques exceptions près, il faudra se faire à des jeux de caméra pas évidents à maîtriser, ni super pratiques d’ailleurs. Pour commencer le jeu, d’un coup de balai, Harry va se refaire la main pour les futures parties de Quidditch. Tout autour de la maison de Ron, vous voici parti à gigoter dans les airs, avec un mouvement simple : ici la wiimote vous fait pointer le centre de grandes étoiles : si vous y parvenez, vous passez à travers plusieurs d'entre elles, et c'est gagné. Pas vraiment folichon, mais c'est un bon tutoriel pour prendre en main.

D'ailleurs, c'est un peu le sentiment global qui se dégage de tout le jeu : un tutoriel global tourné autour de trois éléments. Des duels, des potions et du Quidditch. Le tout collant de loin au scénario du livre - voire plutôt même du film - sans que ça n'ait réellement un rapport évident avec ce que vous faites. On s'explique : plusieurs séances vidéo font avancer l'intrigue, entre deux potions à préparer, ou un duel à remporter, voire le précieux volant à récupérer durant le Quidditch. Et c'est assez répétitif, c'est le moins que l'on puisse dire.


Tutoriel encore, parce que le jeu est particulièrement linéaire : pour être certain que vous irez là où on vous le demande, le fantôme quasi-sans-tête vous sert de guide en permanence. Il vous escorte d'un point à un autre, comme un chaperon bienveillant. C'est assez pratique, parce que l'on n'a pas à mémoriser particulièrement les différents lieux et que l'on gagne un temps précieux... mais pour quoi faire finalement ? Pas grand-chose.

Ajoutons à cela que les personnages non-joueurs - ceux avec qui il serait sympa de pouvoir interagir - n'ont qu'une présence assez ridicule : en clair, s'ils ne participent pas à l'épreuve pour laquelle vous courrez dans les couloirs de Poudlard, ils n'ont aucune existence et ne servent à rien, sinon à peupler les couloirs.


Les potions, qu'Harry réussit si bien grâce au livre du Prince, sont elles aussi assez rébarbatives. Trois mouvements grosso modo : verser des ingrédients et touiller, avec deux mouvements idoines de la wiimote, et faire chauffer le tout, en secouant wiimote et nunchuk. Amusant, certes, mais usant à la longue. Et pareil pour le Quidditch : c'est toujours vous qui gagnez, à moins d'être vraiment une buse qui ne sait pas pointer le centre des étoiles...

Restent alors les duels : plusieurs sorts sont à découvrir, pour les remporter et mettre à mal vos adversaires. Très honnêtement, un gros mitraillage de stupefix avec quelques esquives bien placées fonctionne largement assez bien pour ne pas s'ennuyer à tenter les autres, qui ne fonctionnent pas toujours très bien. Le maniement de la wiimote qui pilote la baguette est amusant la première fois, mais à la vingtième… Et puis, la qualité des images, vraiment... ces personnages crénelés... Pas très joli, tout ça.

Voilà qui scelle le sort de ce jeu, manifestement peu apprécié par la presse, et qui aura même déçu Marie, 11 ans, qui aura eu cette phrase juste : « C'est Harry Potter ? Mais c'est pas comme ça dans le livre ! » Si Marie a adoré donner de grands coups de wiimote durant les duels, elle reste tout de même largement sur sa faim. Car on est vite gagné par ce qui ressemble fortement à d'éternels recommencements d'activités très Sysiphe.

Mais il faut probablement imaginer Harry Potter heureux...