"Dans l'inspiration de tout grand écrivain, il y a des ordres intemporels"

Editions La Différence - 27.02.2014

Tribune - Henry James - versions numériques - organisation


Les Éditions de la Différence donnent aujourd'hui la parole à Jean Pavans, traducteur à la Différence de l'Intégrale des Nouvelles d'Henry James. Le quatrième et dernier tome, publié en 2009, lui valut d'ailleurs le prix Halpérine-Kaminsky Consécration, qui couronne l'ensemble de l'œuvre d'un traducteur émérite. 

 

Cette Intégrale, désormais thématique et non plus chronologique,  est reprise en douze volumes dans notre collection de poche « Minos ». Si les deux premiers ont été publiés en 2010, six des douze tomes sont parus à ce jour. La suite logique voulait donc que nous les rendions disponibles en format numérique. C'est chose faite ! Le premier volume, Nouvelles Françaises, est déjà disponible en ligne et les prochains suivront. 

 

 

****

 

 

Je traduis Henry James depuis 1982. Un hasard et une nécessité m'y ont amené. J'avais avant cela publié trois ouvrages, un récit, un roman, un recueil de pastiches, aux éditions de La Différence. 

Le hasard, ce fut celui d'un petit article favorable déclarant qu'à me lire on sentait que j'étais influencé parProust et par James. Proust, je m'en étais saturé ; James, je n'en avais encore rien lu. Je me trouvais donc ainsi orienté et influencé après coup

 

La nécessité, ce fut celle de l'argent : on m'a fait remarquer que, pour un écrivain, traduire était un bon moyen de s'assurer des revenus décents tout en restant indépendant, ce qui était vrai il y a trente ans, étant donné le tarif au feuillet, qui n'a pratiquement pas augmenté depuis. Un ami me communique une liste de nouvelles de Henry James inédites en français. Je vais à la bibliothèque Beaubourg, où se trouve l'édition Edel de l'Intégrale des Nouvelles en douze volumes. Je lis la première phrase de la première nouvelle de ma liste, The Diary of a Man of Fifty. Je sens aussitôt que c'est fait pour moi, ou que je suis fait pour cela. Cette nouvelle devient dans ma traduction Retour à Florence, et elle donne son titre à mon premier petit recueil jamesien. 

 

L'incitation et la volonté du fondateur et directeur de La Différence, Joaquim Vital, ont fait que j'ai depuis lors traduit l'Intégrale des Nouvelles, et bien plus que cela. Joaquim est mort brutalement le 7 mai 2010, peu après l'achèvement de notre Intégrale Chronologique des Nouvelles en quatre tomes, et au moment-même où nous organisions, Colette Lambrichs et moi, une Intégrale Thématique à paraître en douze volumes de la collection Minos. C'est une organisation à laquelle je tiens particulièrement, étant plus personnelle et « créative » que l'organisation chronologique, qu'elle complète en quelque sorte, et qui conserve bien sûr sa raison d'être.  

 

Colette Lambrichs a maintenant décidé de tenter une exploitation en ligne de versions numérisées de cette Intégrale Thématique, et je m'en réjouis. Il ne s'agit pas de publications n'existant que par une visibilité médiatique et publicitaire ; il s'agit d'ouvrages de fond, qui ne peuvent que bénéficier d'une accessibilité instantanée et continue. Et cela n'interdit en rien la disponibilité d'une édition papier : cela peut même la stimuler.  

 

Dans l'inspiration de tout grand écrivain, il y a des ordres intemporels, autres donc que l'ordre contingent ou chronologique, qui guident puissamment sa création. Ou, pour le dire d'une façon différente, il y a quelques grands thèmes intrinsèques, insistants, permanents ou récurrents. Lorsque Henry James a lui-même organisé ce qui est connu comme la New York Edition de son œuvre, en fait de la moitié de sa production, et qui est parue de 1907 à 1909, il n'a retenu que cinquante-six de ses nouvelles, qu'il a assemblées dans un souci de groupements thématiques, en neuf volumes sur les vingt-quatre que comporte la totalité. 

 

 

Henry James

 

 

Nous avons opéré une réorganisation de l'ensemble selon douze grands thèmes. Et, comme nous tenions à y faire figurer aussi les nouvelles absentes de la New York Edition, en particulier celles de la période strictement américaine, antérieures à 1870, et celles postérieures à 1908, qui sont parmi les plus belles, nous ne pouvions pas exactement adopter les groupements décidés par James. Bien sûr, nous les avons pris en considération, quitte à nous en démarquer ; mais il y a en somme, et tout naturellement, de nombreuses similitudes dans ces deux classifications, étant bien entendu que l'inépuisable richesse des traitements par Henry James d'une anecdote constitutive a fait que chaque nouvelle contient des thèmes multiples, parmi lesquels il nous en a fallu choisir un qui soit essentiellement commun à chacun de nos douze volumes. 

 

Le premier volume, déjà mis en ligne, regroupe, sous le titre de Nouvelles Françaises, des histoires situées en France. Les trois volumes suivants seront Nouvelles Italiennes, Nouvelles Anglaises, Nouvelles Américaines. Et puis les huit thèmes restants seront : Affaires transatlantiques, La Vie littéraire, l'Œil du peintre, Portraits de femmes, Singuliers messieurs, Fantômes et fantasmes, Les Enfants et les morts, Couples au-delà du Temps.  

 

Jean Pavans