Covid-19 : quelles leçons de la crise ?

Jean-Luc Favre - 06.07.2020

Tribune - coronavirus crise sanitaire - leçons crise covid - pandémie monde crise


Ce n’est pas la première fois dans l’histoire, que l’humanité est confrontée à une pandémie planétaire. De tous temps, la maladie, quelle qu’en soit la nature et les époques, accompagne l’homme avec souvent la mort comme ultime résultat – et son cortège de souffrances et d’incompréhension pour ceux qui sont directement éprouvés. Certains survivent et d’autres malheureusement, souvent les plus fragiles, disparaissent tragiquement.



 
De tels événements sont également souvent l’occasion de porter un regard nouveau sur le sens de l’humanité avec des conséquences parfois inédites (prévisibles ?) sur le plan, social, économique, sanitaire, politique avec certainement des leçons à en tirer. Encore faut-il ne pas se tromper sur le contenu à donner à la réflexion. Certes, l’effet de masse représente un premier aspect qui justifie des mesures de première nécessité — protéger l’espèce humaine — chaque État concerné réagissant à sa manière et du mieux possible selon ses moyens et ressources propres.

À cet égard, tous les pays ne sont pas logés à la même enseigne, doit-on le rappeler ? Sans compter le fait que la coopération entre les États, y compris européens, laisse vraiment à désirer, les mesures communes demeurent presque inexistantes. D’emblée il y a aussi les riches et les pauvres, en mesure ou non de contenir de telles crises.
 

Retombées, et radioactivité


La France, pays riche, et nous l’avons vu depuis plusieurs semaines maintenant, n’est pas épargnée par certains dysfonctionnements, en dresser la liste ici s’avère inutile, nous les connaissons tous. Ils n’ont rien d’anodin, reflétant au contraire un certain positionnement politique antérieur engageant des responsabilités majeures et d’ailleurs pas toujours très bien comprises. Le confinement quant à lui, n’a pas été vécu de la même manière par tous les citoyens, avec là encore les victimes et les rescapés économiques selon les secteurs d’activité.

Inégalités croissantes pour les uns, enrichissement ordonné pour les autres. Même s’il s’agissait pourtant d’une bonne mesure, avec un recul net de la pandémie, reste le sentiment d’une privation momentanée des libertés qui elle n’a rien d’accessoire. La fin justifie donc les moyens mis en œuvre pour subsister. Continuer à vivre à l’identique aurait été de toute façon irresponsable. Certains pays en ont payé le prix fort avec un taux élevé de mortalité.

Plus de 166.378 cas ont été confirmés depuis le mois de janvier 2020 sur l’ensemble de notre territoire 29.875 décès. La France a été et est encore durement frappée par la Covid-19, singulièrement virulent et dont la médecine peine à trouver un remède susceptible d’endiguer sa propagation pour les mois à venir. Preuve en est la multiplication des clusters dans différentes régions depuis le déconfinement – avec, il est vrai, une nouvelle maitrise plus acceptable. C’est là le tout premier impact qui invite au réalisme et à la prudence.


sumanley CC 0
 

Tant qu’un vaccin efficace ne sera pas découvert, soyons certains que ce virus insidieux continuera de circuler un peu partout sur la planète, y compris avec des mutations possibles – option pas vraiment exclue. Mais comment prévoir ce que nous ignorons et qui nous échappe ? L’on peut toujours extrapoler, établir d’insolites prévisions, se conformer aux chiffres, faut-il encore qu’ils soient fiables, à seule fin de nous rassurer. C’est une méthode plausible, parmi tant d’autres. Toutefois, rassurer les populations ne signifie nullement vaincre la maladie, tout au plus en contenir les effets pervers sur le plan psychologique.
 

L'esprit, premier refuge


Surtout garder le moral, faire preuve d’optimisme, et bien évidemment continuer à vivre envers et contre tout. Donc, attendre que le mal passe, bien qu’attendre ne soit pas une fin en soi. Et ne présage rien de bien crédible. Pourtant, rien n’empêche logiquement d’envisager des temps meilleurs. En somme, espérer que la situation s’améliore naturellement à condition toutefois que les indices de la croissance repartent au vert. Et ce n’est pas gagné, malgré les mesures exceptionnelles prises par le gouvernement d’alors qui a fait de son mieux pour gérer la crise, par des aides colossales pour freiner l’effondrement économique.

