“ Culture gratuite à portée de main ” : réponse des bibliothécaires à Stéphane Bern

Auteur invité - 20.09.2020

Tribune - Stéphane Bern bibliothèques - bibliothécaires France patrimoine - églises ruine patrimoine


Il faut imaginer Sisyphe heureux, mais les bibliothécaires contrariés. Leur association professionnelle vient de sortir une lettre ouverte adressée à Stephane Bern, le Monsieur Patrimoine. Cette réponse suit l’intervention de l’animateur et organisateur du Loto du Patrimoine, qui dans ses propos semblait opposer rénovation « d’églises qui tombent en ruine » et ouverture d’une « médiathèque où il n’y a personne ».
 

Le texte de l’ABF est ici reproduit dans son intégralité.



 


Cher Stéphane Bern,


Ce 15 septembre, dans l’émission « C à vous », en évoquant la sauvegarde du Patrimoine, vous avez laissé échapper une petite phrase qui, si elle est visiblement passée inaperçue pour les journalistes qui vous entouraient, a fait bondir les bibliothécaires (et de nombreux usagers aussi on l’espère).
 

Certainement emporté par votre enthousiasme et votre fougue à défendre des bâtiments, vous avez eu cette remarque : « Ça me déchire le cœur de voir dans certains villages ruraux des églises qui tombent en ruine. Alors qu’est-ce qu’on va faire ? On va faire une médiathèque où il n’y a personne ».


Peut-être est-il bon de vous rappeler quelques éléments, puisque, de toute évidence, cela doit faire bien longtemps que vous n’avez pas mis les pieds dans une médiathèque pour avoir en tête ce genre de comparaison :
 

  • • Il y a 16.500 bibliothèques et médiathèques en France,
  • • 89 % des Français ont un lieu de lecture dans leur collectivité, et nous soutenons l’importance de ce maillage territorial qui fait des bibliothèques le premier réseau culturel de proximité des Français
  • • 76 % des Français estiment que les bibliothèques sont utiles à tous, de la petite enfance aux seniors, ce sont des structures qui proposent des services à tous les âges de la vie
  • • ¼ Des Français utilisent régulièrement un équipement de lecture publique et 40 % des Français de plus de 15 ans se sont rendus en bibliothèque en un an.
    (Source : enquête ministère de la Culture 2017)
  •  

Nous vous invitons également à découvrir le livre « Voyage au pays des bibliothèques » écrit par votre collègue Erik Orsenna dans le cadre de la mission qui lui a été confiée par le Ministère de la Culture. Vous y découvrirez certainement la richesse des actions proposées par les médiathèques, mais également le rôle indispensable qu’elles jouent pour bon nombre de citoyens.


Les médiathèques ont des missions d’information, de formation, de loisirs et de développement culturel. Au-delà de leurs collections, elles proposent des outils numériques, des espaces de rencontre, des animations (ateliers d’initiation, spectacles, expositions…), accueillent des scolaires, etc. Bien loin du portrait que vous en dressez de lieux vides et isolés qui attendent péniblement leurs visiteurs.


Quant aux villages que vous évoquez, ils sont souvent dotés d’un point lecture, d’une petite bibliothèque ou d’une médiathèque connectée à un réseau départemental, voire intercommunal, qui facilite l’accès de tous aux mêmes services.


Enfin, parce qu’une grande partie de la profession œuvre également en faveur de la conservation (et pas seulement à la BnF, la bibliothèque où l’on peut faire du roller), de nombreuses bibliothèques participent également à la valorisation et à la sauvegarde du patrimoine écrit qui semble difficilement dissociable de la cause que vous défendez et de la mission qui vous est confiée.


Il ne nous serait jamais venu à l’esprit de nous placer en opposition ou en comparaison avec le champ des bâtiments patrimoniaux et nous ne comprenons pas ce tacle gratuit envers les médiathèques et, au travers elles, notre profession. Nous œuvrons, vous et nous, en faveur de l’accès à la culture, cette « culture gratuite à portée de main » pour reprendre vos termes et qui nous correspond également.


Nous vous proposons avec plaisir de venir nous rendre visite, dans la médiathèque de votre choix, dans une ville ou dans un village, pour mettre à jour votre vision, d’autant qu’une partie de nos usagers apprécient grandement vos livres (que nous hésitons à mettre en réserve désormais, mais à défaut de ressembler à des églises on est quand même sympa, on vous laisse une chance…).
 

Bien cordialement,


L’Association des bibliothécaires de France


Ndlr : À ActuaLitté, Stéphane Bern avait apporté ce commentaire : « Je crains d’avoir été mal compris... d’autant que j’ai créé moi-même une bibliothèque médiathèque ! Sans doute n’ai-je pas été assez clair ou trop provocateur, mais il n’y avait aucun mépris pour les livres et les bibliothèques... bien au contraire. »

 

mise à jour 21/90 - 9h :


Stéphane Bern a répondu plus longuement à ActuaLitté dans un entretien : « Je me ferai toujours le défenseur des bibliothèques. »
 

crédit photo : Denis Probst CC BY SA 4.0




Commentaires
Bravo pour cette réponse courtoise et aimable de l'ABF à Stéphane Bern. De vrais gentlemen!