Aides qu'il faudra bien rembourser un jour, et ce, avec plus de 6,689 millions de demandeurs d’emploi à ce jour — un chiffre qui n’est pas des moindres !

Il faut parer à une augmentation presque évidente de la précarité. Faire en sorte que la majorité des Français évite l’incidence de la pauvreté imposée et de la chute libre vers l’endettement. Ici, la solidarité nationale doit pouvoir jouer son rôle. C’est ce que tout le monde finalement souhaiterait sans générosité excessive toutefois. Mais en arrière-plan qui s’en soucie vraiment ? Les bons mots ne produisent pas nécessairement les bonnes recettes. L’individualisme sociétal, et ce à l’échelon mondial a depuis des décennies fait son trou en creusant les différences.

Peu s’en offusquent ! C’est dans l’ordre des choses ! Les plus faibles et les plus démunis doivent disparaître de la surface de la Terre. Bon débarras ! À ce niveau le concept de la nation apparaît bien désuet, une et indivisible, une formulation que l’on applique aux autres, bien plus qu’à soi-même. Les causes ne seraient-elles alors pas plus importantes et plus profondes qu’elles n’y paraissent. Et force est de constater que la crise sanitaire n’est que le prolongement du moins en France, d’une grogne, voire une menace plus générale et désormais solidement ancrée dans les mentalités, amorcée depuis les gilets jaunes, logiquement inachevée.
 

Prolongement de la colère sociale


Il y aura obligatoirement un prolongement. Cela parait presque certain. Car il ne s’agit pas d’un simple mouvement de contestation aléatoire. Les motifs sont sérieux ! Les actes de violence qui accompagnent ce mouvement sont contestables, ceci dit le fait d’une minorité. Il n’empêche que cela remet en cause le principe d’égalité (inscrit dans la constitution de 1946), par tous les gouvernements qui se sont succédé depuis le Général de Gaulle – qui lui se faisait une haute opinion du sort des Français, que l’on aime ou non le personnage.

Il fallait donc bien qu’à un moment donné, la colère monte et finalement explose ! Le Président Macron en a fait les frais.


cromaconceptovisual

 
Et il n’est pas, de mon point de vue, au bout de ses peines. Deux crises majeures qui secouent un pays sur un seul quinquennat, il faut avoir les épaules taillées pour ça ! Ajoutons le péril climatique, prise de conscience tardive des pays dits industrialisés, et là encore des conséquences parfaitement identifiées : plus de 6,5 millions de personnes meurent chaque année de la pollution de l’air dans le monde. On croit rêver ! Entre autres mis en cause, non seulement le tissu industriel dans sa globalité, les transports, donc la mobilité planétaire, mais aussi l’agriculture intensive, la déforestation. Les causes sont nombreuses et multiples, en effet...

Oh, surprise ! Cette fois-ci, se sont les jeunes générations qui se mobilisent massivement pour sauver la planète en danger, à l’aide d'alternatives moins corrosives. On voit refleurir un peu partout de petites communautés humaines qui visent leur propre autonomie, et ce dans toutes les régions de France étrangement Peace and Love. Tiens, tiens ! Et qui pèsent, par la même occasion, comme un sévère avertissement en direction de nos gouvernants. Quid des récentes élections municipales ? Un véritable raz-de-marée écolo vert, tendance progressiste ! Ce qui en dit long sur l’esprit actuel de nos compatriotes de l’hexagone.
 

Ou extension du domaine de la lutte ?


Les urnes ont tranché. Avec parfois des programmes utopistes pour certains candidats, il est vrai. Qu’importe au fond. Le principal et le plus urgent sont de répondre à la demande citoyenne. Satisfaire le peuple avant qu’il ne disjoncte complètement. Gare aux barricades et aux cocktails Molotov ! Le retour aux sources est amorcé. Il va bien falloir d’une manière ou d’une autre en tenir compte sinon quoi ? Il risque d’y avoir du grabuge dans l’air. Le tout est de savoir comment...

La tâche s’avère particulièrement délicate dans un pays où les pouvoirs demeurent divisés, avec un découpage administratif – État, Régions, Départements, Communautés de communes, collectivités territoriales – particulièrement lourd.

Pour chacun, des prérogatives qui leur sont propres en matière de décisions et pas toujours bien discernables pour le citoyen lambda : le courant ne passe pas entre les institutions, pour des motifs souvent très politiques et de mauvais aloi. Lequel d’ailleurs s’en désintéresse de plus en plus. Le taux d’abstention record qui avoisine les 59 % au second tour, des dernières élections municipales en sont le reflet probant. Quelle est alors la légitimité d’un élu qui dispose de faibles suffrages pour « gouverner » ? La question se situe bien là !


Alexas_Fotos CC 0
 

En clair et pour simplifier, tout le monde s’en fiche ! Avec un joli air de chansonnette à la clé, « Laissez-nous tranquille », ou « Foutez-nous la paix », ou bien encore « Laissez-nous vivre en paix ». Sacré refrain pour les temps futurs. Pas de quoi pavoiser ! Mais pourquoi pas, les époques n’étant jamais tout à fait solidaires entre elles et le temps pas forcément linéaire dans l’élaboration des faits. Il s’agit alors plutôt de ressenti, ou de perception des événements qui s’enchevêtrent les uns et les autres, parfois de manière irrationnelle, justifiant des crises sévères, passagères ou de longue durée.
 

Advienne que pourra...


Ainsi le « penser à long terme » mobilise des énergies susceptibles de bien comprendre les sociétés, là où elles se produisent, sans pour autant inventorier de fausses divinations. Les prophéties de toute sorte restent marginales, même dans le cas où elles sont en mesure de se produire. Il arrive parfois de viser juste. Affaire de chance ou de prévisions. L’homme n’en demeure pas moins averti de ce qu’il a semé, tant le bon grain que l’ivraie. Il connaît la puissance du risque. Il est capable d’évaluer certaines conséquences.

Est-il pour autant capable de ralentir ou de stopper sa course folle vers l’enrichissement outrancier et souvent personnel, même s’il n’est pas pour autant systématiquement condamnable. Voilà qui est moins sûr, vanité oblige ! Force est de constater que les voraces sont de plus en plus nombreux, imposant leurs propres règles à des populations impuissantes et blasées. Ceux-là ne se soucient guère du sort du monde, même quand ils se réclament des plus belles vertus. Ce sont les pires ! Seul compte en vérité le temps présent, et les comptes en banque bien remplis.

Finalement, peu importe le nombre de sacrifiés pour arriver à ses fins, les valeurs valent si peu ! Car, le problème est qu’il existe désormais un hic. Un gros hic ! Les peuples, quels qu’ils soient ne marchent pas toujours à la baguette. Ils revendiquent à leur tour leur dignité ! Et ils savent aussi se faire entendre lorsque cela s’avère nécessaire, comme aussi bien se révolter lorsqu’il semble ne plus y avoir de solutions à la portée de tous. Et le danger, de mon point de vue, est imminent ! J’espère me tromper…


À lire ou relire

Indignez-vous ! Stéphane Hessel, 32 pages, 3,10 euros, Indigène EDS
État de nature, Jean-Baptiste de Froment, 240 pages, 7,10 euros, points (poche) 



Jean-Luc Favre Reymond, est un écrivain, journaliste et critique littéraire français — notamment sur ActuaLitté — né en 1963. Membre (cpt) de l’Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Lyon. Ancien collaborateur du Centre de Recherche Imaginaire et Création de l’Université de Savoie sous la direction du professeur Jean Burgos. Président de l’Institut Territorial de Recherche et d’Application (Moûtiers-France). Membre du Conseil National de l’Education Européenne (AEDE – France), auteur de 37 ouvrages publiés. Traduit en huit langues.


illustration : Cdd20 CC 0


Commentaires
Je constate que la vocation de ce site semble s'élargir de plus en plus...