Cela change des monologues narcissiques, hystériques ou féroces qu'on rencontre, hélas trop souvent, chez des commentateurs d'autres articles qui traitent de littérature.



C'est comme une oasis dans un désert de sel et de pierres.

Merci pour cette petite brise fraîche qui passe entre les mots et remet les coeurs à l'heure de la civilité qu'on croyait perdue.
Bonjour,

Je suis professeur documentaliste en collège, et j'ai aussi été choquée en voyant CAV par le dérapage de Stéphane Bern. Car je pense qu'il ne s'agit que d'un dérapage maladroit. Ce n'est pas son style de dénigrer les médiatèques lui-même fervent lecteur. Alors pardonnons ce maladroit trait d'humour.

Merci pour votre travail en médiathèques, ainsi qu'aux librairies, avec lesquelles je travaille en étroite collaboration. La littérature et le livre ne sont pas en souffrance, nous avons de grands auteurs et de grands lecteurs, dès le plus jeune âge.

Continuons notre travail de passeurs avec bonheur ! Merci de votre attention
à propos de narcissisme, je vous laisse goûter cet argument de SB : "Je crains d’avoir été mal compris... d’autant que j’ai créé moi-même une bibliothèque médiathèque !" dans la veine, je ramène tout à moi smile mais c'est un artiste, il faut lui pardonner, ce n'est pas grave.

Je ne pense pas que son "dérapage" soit si anecdotique. Deux questions/remarques :

- l'action de SB "pour" le patrimoine est-il une action pour la culture au sens de moyen de lutte contre les déterminismes sociaux comme sont l'éventail d'action des médiathèques ? Sa vision de l'histoire est traditionnaliste, centrée sur les monuments et les grands personnages. Sa conception du patrimoine est une vulgarisation verticale, un exercice identitaire. Faut-il vraiment assimiler fétichisation du patrimoine et culture ?

- le mépris pour l'action publique au profit de la survalorisation de l'action privée - la sienne, c'est encore mieux - est le terrain sur lequel il a rencontré le macronisme (et la tendance lourde des dernières décennies). Même si son loto ne récolte que des miettes par rapport au budget de l'Etat, même si la mise en œuvre fait preuve d'un amateurisme que les services de Drac sont bien souvent obligés de rattraper... et même si son choix des lieux à restaurer repose plus sur le Lion's et autres réseaux que sur une démarche raisonnée, son audience est surdimensionnée. Il est un des agents du mouvement pour confier la culture sérieuse et rentable au mécénat privé, nos riches bienfaiteurs, et laisser l'action publique s'épuiser à colmater les brèches sociales.

Même schéma qu'on a vu pour l'hôpital, l'école et la plupart des services publics depuis qqs décennies : 1- assécher 2- critiquer 3- reléguer pendant que les moyens et réseaux privés se mettent en place.

Retour sur son "je n'ai rien contre les bibliothèques, d'ailleurs j'en ai créé une moi-même"... ça ne vous rappelle par la vieille défense raciste "je n'ai rien contre (au choix : les Juifs, les Noirs, les homosexuels...), d'ailleurs j'ai un ami (au choix : Juif, les Noir, les homosexuel...)" ? Il faut peut-être ajouter les bibliothécaires dans la liste smile ?
Votre message vient renouveler et renforcer mon admiration pour l'intelligence et l'élégance du ton de la réponse de l'ABF à SB. (J'aime pas trop ce petit jeu de trictrac avec des majuscules; m'enfin, ça dispense de se fouler les doigts sur le clavier).



Stéphane Bern est ce qu'il est et restera tel quel parce qu'il se plaît énormément ainsi et apprécie surtout sa propre compagnie. Qu'y faire? C'est simple: attendre qu'il passe! "En espérant des jours meilleurs." On peut toujours "vitupérer l'époque", comme écrivait le poète Luis Aragon. On peu en rire ou ne plus y penser.
oui, la lettre de l'ABF est très bien, avec les limites de l'exercice pour cette institution. J'ai voulu mettre des points sur qqs i.

Et loin de moi l'idée de "vitupérer l'époque", je le laisse à Bern. Bern n'est, heureusement, pas toute l'époque, il n'est même rien - comme vous dites, il passera. L'époque, elle, est certes grosse de régressions possibles qui menacent, mais tellement plus encore d'un mouvement vers une nouvelle phase d'intégration de l'humanité dans son ensemble et de son rapport à elle-même et aux autres êtres vivants. Personne n'a dit que ce serait facile et tout cuit, mais il faut vraiment être à courte vue et sans espoir pour préférer le refuge du "c'était mieux avant". Je préfère "vitupérer" Bern et consorts et écouter Chamoiseau Glissant en Relation smile
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.