Rien de directement lié à la littérature dans cette tribune.

Qui est intéressante, bien entendu.

Alors j'en prends acte !

Dans les causes de pollution, il faut ajouter non seulement la déforestation mais la manière la plus épouvantable d'organiser celle-ci: les incendies qui ravagent (surtout) l'Amazonie avec la bénédiction de Bolsonaro !

On se souvient des feux en Australie avant la crise du coronavirus...

Qui elle-même entraîne une consommation forcée et gigantesque de masques.

Un article paru il y a quelque temps sur le site de «L'Obs» -peut-être également dans la revue physique, les lecteurs de cette revue confirmeront ou non -fait état d'une invasion de masques et gants usagés dans la Méditerranée !

À la fois martyrisée et changée en cimetière marin pour des tas d'infortunés...

Je m'interroge sur cette obligation très contraignante du port du masque.

Mon frère a passé quelques jours de vacances au Danemark il y a peu...

Il n'a vu personne arborant un masque !

Nulle part !

Troublant...

Pas un mot dans notre presse à ce sujet.

Dans les transports en commun,la protection la plus infaillible lorsque la distance physique minimale ne peut être respectée consiste tout simplement à garder sa bouche close et à se taire !

Voilà ces quelques modestes réflexions ne sont en rien liées à des thèmes ni parutions littéraires mais tout simplement à l'air du temps.

Une petite touche finale concernant la censure:j'ignore ce qu'il en est au moment où j'écris ces lignes, mais les autorités démocrates de la ville d'Orange County non loin de Los Angeles, veulent débaptiser le John Wayne Airport parce que la star -connue depuis toujours pour ses opinions

conservatrices -croyait en la suprématie de la race blanche.

Débaptiser ou déboulonner ou non,le débat est ouvert.

À titre personnel et quels que soient les reproches que l'on puisse adresser à de grands noms du passé -mais avec le prisme de la sensibilité d'aujourd'hui -la politique de la table rase, de la rééducation des masses par ces moyens parfois iconoclastes, et des comités d'épuration me fait peur.

Gare aux excès et abus,et aux retours de bâton qui risquent de mettre de l'huile sur le feu des extrémismes...

Bref que cela finisse par s'avérer contre-productif.

Et celui qui écrit ces lignes est vraiment tout sauf raciste.

Je crois qu'il y a plusieurs manières d'être progressiste.

Et antiraciste.

Et écolo de même.

Un grand thème de discussions alors que ces questions font rage à peine le confinement terminé...chez nous du moins et espérons pour très longtemps et définitivement !»

Voilà de quoi «agrémenter» ce très difficile «monde d'après», pour reprendre cette expression qui est déjà devenue un cliché.

CHRISTIAN NAUWELAERS
Bonsoir Christian Allez-vous bien



Toujours prompt à réagir avec de belles argumentations



Merci pour ses compléments utiles d'information
Bonjour, Jean-Luc Favre !

Merci pour votre gentil message.

Et puisqu'en ces jours,l'esclavage est une thématique et sociale ou sociétale et littéraire fort à l'avant-plan, je me sers de cette réponse à vous pour faire part à tout le monde de mon écoeurement...

Il existe une autre sorte d'esclavage: celui de certains animaux...!

Vu hélas des images affreuses -par hasard -de petits singes qu'on utilise pour la cueillette des noix de coco en Thaïlande et qui (sur)vivent dans de petites cages -de vrais instruments de torture.

On précise que certains deviennent fous:un singe s'acharnait comme un fou sur les barreaux de sa cage.

C'est immonde.

Voyez sur le web «Singes exploités pour la noix de coco en Thaïlande».

C'est monstrueux et j'espère une réaction internationale contre cette barbarie, y compris en alertant les chaînes d'alimentation vendant ce produit qui en temps normal est associé à de rêves de vie agréable, tropicale et ensoleillée (...pour qui en a les moyens évidemment).

CHRISTIAN NAUWELAERS
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.